Netanyahu compare les appels au boycott d’Israël à l’époque nazie
Rechercher

Netanyahu compare les appels au boycott d’Israël à l’époque nazie

Lors d'une rencontre avec le chef de la diplomatie polonaise, Grzegorz Schetyna, Netanyahu a dénoncé les tentatives de déligitimer Israël

Benjamin Netanyahu lors de la réunion ministérielle du 14 juin 2015 (Crédit : Ohad Zwigenberg/POOL)
Benjamin Netanyahu lors de la réunion ministérielle du 14 juin 2015 (Crédit : Ohad Zwigenberg/POOL)

Le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, a rencontré aujourd’hui le ministre des Affaires étrangères polonais Grzegorz Schetyna.

Il a évoqué lors de cette entrevue l’opération Bordure protectrice à Gaza et le mouvement de boycott qui vise actuellement Israël.

« Monsieur le Ministre, hier, j’ai reçu notre rapport officiel du gouvernement à propos du conflit de l’an dernier à Gaza. Le rapport démontre sans équivoque que nos actions militaires durant ce conflit étaient en pleine conformité avec le droit international et qu’Israël exerçait son droit de légitime défense », a déclaré Netanyahu.

« Nous nous acquittons de notre responsabilité de protéger nos populations contre les terroristes qui perpétuent et commettent un double crime de guerre. Les terroristes du Hamas ciblent délibérément nos civils, tout en se cachant délibérément derrière leurs civils. Voilà un double crime de guerre. Et je pense que cela pointe le fait qu’il y a une parodie ici. Parce que même si nous nous battons, les terroristes du Hamas qui commettent le double crime de guerre en ciblant nos civils et en se cachant derrière leurs civils, Israël opère en conformité avec les normes les plus élevées du droit international. »

« Nous prenons toutes les mesures pour éviter les pertes civiles, y compris chez l’ennemi. Nous ne le faisons pas à cause d’un quelconque comité de l’ONU. Nous le faisons parce que cela est profondément enraciné dans nos valeurs. Nous ne reculons pas devant la nécessité de mener une enquête [sur nos propres actions] et les mécanismes d’Israël pour enquêter sur notre propre armée ne sont comparables à aucun pays. Je le dis sans aucune hésitation. Il n’y a aucun pays qui n’enquête plus au sujet d’actes possiblement répréhensibles qu’Israël. Il n’y a pas un tel pays dans le monde. Nous examinons toutes ces allégations à fond, qui sont soumis à un contrôle judiciaire indépendant par des tribunaux militaires et civils. »

« Maintenant, je compare cela à ce comité que nous avons. Le Comité des droits de l’Homme qui a lancé une soi-disant enquête contre Israël. Israël a été déclaré coupable avant même le début de l’enquête. Ils ont nommé une personne à la tête de ce comité qui a été payée par les Palestiniens. Ce comité a émis plus de résolutions contre Israël que contre la Corée du Nord, la Syrie et l’Iran réunis. Cela vous dit à qui nous avons affaire. Donc, cette campagne, ces attaques contre Israël, ces enquêtes contre Israël n’ont rien à voir avec les droits de l’Homme. Ils ont tout à voir avec les attaques d’inspiration politique dans un effort cynique pour délégitimer Israël en utilisant les organes de l’ONU. »

« Hier, le président palestinien, M. Abbas, a appelé à l’étiquetage et au boycott des produits israéliens. Ceci n’est certainement pas le langage de la paix. Nous continuerons à résister aux boycotts et aux entreprises de diffamation et de délégitimation. Nous le ferons à l’échelle internationale, nous le ferons localement si nous le devons, et notre main restera tendue pour la paix pour tout partenaire qui veut faire la paix avec nous. J’espère, Monsieur le Ministre, que nous pourrons discuter de la façon de faire avancer une paix véritable et d’arrêter la diffamation d’Israël. »

Benjamin Netanyahu a dressé lundi un parallèle entre les appels au boycott contre son pays et les pratiques des nazis contre les juifs.

« Je dis cela au ministre des Affaires étrangères d’une Pologne fière, indépendante et libre, sur le sol duquel la diffamation du peuple juif a eu lieu quand les Nazis contrôlaient l’Europe. Les attaques contre les Juifs ont toujours été précédées par les calomnies contre les Juifs. Ce qu’on a fait au peuple juif à l’époque, on le fait maintenant à l’Etat juif. Nous ne l’accepterons pas. En ces jours, nous ne pouvions rien faire. Aujourd’hui, nous pouvons parler et résister sur notre sol. Nous allons faire les deux. »

Le débat politique israélien est accaparé depuis quelques semaines par les pressions étrangères sur le pays et les initiatives de boycott politique et économique destinées à pousser Israël à mettre fin à l’occupation des Territoires palestiniens.

Le gouvernement israélien dénonce une vaste campagne visant à remettre en cause la légitimité de l’Etat d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...