NJ : 2 sénateurs dénoncent la « haine anti-palestinienne » après des menaces
Rechercher

NJ : 2 sénateurs dénoncent la « haine anti-palestinienne » après des menaces

Le Palestinian American Community Center de Clifton a reçu une trentaine d'appels qui ont menacé de faire exploser le centre et d'agresser physiquement et sexuellement le personnel

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le sénateur américain Cory Booker, en arrière plan, regarde le sénateur Bob Menendez prendre la parole lors d'une conférence de presse à l'aéroport international Newark Liberty, le 8 janvier 2019, à Newark, N.J. (Crédit : AP Photo/Julio Cortez)
Le sénateur américain Cory Booker, en arrière plan, regarde le sénateur Bob Menendez prendre la parole lors d'une conférence de presse à l'aéroport international Newark Liberty, le 8 janvier 2019, à Newark, N.J. (Crédit : AP Photo/Julio Cortez)

Les deux sénateurs du New Jersey ont publié jeudi des déclarations condamnant les récentes menaces à la bombe adressées à un centre communautaire palestinien dans leur État.

« La haine anti-palestinienne et l’islamophobie n’ont pas leur place dans notre État, notre nation ou ailleurs. Ces menaces violentes et ignobles sont inacceptables. Nous devons tous prendre la parole et dénoncer la haine sous toutes ses formes », a tweeté le sénateur Cory Booker.

« Il n’y rien qui puisse excuser ou justifier les menaces et la terreur à l’encontre de nos voisins palestino-américains. La diversité et la tolérance sont des valeurs essentielles du NJ, et de tels actes de haine doivent être universellement condamnés et poursuivis dans toute la mesure de la loi », a déclaré le sénateur Robert Menendez.

Mardi, le Palestinian American Community Center de Clifton a reçu une trentaine d’appels de la part d’au moins deux individus qui ont menacé de faire exploser le centre et d’agresser physiquement et sexuellement les membres du personnel, selon le site Northjersey.com.

« Êtes-vous palestinien ? … alors je sais qu’il faut que je vienne te faire sauter », peut-on entendre le suspect avertir dans l’un des appels.

Le suspect a affirmé que le centre était « une organisation terroriste qui fait sauter des bâtiments et décapite des gens ».

La police a placé une voiture de patrouille à l’extérieur du centre et une plainte a été déposée auprès du FBI, selon Northjersey.com.

Le centre communautaire a publié une déclaration demandant que l’incident « soit pris extrêmement au sérieux en tant que crime de haine raciale, politique et sexiste ».

« Le personnel est secoué mais responsabilisé par la communauté ; comme notre peuple en Palestine, nous n’allons nulle part. »

Par ailleurs, une coalition de plus de 150 ONG issues de la société civile ont demandé à l’administration Biden de faire pression pour la création d’un fonds international pour la paix israélo-palestinienne lors du sommet annuel du G7 au Royaume-Uni la semaine prochaine.

Palestiniens et Israéliens assistent à une cérémonie conjointe pour les familles des victimes israéliennes et palestiniennes a Yom Hazikaron organisée par les organisations « Combattants Pour la Paix »» et les «Forum israélo-palestinien des familles endeuillées pour la Paix » à Tel-Aviv, le 21 avril 2015. (Crédit photo: Tomer Neuberg / Flash90)

« Envisagé comme un fonds annuel de 200 millions de dollars destiné à soutenir les programmes de rapprochement entre les Palestiniens et les Israéliens, ce fonds serait à l’image du Fonds international pour l’Irlande, créé par le Congrès américain et financé par des entités publiques et privées du monde entier, qui a joué un rôle essentiel dans la négociation de la paix pendant la période des troubles », a déclaré l’Alliance pour la paix au Moyen-Orient (ALLMEP) dans un communiqué.

ALLMEP affirme que le financement américain d’une telle initiative existe déjà, grâce à la décision prise l’année dernière par le Congrès d’adopter une loi connue sous le nom de Lowey Fund, qui alloue 250 millions de dollars sur cinq ans pour développer les programmes de paix et de réconciliation israélo-palestiniens dans la région.

En début de semaine, soixante-cinq membres du Parlement britannique avaient déjà signé une lettre adressée à leur ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, demandant à Londres de faire pression pour la création d’un fonds de consolidation de la paix au G7.

De son côté, le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a insisté sur le fait que l’administration Biden souhaite qu’une « aide humanitaire immédiate » soit apportée à la population de Gaza, lors de sa rencontre avec le ministre de la Défense Benny Gantz à Washington, a fait savoir la Maison Blanche.

Le ministre de la Défense, Benny Gantz (à gauche), et le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan, à la Maison Blanche, le 3 juin 2021. (Crédit : Shmulik Almani/Ministère de la Défense)

« Sullivan a réaffirmé le soutien indéfectible du président Biden au droit d’Israël à se défendre et son engagement à renforcer tous les aspects du partenariat de sécurité américano-israélien, y compris le soutien au système du Dôme de fer », selon un communiqué du porte-parole du Conseil national de sécurité américain.

Au cours de la réunion, Gantz et Sullivan « ont discuté de leur intérêt commun pour les mesures visant à renforcer la stabilité, la paix et la sécurité, non seulement pour les Israéliens et les Palestiniens, mais aussi dans toute la région », indique le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...