Netanyahu revient du bord du gouffre, sera-t-il aussi efficace à ses procès ?
Rechercher
Analyse

Netanyahu revient du bord du gouffre, sera-t-il aussi efficace à ses procès ?

Le chef du Likud, qui a selon les premiers résultats remporté une extraordinaire victoire, a réaffirmé jusqu'ici, ses pouvoirs de « roi Bibi »

David Horovitz

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'annonce des résultats à la sortie des urnes, le 2 mars 2020. (Crédit : Twitter)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l'annonce des résultats à la sortie des urnes, le 2 mars 2020. (Crédit : Twitter)

En supposant que les sondages à la sortie de la télévision de lundi soir soient confirmés alors que les résultats réels vont affluer au cours des prochaines heures, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a fait campagne avec une vigueur presque désespérée ces dernières semaines, a remporté une extraordinaire victoire lors des troisièmes élections israéliennes en un an.

S’accrochant à la fonction de Premier ministre, au bord des oubliettes politiques après le dernier scrutin il y a moins de six mois, il a rétabli le statut du Likud en tant que plus grand parti politique d’Israël et renforcé le bloc de partis qu’il a mené à une position imprenable.

Au lieu d’être sous la menace, c’est plutôt l’avenir politique de son rival Benny Gantz qui a échoué trois fois à le battre, et de son alliance de partis Kakhol lavan, qui se trouvent être menacés.

Le rebond victorieux de Netanyahu est d’autant plus remarquable que, dans l’intervalle depuis les élections de septembre – au cours desquelles le Kakhol lavan a dominé le Likud et laissé passer une occasion de changer la direction du pays – le Premier ministre a été inculpé de trois affaires criminelles. Son procès doit s’ouvrir devant le tribunal de district de Jérusalem dans à peine deux semaines – le 17 mars.

Dans les derniers jours de la campagne, Netanyahu a promis de ne pas faire avancer ni soutenir une législation destinée à contrecarrer ce processus juridique. Il s’est plutôt engagé à rejeter les allégations portées contre lui devant le tribunal, affirmant qu’il avait confiance dans les juges d’Israël.

Selon les résultats électoraux finaux et selon la nature de la coalition multipartite que Netanyahu choisira (pourra) ensuite de bâtir, il pourrait cependant à nouveau choisir de demander l’immunité parlementaire contre les poursuites (effort auquel il a dû renoncer dans la Knesset sortante, lorsqu’il est devenu clair qu’il ne disposerait pas d’un soutien suffisant), ou encourager d’autres lois qui empêcheraient encore ses poursuites.

Comment il a fait

Netanyahu a fait campagne contre Gantz avec un mélange de moyens équitables et de fautes méprisables. Lui et ses partisans ont travaillé assidûment pour dépeindre l’ancien chef d’état-major comme étant faible, bègue et peut-être corrompu. Gantz a été forcé de nier qu’il souffrait de problèmes mentaux, après que le camp de Netanyahu s’est moqué de ses discours parfois hésitants, et de rappeler aux Israéliens qu’il était un peu malentendant après près de quarante ans passés au sein de l’armée.

Netanyahu a fait grand cas d’une allégation entièrement non prouvée selon laquelle le téléphone de Gantz avait été piraté par l’Iran et qu’il était donc vulnérable face à l’extorsion. Et le Premier ministre a été stimulé par un enregistrement dans lequel un conseiller politique qui travaillait pour Gantz a été entendu, dans une conversation avec son rabbin, qualifier le dirigeant de Kakhol lavan de danger potentiel pour Israël car il avait trop peur d’attaquer l’Iran.

Netanyahu a probablement été stimulé de manière plus significative, cependant, par une campagne extrêmement efficace, qui, entre autres éléments, a utilisé les données du registre électoral national pour cibler les électeurs du Likud et les électeurs potentiels du Likud, et s’assurer qu’ils sont effectivement allés aux urnes.

Gantz, pour sa part, a mené une campagne largement réactive, niant à la hâte chaque allégation préjudiciable soulevée par Netanyahu et ses partisans, plutôt que d’opter pour l’offensive. La semaine dernière, des roquettes ont été tirées de Gaza, mais Gantz n’a pas su tirer un avantage politique de cette vulnérabilité de Netanyahu.

Le chemin de Netanyahu vers la victoire n’a pas été entièrement sans heurts. Après que le président américain Donald Trump a dévoilé son plan de paix israélo-palestinien le 28 janvier, avec Netanyahu à ses côtés, le Premier ministre a immédiatement promis qu’il annexerait toutes les implantations de Cisjordanie et la région de la vallée du Jourdain dans quelques jours. Mais il a reçu une gifle de la part de l’envoyé de Trump Jared Kushner, à la fureur de la direction des résidents israéliens de Cisjordanie.

Jared Kushner, assistant du président et haut-conseiller, écoute le président Donald Trump lors d’une réunion du cabinet à la Maison Blanche à Washington, DC, le 19 novembre 2019 (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)

Après avoir si bien réussi aux élections, Netanyahu peut désormais déterminer le rythme et l’ampleur d’une telle annexion, et le faire en coordination patiente avec l’administration américaine, après avoir démontré aux résidents israéliens de Cisjordanie qu’il restait leur meilleure option.

Son soutien à l’annexion semble avoir conduit à une participation inhabituellement élevée parmi les électeurs arabes israéliens, dont beaucoup sont particulièrement exaspérés par une clause du plan Trump qui prévoit la redésignation possible de certaines zones arabes juste à l’intérieur du nord et du centre d’Israël pour faire partie d’une future entité palestinienne en Cisjordanie. Mais la montée de la Liste arabe unie, qui pourrait avoir gravement nui à Netanyahu lundi, semble avoir été plus que compensée par l’augmentation du taux de participation pour son propre Likud. Même l’enregistrement embarrassant dans lequel un assistant de Netanyahu déclarait que « la haine est ce qui unit notre camp », n’a évidemment fait que peu ou pas de dégâts importants.

Batailles juridiques à venir

En contraste aigu avec le résultat de septembre, dans lequel le bloc de droite et orthodoxe n’a rassemblé que 55 sièges, Netanyahu et ses partisans ont commencé à célébrer le moment où les trois sondages de sortie de la télévision à 22 heures a donné à leur alliance une prédiction de 60 des 120 sièges de la Knesset – à un siège de la majorité, comme en avril dernier.

En supposant une fois de plus que les résultats finaux soient similaires, Netanyahu est de retour avec force au commandement d’Israël. Mais cela signifie également que la politique israélienne peut maintenant entrer rapidement dans le domaine juridique.

Le Premier ministre et ses partisans sont catégoriques : rien dans la loi israélienne n’empêche un Premier ministre inculpé de former puis de diriger un nouveau gouvernement. La Cour suprême a cependant choisi de ne pas rendre de décision définitive sur la question ces derniers mois, alors que la question n’était que théorique. Maintenant, cela s’immisce dans le terrain de la pratique et cela devient donc urgent.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...