Netanyahu prédit sa victoire électorale grâce à sa gestion de la pandémie
Rechercher

Netanyahu prédit sa victoire électorale grâce à sa gestion de la pandémie

Le Premier ministre a affirmé à un groupe de travailleurs indépendants que lui et ses alliés de la droite religieuse soutiendront des réformes économiques en leur faveur

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans une vidéo, diffusée par la Douzième chaine, d'une rencontre en ligne avec le groupe activiste Ani Shulman, le 13 janvier 2021. (Capture d'écran : la Douzième chaine)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans une vidéo, diffusée par la Douzième chaine, d'une rencontre en ligne avec le groupe activiste Ani Shulman, le 13 janvier 2021. (Capture d'écran : la Douzième chaine)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a affirmé qu’il pensait que son parti le Likud obtiendrait 40 sièges ou plus à la Knesset aux prochaines élections, contre 36 aux élections de mars 2020, ce qui lui permettrait de former une coalition pour avoir la majorité à la Knesset de 120 sièges, et de rester Premier ministre à la tête d’un gouvernement sous ses ordres.

Sa gestion de la pandémie de coronavirus provoquerait ce succès électoral du 23 mars 2021, a-t-il déclaré.

Dans cette vidéo, diffusée jeudi par la Douzième chaine, montrant une rencontre en vidéoconférence tenue la veille au soir, Netanyahu a déclaré que son destin politique était lié à la crise du virus et qu’il gagnerait les élections de mars grâce à la perception de son succès dans la lutte contre la pandémie et la campagne de vaccination massive dans le pays.

Netanyahu rencontrait des représentants d’un groupe protestataire de travailleurs indépendants, et la Douzième chaine a rapporté qu’il craignait que ces militants ne rejoignent ses opposants politiques ou ne tentent de former leur propre parti avant les élections.

Les militants représentent le groupe Facebook « I Am Shulman » (« Ani Shulman » en hébreu), formé en 2019, qui est devenu un point de ralliement sur les réseaux sociaux pour les travailleurs indépendants en Israël, qui se plaignent depuis longtemps d’un traitement injuste par le gouvernement. Nombre d’entre eux ont été particulièrement touchés par la pandémie. Le groupe compte actuellement quelque 200 000 membres.

Netanyahu a promis aux militants qu’il serait en mesure d’obtenir une coalition majoritaire d’au moins 61 sièges à la Knesset, qui en compte 120, afin « de vous obtenir ce que vous voulez ».

« Dans aucune des élections précédentes je n’ai eu [une majorité de 61]. À présent, je peux, car il y a eu un changement : le coronavirus », a déclaré le Premier ministre.

« Le coronavirus [me] rabaisse lorsqu’il augmente, et le coronavirus [m’]élève quand il diminue », a-t-il poursuivi, faisant référence au nombre de cas quotidiens qui devraient diminuer sous l’effet combiné de la campagne de vaccination ambitieuse d’Israël et du troisième confinement national qui commence à se faire sentir.

Netanyahu a prédit la semaine dernière qu’Israël serait le premier pays au monde à vacciner tous ses citoyens de plus de 16 ans, et ce d’ici la dernière semaine de mars. L’élection doit avoir lieu le 23 mars. Quelque deux millions des 9,3 millions de citoyens israéliens ont déjà reçu la première dose du vaccin – le taux par habitant le plus important au monde.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu reçoit la deuxième dose du vaccin Pfizer-BioNTech contre le coronavirus au centre médical Sheba de Ramat Gan, le 9 janvier 2021. (Crédit : Amos Ben-Gershom / GPO)

« Nous dépasserons les 61 sièges, sans Kakhol Lavan et sans la gauche », a déclaré Netanyahu aux militants à propos de la coalition qu’il envisage.

« Si j’obtiens 40 ou 42 sièges [pour le Likud], ensemble nous serons même 63 », a-t-il affirmé, expliquant qu’il envisage une prochaine coalition entre le Likud, les deux partis ultra-orthodoxes – Shas et Yahadut Hatorah – et le parti Tkuma du député Bezalel Smotrich.

Netanyahu prévoit également que ses efforts récents pour tendre la main à la communauté arabe israélienne pourraient lui rapporter « trois ou même quatre sièges ».

Dans un long échange tendu avec les militants, Netanyahu les a conjurés de ne pas introduire un parti supplémentaire dans le paysage politique saturé, par crainte qu’ils n’enlèvent des voix aux autres partis sans pour autant parvenir à entrer à la Knesset, ce qui pourrait lui coûter sa coalition.

Abir Kara. (Facebook)

Selon la Douzième chaîne, la rencontre a eu lieu après que le chef du groupe « Je suis Shulman », Abir Kara, ait rejeté l’offre de Netanyahu de rejoindre la liste du Likud.

« Si vous souhaitez vraiment une solution à vos problèmes, vous devriez me donner vos voix », a déclaré Netanyahu, promettant de faire avancer leurs revendications pour briser les monopoles, affaiblir le statut des syndicats et supprimer les barrières bureaucratiques pour les travailleurs indépendants.

« Les membres de mon parti [Likud] à la Knesset votent pour tout ce que je veux, les ultra-orthodoxes votent pour tout ce que je veux, et Smotrich vote pour tout ce que je veux », a déclaré Netanyahu.

Interrogé sur son échec à affronter les syndicats au cours de ses douze années au pouvoir, Netanyahu a rejeté la faute sur les relations que son ancien ministre des Finances Moshe Kahlon, en poste jusqu’aux élections de 2019, entretenait avec le syndicat Histadrout.

« C’est pour lui que les gens ont voté pour briser les monopoles ! Votez pour moi, je briserai les monopoles ! », a-t-il affirmé.

À la suggestion qu’il « méprisait » les propriétaires de petites entreprises, Netanyahu a répondu avec force : « Je vous méprise ? Je ne travaille pas pour vous ? J’ai failli sacrifier ma carrière politique deux ou trois fois pour vous aider ! »

Le groupe d’activistes, formé avant que la pandémie ne frappe Israël, a connu une vague de soutien au fur et à mesure que le gouvernement introduisait successivement trois confinements nationaux pour lutter contre l’épidémie de coronavirus, fermant à plusieurs reprises les entreprises à travers le pays.

En juillet, le groupe a organisé un rassemblement sur la place Rabin de Tel Aviv contre la gestion de la crise économique par le gouvernement, dénonçant l’aide insuffisante offerte aux propriétaires de petites entreprises et aux professionnels des industries du divertissement et de l’hôtellerie, durement touchées par les restrictions. Certains médias ont estimé que près de 70 000 personnes avaient participé à la manifestation.

Les manifestants demandent une action du gouvernement lors d’une manifestation sur la place Rabin à Tel Aviv, à la suite de la crise économique déclenchée par la pandémie de COVID-19, le 11 juillet 2020. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

En réponse à la diffusion de la vidéo de Netanyahu, « Je suis Shulman » a déclaré dans un communiqué : « Pendant que les politiciens discutent, nous avons travaillé dur pour aider les travailleurs indépendants et obtenir des résultats. Nous recevons de nombreuses offres pour rejoindre des partis, grâce au pouvoir que nous avons accumulé, et nous examinerons chacune d’entre elles en fonction de ce qu’ils proposent de faire en faveur des travailleurs indépendants en Israël. »

Fâché contre la Douzième chaîne pour avoir diffusé ces images, le Likud a affirmé que le média « avait choisi de diffuser deux minutes qui ne sont pas représentatives de la rencontre, longue et importante ».

« Après que le Premier ministre a obtenu des millions de vaccins pour tous les citoyens israéliens, il se consacre à présent à aider les travailleurs indépendants et tous ceux qui ont été meurtris par la pandémie de coronavirus, afin que nous puissions tous reprendre une vie normale », indique le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...