Netanyahu part au Brésil pour de nouveaux horizons diplomatiques et économiques
Rechercher

Netanyahu part au Brésil pour de nouveaux horizons diplomatiques et économiques

Le Premier ministre laissera pendant 6 jours la politique intérieure pour tisser des liens avec le plus grand pays d'Amérique latine, jadis perçu comme un "nain diplomatique"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président élu du Brésil, Jair Bolsonaro, sourit en assistant à la cérémonie de remise des diplômes des cadets de l'Armée à l'Académie militaire des Agulhas Negras à Resende, Brésil, le 1er décembre 2018. (AP Photo/Leo Correa)
Le président élu du Brésil, Jair Bolsonaro, sourit en assistant à la cérémonie de remise des diplômes des cadets de l'Armée à l'Académie militaire des Agulhas Negras à Resende, Brésil, le 1er décembre 2018. (AP Photo/Leo Correa)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’envolera jeudi soir pour le Brésil pour un voyage de six jours axé sur l’amélioration des liens diplomatiques et économiques avec le plus grand pays d’Amérique latine.

L’événement principal de ce voyage – le premier jamais effectué dans ce pays par un Premier ministre israélien – sera l’investiture du nouveau président du Brésil, Jair Bolsonaro, le 1er janvier.

M. Netanyahu rencontrera également d’autres membres importants du gouvernement brésilien, ainsi que des dirigeants de la communauté juive locale, avant de rentrer en Israël le 2 janvier prochain. Il doit également rencontrer le secrétaire d’État américain Mike Pompeo, qui représentera l’administration lors de l’investiture du président Bolsonaro.

Plus tôt cette semaine, des sources du bureau de M. Netanyahu ont indiqué aux médias israéliens qu’il envisageait d’abréger son voyage en raison des développements politiques en Israël. Mais mercredi soir, après que la Knesset a voté la dissolution et la tenue d’élections anticipées en avril, le Premier ministre a décidé d’aller de l’avant avec le plan de voyage initial.

« Cette visite apportera également des nouvelles diplomatiques importantes : un revirement dans les relations d’Israël avec le plus grand pays d’Amérique latine », a déclaré M. Netanyahu dimanche lors de la réunion hebdomadaire du cabinet. « Pas à pas, méthodiquement et avec persévérance, nous faisons d’Israël une puissance mondiale montante. »

Qualifiant sa visite d’ “historique”, le Premier ministre a également souligné les vastes opportunités économiques qui découlent de liens plus étroits avec Brasilia.

« Il y a deux façons de générer de la croissance dans l’économie israélienne : L’une consiste à créer de nouveaux produits et l’autre à ouvrir de nouveaux marchés. Le Brésil est un énorme marché, près de 250 millions de personnes ; l’ouverture de ce gigantesque marché créera de nouveaux emplois en Israël et aidera grandement l’économie israélienne ».

Le Premier ministre Netanyahu, (à gauche), rencontrant une délégation de huit parlementaires brésiliens, novembre 2015 (GPO)

Mais la visite est aussi pleine d’opportunités diplomatiques.

Bolsonaro, un fervent partisan d’Israël, a promis de déplacer l’ambassade de son pays de Tel Aviv à Jérusalem et de fermer l’ambassade palestinienne à Brasilia.

Le président élu a semblé revenir brièvement sur sa promesse le mois dernier, mais son fils Eduardo Bolsonaro a récemment déclaré à Jared Kushner, le gendre du président américain Donald Trump, qu’il s’agissait de savoir « quand, pas si ».

« Il s’agit d’un changement majeur dans la politique étrangère concernant les relations avec Israël », a déclaré Giora Becher, ancien ambassadeur d’Israël au Brésil. « Pendant des années, la position officielle du Brésil a toujours été en faveur des forums internationaux de la cause palestinienne. »

En effet, Bolsonaro a indiqué qu’il allait changer la position traditionnelle pro-palestinienne de son pays en faveur d’Israël. « Soyez assuré que vous pouvez compter sur notre vote à l’ONU sur presque toutes les questions ayant trait à Israël », a-t-il déclaré à un journal israélien le mois dernier.

L’un des signes avant-coureurs du changement promis a été le soutien du Brésil à une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies proposée par les États-Unis condamnant le Hamas le 7 décembre, avant même que Bolsonaro entre officiellement en fonction.

Cela constitue « un changement majeur, parce qu’avant, je me souviens d’avoir parlé à des gens du ministère brésilien des Affaires étrangères ; je les ai suppliés de ne pas voter en faveur [des résolutions anti-israéliennes], même de s’abstenir, et ils ont refusé », a dit Becher. « C’est donc déjà un signal du premier changement dans la politique étrangère brésilienne, et je suis sûr que nous en verrons beaucoup d’autres ».

A en juger par la grande base d’électeurs évangéliques de Bolsonero, Netanyahu sera probablement aussi populaire au Brésil que la capoeira l’est en Israël

Eduardo Bolsonaro, lui-même législateur, a célébré le vote du Brésil contre le groupe terroriste palestinien du Hamas comme une « victoire ».

« Le Brésil ne sera plus un nain diplomatique », a-t-il ajouté, faisant référence à un commentaire désobligeant adressé au pays par un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères en 2014, après avoir critiqué les actions israéliennes contre le Hamas à Gaza. Le président Reuven Rivlin s’est excusé par la suite, mais les relations diplomatiques sont restées tendues – jusqu’aux élections du 28 octobre.

Les partisans de Jair Bolsonaro, font la fêtent à Rio de Janeiro, après que l’ancien capitaine de l’armée a remporté l’élection présidentielle du Brésil, le 28 octobre 2018. (CARL DE SOUZA / AFP)

« L’élection de Bolsonaro marque une nouvelle ère dans les relations israélo-brésiliennes et il a la ferme intention de renforcer ces relations à tous les niveaux – politique et économique – tout au long de son mandat », a déclaré Leah Soibel, fondatrice et PDG de Fuenta Latina, une organisation à but non lucratif basée à Jérusalem qui s’emploie à améliorer les relations entre l’Amérique latine et l’État juif.

« Le Brésil et Israël entretiennent des relations solides et stratégiques. C’est l’un des principaux partenaires commerciaux d’Israël », a-t-elle noté. « Pour illustrer l’importance de ce voyage au Brésil, Netanyahu l’a maintenu malgré tous les défis qu’il doit relever à domicile. Le fait qu’il ne l’ait pas annulée en dit long ».

En s’appuyant sur les déclarations publiques du nouveau président, il pourrait vraiment faire basculer les relations du Brésil en faveur d’Israël, estime Soibel, née aux Etats-Unis de parents argentins.

« Sous la direction de Bolsonaro, Israël pourrait découvrir que le Brésil pourrait bien devenir son allié le plus puissant en Amérique latine », a-t-elle ajouté.

« Non seulement le Brésil a la plus grande population évangélique d’Amérique latine, mais il abrite également la deuxième communauté juive de la région. A en juger par la grande base d’électeurs évangéliques de Bolsonero, Netanyahu sera probablement aussi populaire au Brésil que la capoeira l’est en Israël. »

Un Brésilien sur cinq est évangélique, a-t-elle fait remarquer, ce qui a eu un impact significatif sur le résultat des élections brésiliennes, et leur influence dans le pays est toujours en hausse.

Le monde arabe et musulman a averti Bolsonaro qu’un éventuel déménagement de l’ambassade du Brésil à Jérusalem nuirait aux relations commerciales, mais Soibel a fait valoir que le nouveau gouvernement à Brasilia peut facilement se permettre d’ignorer ces menaces.

Photo prise le 21 septembre 2018, pendant une prière dans une église évangéliste pour la guérison de Jair Bolsnaro, candidat à la présidentielle brésilienne, poignardé pendant sa campagne, à Brasilia. (Crédit : AFP / EVARISTO SA)

« La Ligue arabe avait également averti le Guatemala que le commerce de la cardamome avec les pays arabes serait menacé lorsque le président Jimmy Morales a annoncé son intention de déplacer l’ambassade de son pays », a-t-elle déclaré. « Le Brésil a l’une des plus grandes économies du monde. Si le Guatemala a pu résister aux menaces qui pèsent sur son économie, le Brésil devrait pouvoir en faire autant. »

Le Brésil est l’un des plus grands exportateurs de viande halal vers le monde arabe, et les exportateurs auraient fait pression sur Bolsonaro pour qu’il ne déplace pas l’ambassade et ne mette pas en péril les échanges commerciaux.

En 2010, le Brésil a été le premier pays d’Amérique du Sud à reconnaître un État palestinien fondé sur les frontières d’avant 1967. Six ans plus tard, le Brésil est devenu le premier pays de l’hémisphère occidental à ouvrir une ambassade palestinienne, selon Soibel.

La première étape de Netanyahu sera Rio de Janeiro, où il rencontrera vendredi Bolsonaro, le ministre de la Défense Fernando Azevedo e Silva et le ministre des Affaires étrangères Ernesto Araujo.

Vendredi soir, il visitera la synagogue Kehilat Yaakov dans le quartier de Copacabana, à Rio.

Dimanche matin, il accueillera dans son hôtel des représentants de la communauté juive ainsi qu’un groupe de chrétiens pro-israéliens.

Lundi, il doit se rendre à Brasilia, la capitale, pour plusieurs manifestations au Palais présidentiel, au Palais du ministère des Affaires étrangères et au Congrès national dans le cadre de l’investiture. Il devrait également rencontrer Pompeo et les présidents du Chili et du Honduras.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...