Ofer Shelah annonce son départ de Yesh Atid et la création d’un nouveau parti
Rechercher

Ofer Shelah annonce son départ de Yesh Atid et la création d’un nouveau parti

Le député a évoqué le refus, par le chef de son parti actuel Yair Lapid, d'organiser des élections primaires

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le député Ofer Shelah de Yesh Atid. (Flash90)
Le député Ofer Shelah de Yesh Atid. (Flash90)

Le député Ofer Shelah, membre fondateur de Yesh Atid, a annoncé jeudi qu’il quittait le parti centriste pour lancer son propre mouvement politique qui se présentera aux prochaines élections de mars.

Lors d’une conférence de presse organisée à midi, Shelah a cité comme raison de son départ le rejet par le leader de Yesh Atid, le député Yair Lapid, de sa demande d’organiser des primaires internes à la direction du parti.

« J’ai exigé de Yair Lapid des élections pour la direction de Yesh Atid mais il a refusé et continue de refuser », a-t-il déclaré. « En conséquence, je suis obligé de quitter Yesh Atid. »

« La triste histoire de Kakhol lavan » illustre les échecs de la création d’un parti avec des personnalités publiques vedettes, mais sans primaires, a déclaré Shelah, en faisant référence au parti de Benny Gantz, qui a vu sa popularité chuter au point où il ne devrait plus obtenir que la moitié de ses 14 sièges actuels au Parlement.

« J’ai dit [à Lapid] que sans un changement profond, Yesh Atid ne peut pas continuer à être une alternative [au Likud]. Lapid a refusé », a-t-il déclaré.

Roee Cohen, résidente de la LAHAV, la Chambre israélienne des organisations et entreprises indépendantes, s’est tenue aux côtés de Shelah et a déclaré qu’il rejoindrait son futur parti.

« Israël se trouve à un moment crucial », a déclaré Shelah. « Les prochaines élections décideront si nous continuons à vivre sous un régime défaillant et moralement pourri, ou si nous mettons fin à la plus longue crise politique que le pays ait connue. Cette conjoncture exige de prendre des décisions courageuses. »

Le parti de Shelah devrait proposer un programme de centre-gauche. Il a déclaré qu’il cherchera à renouveler la coopération entre le bloc de centre-gauche et les partis ultra-orthodoxes, une relation qui s’est détériorée ces dernières années au point que les partis ultra-orthodoxes refuseraient de siéger au gouvernement avec Lapid en raison de ses exigences relatives à la communauté.

Il a également déclaré que s’il ne rejoindra pas un gouvernement avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, il s’efforcera d’empêcher « le boycott de communautés entières ».

La Treizième chaîne a rapporté que Shelah avait récemment rejeté une offre du Parti travailliste, dont les sondages ont prédit qu’il ne franchirait pas le seuil électoral à la Knesset.

Lapid a réagi par un tweet en souhaitant « à Ofer Shelah de réussir sur son chemin et le remercie pour sa coopération au cours des neuf dernières années ».

Selon les médias israéliens, Lapid et Shelah n’ont pas été en communication depuis plusieurs semaines, au cours desquelles il est apparu clairement qu’ils ne se présenteraient pas ensemble aux élections de mars.

Le député Yair Lapid, dirigeant du parti Yesh Atid, s’exprime lors du plénum de la Knesset à Jérusalem, le 24 août 2020. (Oren Ben Hakoon/Pool)

En septembre, Shelah avait insisté pour que Yesh Atid organise des primaires à la tête du parti en vue des prochaines élections, qui auraient été les premières depuis la création du parti en 2012 par Lapid. Cependant, Lapid a rapidement rejeté l’idée, déclarant qu’un vote pour la direction du parti ne serait organisé que l’année prochaine.

Selon un reportage de l’époque, Shelah avait dit aux associés de Lapid que Yesh Atid avait besoin d’un changement.

« Yesh Atid, sous la direction de Yair Lapid, est dans une impasse, tant sur le plan électoral que politique », a déclaré Shelah au site d’information Walla. « Yesh Atid a besoin d’un changement dans sa conduite, ses déclarations et son leadership. »

La désertion de son parti par Shela est la dernière d’une série d’allégeances changeantes qui ont vu les législateurs du Likud et de Kakhol lavan partir pour d’autres partis.

Mardi soir, le ministre du Likud Ze’ev Elkin, proche confident de Netanyahu, a annoncé qu’il ne pouvait plus soutenir le Premier ministre, qu’il accuse de faire passer ses besoins personnels avant ceux de l’État.

Elkin a déclaré qu’il rejoindrait l’ancien membre du Likud Gideon Sa’ar, qui a quitté le Likud au début du mois pour créer le parti Tikva Hadasha afin de défier Netanyahu pour le poste de Premier ministre. En plus d’Elkin, Sa’ar a jusqu’à présent attiré trois autres députés du Likud au sein de son parti.

Les élections ont été automatiquement déclenchées mardi à minuit après que le gouvernement n’a pas réussi à adopter un budget d’État au terme de mois de luttes intestines.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...