Rechercher

Netanyahu serait un « bon médiateur » entre Kiev et Moscou, dit un conseiller de Zelensky

Mykhailo Podolyaka déclaré à la télévision israélienne que le Premier ministre israélien « savait ce qu’étaient les guerres modernes » et « la médiation »

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président russe Vladimir Poutine. (Crédit : Montage photos AP)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président russe Vladimir Poutine. (Crédit : Montage photos AP)

Un des plus proches conseillers du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a indiqué jeudi que le Premier ministre Benjamin Netanyahu pourrait utilement servir de médiateur entre Moscou et Kiev pour mettre fin au conflit, relançant une idée déjà utilisée – sans succès – sous le précédent gouvernement israélien.

L’ex-Premier ministre Naftali Bennett avait en effet agi en tant que médiateur, pendant plusieurs semaines au printemps 2022, mettant à profit les relations qu’Israël entretient avec les deux pays pour faire passer des messages entre Zelensky et le président russe Vladimir Poutine tout en se coordonnant avec d’autres puissances régionales. Bennett s’était même rendu à Moscou et avait été l’un des tout premiers dirigeants à s’entretenir avec Poutine au début de la guerre.

L’action de Bennett n’a toutefois pas été couronnée de succès et a été suspendue lorsque sa coalition s’est effondrée.

Netanyahu a indiqué avoir refusé la proposition d’agir en tant que médiateur entre Zelensky et Poutine alors qu’il était chef de l’opposition. Il avait fait savoir, le mois dernier, que l’offre pourrait se répéter, sans préciser la réponse qu’il y apporterait cette fois.

« Je n’ai aucun doute que M. Netanyahu pourrait être un médiateur efficace », a déclaré Mykhailo Podolyak au réseau i24NEWS jeudi. « Car il a une compréhension fine de ce que sont les guerres modernes et de ce qu’est la médiation dans ces conditions. »

Podolyak a toutefois affirmé que Moscou n’était pas intéressé par de véritables négociations.

« Sous couvert de négociations, la Russie veut la reddition de l’Ukraine », a-t-il déclaré.

Le conseiller de Zelensky a assuré que la Russie voulait un cessez-le-feu qui garantisse ses gains territoriaux tout en lui laissant le temps de se réarmer avec l’aide de l’Iran et de la Corée du Nord, conditions refusées par une Ukraine qui reprend progressivement le pas sur l’armée russe, qu’elle repousse hors des territoires occupés.

Ces propos de Podolyak contribuent à apaiser les craintes de tensions entre Israël et l’Ukraine, suite au mécontentement exprimé par Kiev envers la conduite du nouveau ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen.

Cohen avait en effet déclaré, en début de semaine, que le gouvernement israélien « parlerait moins » de l’invasion russe, ce que certains avaient interprété comme un coup porté aux critiques formulées par la coalition précédente sur la guerre menée par Poutine.

L’ambassadeur d’Ukraine en Israël, Yevgen Korniychuk, a déclaré que Kiev considérait l’appel téléphonique de Cohen, mardi, avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, comme le signe d’un changement de position de Jérusalem.

« Aucun ministre israélien des Affaires étrangères ne s’était entretenu avec Lavrov depuis le début de la guerre », a-t-il déclaré au Times of Israel, précisant que les autorités ukrainiennes étaient furieuses que Cohen ait eu cet entretien.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.