Israël en guerre - Jour 202

Rechercher

Netanyahu honore le 4 juillet ; les manifestants l’accusent de menacer la démocratie

Lors d'un événement pour l'indépendance des USA à Jérusalem, une manifestation a visé à mettre en évidence la contradiction entre les principes démocratiques américains et la refonte

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Des manifestants rassemblés devant le Musée d'Israël où le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à un événement de célébration de la fête de l'indépendance américaine, à Jérusalem, le 3 juillet 2023. (Crédit : Dana Hirshfeld)
Des manifestants rassemblés devant le Musée d'Israël où le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à un événement de célébration de la fête de l'indépendance américaine, à Jérusalem, le 3 juillet 2023. (Crédit : Dana Hirshfeld)

Plusieurs centaines de militants se sont rendus pour manifester contre la présence du Premier ministre Benjamin Netanyahu à un événement célébrant le jour de l’indépendance des États-Unis au Musée d’Israël à Jérusalem lundi soir.

Les manifestants ont critiqué Netanyahu pour avoir assisté à la célébration du 4 juillet alors que son gouvernement avance unilatéralement des éléments de son projet de réforme du système judiciaire, qui, craignent-ils, sapera le caractère démocratique libéral d’Israël.

De nombreux manifestants portaient des tee-shirts bleus portant les mots « Protéger notre maison commune ». Ils ont tapé sur des tambours, sifflé, brandi des banderoles et agité des drapeaux israéliens. De l’autre côté de la rue, un petit groupe de contre-manifestants scandait « nous ne voulons pas d’une dictature de la Cour suprême ».

La version initiale de la réforme aurait donné au gouvernement un contrôle presque total sur l’écrasante majorité des nominations judiciaires, et aurait également presque complètement supprimé le pouvoir de contrôle judiciaire de la Haute Cour de justice sur la loi, les nominations et la politique.

Bien que ces mesures aient été suspendues pour le moment, le gouvernement a voté mardi pour qu’une législation, qui limiterait la capacité des tribunaux à utiliser l’outil judiciaire de la notion du « caractère raisonnable » lors de l’examen des décisions gouvernementales et ministérielles, puisse franchir son premier vote.

De hauts responsables du gouvernement affirment que cette doctrine donne aux tribunaux un champ d’intervention judiciaire trop large, tandis que les manifestants anti-gouvernement affirment qu’il s’agit d’un outil important pour protéger certains droits civils et que sa suppression est la première étape vers la mise en œuvre d’un ensemble de réformes plus large.

Des manifestants rassemblés devant le musée d’Israël où le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à un événement de célébration de la fête de l’indépendance américaine, à Jérusalem, le 3 juillet 2023. (Autorisation)

Les manifestants anti-réforme ont un sentiment commun : la peur pour la démocratie et la frustration face à ce qu’une manifestante a déclaré être « l’annulation » de la Cour suprême.

« Une fois qu’ils auront annulé cela, ils pourront faire ce qu’ils veulent », a déclaré Claude, une immigrée de France.

« Nous voulons faire appel au peuple américain puisque c’est son 4 juillet », a-t-elle poursuivi, ajoutant qu’elle pensait « qu’il est difficile pour eux de comprendre à quel point la situation est mauvaise ici », en référence à la récente instabilité politique.

Claude, une immigrée de France, manifestant contre les plans de refonte judiciaire du gouvernement devant le Musée d’Israël où le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à un événement de célébration de la fête de l’indépendance américaine, à Jérusalem, le 3 juillet 2023. (Crédit : Gila Kalman)

« Netanyahu célèbre leur fête de l’indépendance alors qu’il nous transforme en dictature », s’est moquée Michal, qui a déclaré avoir passé une grande partie de son temps à protester à Tel Aviv contre la refonte judiciaire.

Comme Claude, Michal a déclaré que les États-Unis avaient la responsabilité de s’impliquer dans cette controverse. « Nous faisons confiance à l’Amérique et au président américain pour nous aider. »

Elle n’était pas la seule manifestante à affirmer que le paquet de réformes transformerait Israël en dictature, beaucoup exprimant la conviction que leurs droits humains fondamentaux sont en jeu.

Rotem, qui agitait fièrement un drapeau LGBTQ +, a déclaré qu’elle estimait que la réforme affecterait directement de nombreux problèmes socio-politiques clés importants pour elle. « Nous voulons protéger la démocratie de notre pays parce que nos droits vont nous être retirés. »

Elle a fait valoir que la réforme « détruirait les droits fondamentaux » pour tout le monde, et ce, « peu importe que l’on soit juif ou arabe, femme ou homme ».

Lors de la contre-manifestation, Isaac a rejeté les affirmations des manifestants anti-gouvernement et a déclaré qu’il était venu pour montrer son soutien à la coalition de droite et faire savoir à ses membres « qu’il les soutient pour ce qu’ils font ». « Nous sommes derrière vous. »

Il considère que la réforme renforcera la démocratie et que ses opposants « ne veulent pas que nous élisions notre gouvernement ».

Rejetant le sentiment de la gauche craignant l’abolition de la démocratie, Isaac a soutenu que « c’est Le moyen de faire d’Israël une démocratie ; pour nous laisser, les électeurs, élire le pouvoir judiciaire en Israël tout comme nous élisons l’exécutif et le législatif ».

Gila Kalman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.