Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

Netanyahu fustigé après le drame des 3 otages tués par Tsahal, qu’il n’a pas annoncé

Le drame et son annonce, par le porte-parole de Tsahal, et non le Premier ministre ou un de ses ministres, fait couler une encre que beaucoup retenaient depuis le début de la guerre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, parlant avec le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz lors d'une discussion et d'un vote sur la mise à jour du budget de l'État au plénum de la Knesset, à Jérusalem, le 14 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, parlant avec le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz lors d'une discussion et d'un vote sur la mise à jour du budget de l'État au plénum de la Knesset, à Jérusalem, le 14 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le drame des trois otages du Hamas tués par erreur par des soldats israéliens a déchainé un torrent de critiques à l’encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahu et de son gouvernement.

Nombreux sont ceux à avoir relevé que Netanyahu n’avait pas annoncé la tragédie en personne, comme l’avait fait le Premier ministre de l’époque, Yitzhak Rabin, en 1994, suite à la tentative de sauvetage ratée de Nachshon Wachsman, qui s’était conclue par la mort de cet otage militaire et de l’un des commandos qui avait tenté de le libérer.

Einav Schiff, journaliste pour Yedioth Ahronoth, a écrit sur Ynet : « La nuit dernière, le porte-parole de Tsahal a été abandonné à lui-même. Ce n’était pas à lui de regarder le peuple au fond des yeux et de lui annoncer la tragédie, mais plutôt au Premier ministre, ou à tout le moins au ministre de la Défense ou au chef d’Etat-Major. Ce n’est guère surprenant mais c’est décevant. »

Nombreux sont les détracteurs du gouvernement à avoir mis en sourdine leur opposition depuis le début de la guerre déclenchée par l’attaque du Hamas, le 7 octobre dernier, mais ils retrouvent de la voix aujourd’hui.

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, annonce que, par une terrible méprise, des soldats israéliens ont abattu trois otages qui tentaient d’échapper à leurs ravisseurs terroristes, dans le nord de Gaza, le 15 décembre 2023. (Capture d’écran)

Uri Heitner, historien et figure éminente du mouvement des kibboutzim, lie l’incident de vendredi – qui, selon les premiers éléments de l’enquête de l’armée, s’est produit alors que les otages évadés étaient désarmés et agitaient un drapeau blanc – au laxisme en matière de détention d’armes à feu et aux nombreux appels du ministre de la Sécurité intérieure d’extrême droite, Itamar Ben Gvir.

« Ce sont des gens comme ce chef de gang, occupé à retourner les étals des vendeurs du marché arabe à Hébron alors que ceux de son âge risquaient leur vie pour défendre le pays, qui prêchent le bonheur d’avoir une arme », a écrit Heitner sur Facebook.

Longtemps très critique du Premier ministre Benjamin Netanyahu et de son gouvernement, Heitner avait dans l’ensemble cessé de s’en prendre publiquement à eux depuis le début de la guerre, le 7 octobre dernier.

Dan Halutz, ex-chef d’état-major de Tsahal qui, lui, n’a jamais renoncé à la critique, lui a donné un tour plus virulent depuis la tragédie de vendredi.

« Bibi, la seule victoire possible, après l’échec de 2023, ce serait celle de ton départ avec un drapeau blanc », a écrit Halutz.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.