Netanyahu se rend à l’arrêt d’autobus où les deux soldats ont été tués
Rechercher

Netanyahu se rend à l’arrêt d’autobus où les deux soldats ont été tués

Le maire de Beit El demande de veiller à ce que l'entrée nord de Ramallah reste fermée après les attaques

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) visite la jonction Givat Assaf avec le président du conseil local de Beit El, Shai Alon, où deux soldats de l'armée israélienne ont été tués dans un attentat terroriste, le 18 décembre 2018. (Conseil local de Beit El)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) visite la jonction Givat Assaf avec le président du conseil local de Beit El, Shai Alon, où deux soldats de l'armée israélienne ont été tués dans un attentat terroriste, le 18 décembre 2018. (Conseil local de Beit El)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est rendu mardi à Givat Assaf en Cisjordanie, où deux soldats de l’armée israélienne ont été tués dans un attentat terroriste la semaine dernière et ont juré que les militaires allaient attraper les coupables.

« Comme vous l’avez entendu, la chasse à l’homme est déclenchée. Au cours du week-end, il y a eu 100 arrestations, hier 36 autres. Ce n’est qu’une question de temps. Nous trouverons aussi ce tueur. Tout comme nous en avons trouvé d’autres, et nous allons régler ces problèmes », a déclaré M. Netanyahu dans un communiqué à l’arrêt de bus du centre de la Cisjordanie.

Le Premier ministre a été accueilli par Shai Alon, le président du conseil local voisin de Beit El. Le chef des habitants des implantations a pressé le Premier ministre de fermer l’entrée nord du village palestinien d’Al-Bireh, qui aurait été utilisée par des terroristes pour fuir vers Ramallah après avoir mené des attaques sur la Route 60, la principale artère nord-sud de la Cisjordanie.

Après l’attaque de jeudi dernier, au cours de laquelle le Sergent Yovel Mor Yosef, 20 ans, et le Sergent Yosef Cohen, 19 ans, ont été tués et un autre soldat et une civile grièvement blessés, l’entrée connue par les habitants des implantations connue sous le nom de « Focus Block » a été fermée.

Une photo montrant le sergent Yosef Cohen, à gauche, et le sergent d’état-major Yovel Mor Yosef de la Brigade Kfir de l’armée israélienne. Les deux hommes ont été tués le 13 décembre 2018 lors d’un attentat terroriste à l’extérieur de l’avant-poste de Givat Assaf, dans le centre de la Cisjordanie. (Armée israélienne)

Le Focus Block mène à une route empruntée par les Palestiniens depuis Al-Bireh et Ramallah au sud, et par les habitants des implantations depuis Beit El au nord, afin d’atteindre la Route 60.

Après la deuxième Intifada, l’entrée d’Al-Bireh avait été fermée, sauf pour les convois palestiniens VIP. Les Palestiniens de Ramallah qui souhaitaient atteindre la route 60 ont été forcés de passer par Kafr Aqab ou Birzeit, ce qui exige souvent d’attendre dans les importants embouteillages du centre-ville.

Cependant, il y a deux ans, l’entrée a été rouverte à tous les Palestiniens.

Dimanche – trois jours après l’attaque à Givat Assaf – l’entrée a été rouverte. Alon a immédiatement pris contact avec l’armée israélienne, qui a par la suite fermé le Focus Block.

Le responsable local de l’implantation a ensuite publié une déclaration dans laquelle il réitérait publiquement l’avertissement qu’il avait adressé aux responsables de l’armée israélienne : »Si le Focus Block est ouvert, on le fermera avec nos corps. »

Une carte montrant l’entrée nord du village d’Al-Bireh, au centre de la Cisjordanie, que les dirigeants des implantations veulent fermer en réponse aux récentes attaques terroristes. L’entrée est marquée en rouge, al-Bireh est marquée en bleu clair, la route menant à l’avant-poste de Givat Assaf que les dirigeants des implantations veulent fermer au trafic palestinien est marquée en bleu foncé, Givat Assaf est en rose et Beit El est en vert. (Autorisation)

Netanyahu n’a pas répondu immédiatement à la demande d’Alon mardi, mais a dit qu’il examinerait la question.

Le Premier ministre a dans le même temps assuré au maire de Beit El que le gouvernement élargirait l’entreprise d’implantation en réponse à la dernière vague d’attaques.

« Le terrorisme palestinien pense qu’il peut nous déraciner. Il ne nous déracinera pas. C’est le cœur de notre patrie. Nous renforcerons les implantations de peuplement chaque fois davantage (qu’il y a une attaque), comme nous le faisons en ce moment », a-t-il dit, en félicitant ensuite les habitants des implantations pour leur résistance face à la « terreur meurtrière ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...