Netanyahu : la nouvelle coalition continuera à « aspirer » à la paix avec les Palestiniens
Rechercher

Netanyahu : la nouvelle coalition continuera à « aspirer » à la paix avec les Palestiniens

Depuis quelques jours, le gouvernement évoque une "opportunité" régionale d'avancée sur le conflit israélo-palestinien

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour le 68e Jour de l'Indépendance d'Israël, le 11 mai 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube/Keren Hayesod USA)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour le 68e Jour de l'Indépendance d'Israël, le 11 mai 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube/Keren Hayesod USA)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a assuré dimanche que son gouvernement continuera « à aspirer à un processus politique avec les Palestiniens », alors qu’il est en passe d’y faire entrer l’ultranationaliste Avigdor Liberman, détesté des Palestiniens.

« Je veux qu’il soit clair qu’un gouvernement élargi continuera à aspirer à un processus politique avec les Palestiniens et le fera avec l’aide d’acteurs régionaux », a déclaré Netanyahu à l’ouverture du conseil des ministres hebdomadaire.

Les négociations pour l’entrée au gouvernement de Liberman se poursuivaient dimanche, ont rapporté les médias qui évoquaient la conclusion d’un accord dimanche ou lundi.

Liberman prendrait le portefeuille de la Défense. Il apporterait à Netanyahu les cinq voix de son parti (yisrael Beytenu) au Parlement, permettant au Premier ministre d’élargir sa majorité qui ne tient qu’à une voix (61 sur 120). Selon les commentateurs, ce nouveau gouvernement serait le plus à droite de l’histoire d’Israël.

Avigdor Liberman est un homme connu pour ses diatribes anti-arabes et son populisme belliqueux. Il y a quelques jours, Liberman accusait le gouvernement Netanyahu de manquer de fermeté face aux violences palestiniennes, et de ne pas construire dans les grands blocs d’implantations de Cisjordanie.

Netanyahu n’a pas précisé qui il entendait par « acteurs régionaux ». Depuis quelques jours, son gouvernement évoque une « opportunité » régionale d’avancée sur le conflit israélo-palestinien.

Il ne précise pas à quoi il fait référence mais semble distinguer l’ « opportunité » d’une initiative française qui verrait une conférence internationale se tenir à l’automne.

Le Premier ministre français Manuel Valls a entamé dimanche une visite de trois jours en Israël et dans les Territoires palestiniens, au cours de laquelle il devrait défendre le projet français contre l’opposition de M. Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...