Netanyahu avertit l’Iran que ses missiles ont une « très longue » portée
Rechercher

Netanyahu avertit l’Iran que ses missiles ont une « très longue » portée

"Nous agissons conformément à notre besoin d'empêcher l'Iran et ses mandataires de s'établir à notre frontière nord et dans l'ensemble de la région," a assuré le Premier ministre

Benjamin Netanyahu à la base navale de Haïfa, le 12 février 2019. (Crédit : Haim Tzach/PMO)
Benjamin Netanyahu à la base navale de Haïfa, le 12 février 2019. (Crédit : Haim Tzach/PMO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, également ministre de la Défense, actuellement en visite dans la base navale de Haïfa, a de nouveau averti marti l’Iran qu’Israël était prêt à une confrontation militaire.

Lors de sa visite, Netanyahu s’est déclaré « impressionné » par ce qu’il y a vu.

« Les missiles que vous voyez derrière moi peuvent aller très loin, et atteindre n’importe quel ennemi, y compris les sbires de l’Iran dans notre région », a-t-il dit selon ses services, dans une apparente référence au mouvement chiite libanais Hezbollah, allié de l’Iran et engagé militairement en Syrie.

« Nous agissons constamment conformément à notre besoin d’empêcher l’Iran et ses mandataires de s’établir à notre frontière nord et dans l’ensemble de la région, » a assuré le Premier ministre.

Hier, un cadre des Gardiens de la révolution avait déclaré lors d’un rassemblement marquant le 40e anniversaire de la Révolution islamique que l‘Iran raserait de la carte de grandes villes israéliennes en cas d’agression des Etats-Unis.

Benjamin Netanyahu avait riposté quelques heures plus tard, en affirmant que si l’Iran faisait la « terrible erreur » d’attaquer l’État hébreu, il « s’agira du dernier anniversaire de leur révolution qu’ils célèbrent. »

M. Netanyahu doit participer mercredi à Varsovie à une conférence internationale qui sera animée par le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo et destinée à « promouvoir un avenir de paix et de sécurité au Moyen-Orient ».

En annonçant début janvier cette conférence, M. Pompeo avait mis en exergue « l’influence déstabilisatrice » de l’Iran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...