Rechercher

Nir Hefetz: j’ai fait des demandes aux médias pour Sara Netanyahu au nom de son mari

Le témoin de l'Etat dit qu'il était mitigé à l'idée de témoigner contre la femme de l'ancien Premier ministre : "Elle a beaucoup de belles qualités"

Nir Hefetz à son arrivée pour une audience dans le procès contre l'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, au tribunal de district de Jérusalem, le 13 décembre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)
Nir Hefetz à son arrivée pour une audience dans le procès contre l'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, au tribunal de district de Jérusalem, le 13 décembre 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

Un témoin clé de l’accusation dans le procès de Benjamin Netanyahu a déclaré mercredi qu’il avait à plusieurs reprises fait des demandes au site d’information Walla sous le nom de Netanyahu alors que les demandes venaient en réalité de sa femme, Sara Netanyahu.

Il a également déclaré que lui et l’ancien Premier ministre « ne pensaient pas que ce que nous faisions était illégal ».

L’ancien porte-parole et proche de la famille Netanyahu, Nir Hefetz, a déclaré qu’il avait fait les demandes au nom de Netanyahu à l’ancien PDG de Walla, Ilan Yeshua, pour mieux le convaincre d’exécuter ses ordres. Mais il a affirmé n’avoir jamais trompé l’actionnaire majoritaire de Bezeq, Shaul Elovitch.

Hefetz est le témoin vedette de l’État dans l’affaire 4000, la plus grave des trois affaires dans lesquelles Netanyahu est inculpé. L’ex-Premier ministre est accusé d’avoir travaillé pour favoriser de manière illicite et lucrative les intérêts commerciaux de l’actionnaire majoritaire de Bezeq, Shaul Elovitch, en échange d’une couverture médiatique avantageuse sur le site d’information Walla, propriété d’Elovitch.

Une image composite du Premier ministre Benjamin Netanyahu (D) et de l’actionnaire majoritaire de Bezeq Shaul Elovitch. (Flash90 / Ohad Zwigenberg / POOL)

« Parfois, j’utilisais le nom de [Benjamin] Netanyahu comme étant celui qui faisait la demande, lorsque la demande de [Sara] n’était pas fondée, afin qu’ils ne la refusent pas », a déclaré Hefetz mercredi, au cours de sa quatrième semaine à la barre.

« Je n’avais pas confiance en Yeshua. Quand les demandes sont allées à Elovitch, j’ai dit exactement de qui elles venaient », a dit Hefetz.

Hefetz a dit qu’il était mitigé à l’idée de témoigner contre la femme de l’ancien Premier ministre. Sara Netanyahu a été impliquée dans de nombreuses controverses, notamment des accusations d’abus envers le personnel de maison, et est parfois décrite dans les médias israéliens comme dominatrice et instable.

« Ma plus grande difficulté émotionnelle dans la signature de l’accord pour être un témoin de l’État, en dehors de ma propre famille, était Sara Netanyahu », a déclaré Hefetz.

« Benjamin Netanyahu était au courant que Hefetz envoyait des messages pour Sara, selon Hefetz. Le Premier ministre écrivait parfois des messages au nom de Sara car « il sentait qu’elle était blessée à cause de lui ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara devant leurs partisans pendant la soirée des élections israéliennes au siège du parti du Likud à Tel Aviv, le 3 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

« Aussi parce qu’il l’aime vraiment, contrairement à ce que disent les médias. »

Hefetz a déclaré que Sara Netanyahu « a beaucoup de belles qualités qui ne sont pas exprimées dans les médias. Même lorsque j’ai travaillé pour équilibrer le tableau, je l’ai fait en toute bonne foi. »

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...