Syrie: 15 morts dont huit Iraniens dans la frappe nocturne attribuée à Israël
Rechercher

Syrie: 15 morts dont huit Iraniens dans la frappe nocturne attribuée à Israël

Damas a déclaré avoir abattu deux missiles israéliens ; la frappe est intervenue après que l'armée israélienne a signalé une "activité anormale" dans le Golan

La frappe nocturne attribuée à Israël près de Damas a tué 15 combattants pro-régime étrangers dont 8 Iraniens, selon un nouveau bilan fourni par l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Le tir a visé mardi soir un dépôt d’arme des Gardes de la révolution, l’armée d’élite du régime iranien, dans le secteur de Kiswé au sud de la capitale, a précisé l’OSDH.

« Neuf combattants appartenant aux Gardiens de la Révolution iraniens ou aux milices chiites pro-iraniennes ont été tués » dans le secteur de Kiswa, avait initialement indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les « dépôts d’armes ciblés appartiennent à la Garde révolutionnaire iranienne », qui combat aux côtés des forces gouvernementales dans la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011, a-t-il ajouté.

L’agence de presse officielle syrienne Sana a indiqué que l’armée syrienne a intercepté mardi soir deux missiles israéliens visant un secteur proche de la capitale Damas.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a pour sa part rapporté que ces missiles avaient visé un « dépôt d’armes appartenant aux Gardiens de la révolution iraniens ».

« La défense anti-aérienne a intercepté deux missiles israéliens lancés contre (le secteur de) Kiswé et les ont détruits », selon l’agence Sana.

L’agence avait fait état plus tôt « d’explosions » dans ce secteur, tandis que la télévision syrienne avait retransmis des images de flammes qui selon elle se dégageaient d’un incendie provoqué par la destruction des deux missiles.

Israël ne fait pas de commentaires sur les frappes en Syrie.

Ce n’est pas la première fois que ce secteur au sud-ouest de Damas est visé. Israël y avait déjà bombardé des positions militaires, notamment un dépôt d’arme en décembre.

Mardi soir, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dit « soutenir totalement » le retrait américain de l’accord nucléaire avec l’Iran, tandis que la partie du Golan occupée par Israël était placée en état d’alerte élevé devant l’éventualité d’une attaque iranienne venue de Syrie.

Israël a effectué ces dernières années, et particulièrement depuis 2017, de nombreuses frappes en Syrie contre le régime de Bachar al-Assad ou son allié, le Hezbollah libanais.

Des vidéos ont été relayées sur les réseaux sociaux et montrent l’impact de frappe. Des vidéos de surveillance font état d’un éclair de lumière blanche au moment ou la bombe touche sa cible, après ce qui ressemblait à une explosion secondaire. Cela corrobore l’hypothèse que la frappe a ciblé des missiles. Des vidéos filmées sur téléphones montrent des camions en feu et des feux en direction de la base iranienne présumée.

Après l’attaque, les médias libanais ont indiqué que des avions israéliens volaient au-dessus de la côte sud du pays.

L’armée n’a pas donné l’instruction aux habitants du plateau du Golan d’aller s’abriter, mais a seulement indiqué aux autorités locales de préparer les abris publics en cas d’urgence.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...