Rechercher
Opinion

On connait les versions de la mort de Shireen Abu Akleh. Il nous faut la vérité

Une journaliste a été tuée dans le cadre de son travail alors qu’elle était identifiée comme "Presse". Beaucoup pensent pouvoir trouver les réponses, mais nous n'en savons rien

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Shireen Abu Akleh en reportage en Cisjordanie pour Al Jazeera dans un clip non daté (Crédit: capture d'écran Al Jazeera).
Shireen Abu Akleh en reportage en Cisjordanie pour Al Jazeera dans un clip non daté (Crédit: capture d'écran Al Jazeera).

Dans une interview télévisée, accordée quelques heures après la mort de la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh, tuée lors d’affrontements entre Tsahal et des hommes armés palestiniens lors d’une opération de l’armée à Jénine, le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a rejeté la suggestion selon laquelle Israël avait déjà perdu la guerre de relations publiques pour savoir qui était à blâmer.

En effet, Lapid a déclaré à la Douzième chaîne israélienne mercredi soir, que le narratif israélien, « nous ne savons toujours pas ce qui s’est passé », avait été accepté par les Américains et même dans l’arène européenne.

Sa suggestion immédiate, médiatisée – et par la suite rejetée – à l’Autorité palestinienne de travailler ensemble sur une enquête, a déclaré le ministre des Affaires étrangères, a également trouvé un écho international.

Bien sûr, a poursuivi Lapid, rien n’aurait aidé les Palestiniens, « par qui nous sommes immédiatement blâmés ». Mais des leçons ont été tirées, a-t-il insisté, des incidents litigieux précédents dans lesquels Israël s’est figé, a induit en erreur et n’a pas réussi à diffuser rapidement ce qu’il pensait s’être produit.

A-t-on retenu la leçon? Eh bien, pas totalement.

Le briefing du ministre de la Défense Benny Gantz à la presse étrangère mercredi, dans lequel il a souligné l’engagement d’Israël à « découvrir la vérité » sur la façon dont la mort d’Abu Akleh s’est déroulée, était important.

Mais peu après la mort de la journaliste, le porte-parole de Tsahal a décrit Abu Akleh et d’autres journalistes comme « filmant et travaillant pour un média au milieu de Palestiniens armés. Ils sont armés de caméras, si je peux me permettre ».

Par la suite, pendant plusieurs heures, des personnalités politiques et militaires israéliennes de premier plan ont déclaré qu’il était probable qu’Abu Akleh ait été tué par des tirs palestiniens, avant que le chef d’état-major de Tsahal, tout en notant que les troupes de Tsahal avaient essuyé des tirs palestiniens « sauvages et aveugles », a précisé qu’à ce stade, s’il regrettait profondément le décès de la journaliste, il n’était tout simplement « pas possible de déterminer » qui était à l’origine des coups de feu qu’elle a subis.

Le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, s’exprime depuis une base militaire en Cisjordanie, le 11 mai 2022. (Crédit : Armée israélienne)

Et très peu de choses ont été dites par les responsables israéliens sur le contexte spécifique de cette opération militaire, sur la raison pour laquelle Tsahal était à Jénine en premier lieu.

L’armée a intensifié ses activités dans la région de Jénine ces dernières semaines pour tenter d’empêcher davantage d’attaques terroristes récentes, dont plusieurs – y compris les tirs mortels de trois Israéliens dans un bar du centre de Tel Aviv le 7 avril, et les meurtres à la hache de trois autres Israéliens à Elad la semaine dernière – ont été perpétrés par des Palestiniens de Jénine et de ses environs. Un point assez important à souligner, pourrait-on penser, pour tenter de donner au monde, qui regarde d’un œil amateur, des explications sur la mort d’une journaliste prise dans une fusillade.

Et c’est sans compter la question de savoir si Tsahal dispose de plus d’informations et de documents sur l’affrontement meurtrier de mercredi, qu’il n’a pas jugé bon de rendre rapidement disponibles – comme cela s’est avéré tardivement être le cas, par exemple, en ce qui concerne l’interception meurtrière par la marine israélienne du Mavi Marmara, qui a brisé le blocus de Gaza, en 2010, lorsque Tsahal a initialement choisi de ne pas publier d’images montrant des commandos navals attaqués lorsqu’ils sont montés à bord du navire.

Des images des caméras de sécurité du Mavi Marmara montrent des activistes à bord alors qu’ils se préparent à attaquer les soldats de Tsahal le 31 mai 2010. (Crédit : Porte-parole de Tsahal/Flash90)

Comme plusieurs incidents passés auxquels Lapid a fait allusion, le meurtre de Shireen Abu Akleh menace Israël de dommages substantiels – diplomatiquement, devant le tribunal de l’opinion publique internationale et en tant que moteur d’un plus grand terrorisme.

Le producteur d’Abu Akleh, un autre journaliste palestinien Ali Samoudi, qui a été hospitalisé, dans un état stable, après avoir reçu une balle dans le dos lors du même incident, a déclaré que toute suggestion selon laquelle ils avaient été abattus par des hommes armés palestiniens était un « mensonge complet ». Une première enquête de l’armée israélienne aurait déterminé que les troupes de Tsahal n’avaient pas tiré sur Abu Akleh. Les médecins légistes palestiniens qui ont examiné le corps et la balle, auraient quant à eux, déclaré que pour le moment, il n’était « pas possible » de déterminer si elle avait été touchée par une balle israélienne ou palestinienne.

Aller au fond des choses – que ce soit à décharge ou problématique – n’atténuera pas l’hostilité palestinienne, ne renversera pas les conclusions bornées ou ne balayera pas la désinformation et la désinformation. Mais cela fera une différence considérable pour ceux – au pays, à l’étranger, dans les gouvernements et parmi les gens ordinaires – pour qui la vérité a encore de la valeur.

Un écran géant diffuse une photo de la journaliste d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh, avec un texte arabe qui signifie : « Au revoir Shireen, la voix de la Palestine », au centre de la ville de Ramallah en Cisjordanie, le mercredi 11 mai 2022, quelques heures après sa mort à Jénine. (Crédit : AP Photo/Nasser Nasser)

Une mort qui touche plus de gens, plus profondément

La version palestinienne – qui a été aussi rapide qu’incontestable, comme l’a noté Ohad Hemo, journaliste aux Affaires palestiniennes de la Douzième chaîne – non seulement exclut qu’Abu Akleh ait pu être touchée par des tirs palestiniens aveugles, mais elle soutient qu’elle a été délibérément ciblée par Israël afin de faire taire la voix des Palestiniens.

Alors que l’Autorité palestinienne et le Hamas blâment définitivement Israël – le président de l’AP Mahmoud Abbas a immédiatement décidé qu’Abu Akleh avait été exécutée par Israël – cette fausse déclaration ne peut que favoriser une plus grande hostilité envers Israël et un terrain de recrutement plus fertile pour le terrorisme et la violence.

La mort d’Abu Akleh résonne potentiellement plus que beaucoup des incidents historiques précédents que Lapid avait probablement à l’esprit, affectant plus de gens, plus profondément, que l’affaire du Mavi Marmara ou même la mort du garçon palestinien Muhammad Al-Dura à Gaza en 2000 – deux incidents gérés de manière lamentable par les porte-parole et les autorités israéliennes qui ont résonné pendant des années.

Capture d’écran de la vidéo montrant l’incident de Muhammad al-Dura. (Crédit : Capture d’image de YouTube)

C’est parce que Shireen Abu Akleh était une journaliste chevronnée à laquelle des dizaines de millions de téléspectateurs d’Al Jazeera faisaient confiance et qu’ils connaissent bien. Elle a été tuée dans le cadre de son travail journalistique, alors qu’elle était clairement identifiée comme un membre de la presse. Chrétienne née à Jérusalem, elle avait également la citoyenneté américaine, faisant de la question de la responsabilité de sa mort une question d’importance directe pour l’allié le plus important d’Israël.

Authenticité émoussée

Yehuda Fuchs, le général en charge de la zone du Commandement central, qui comprend Jénine, a déclaré à la Douzième chaîne mercredi soir que « des centaines, voire des milliers de balles » ont été tirées par les côtés dans la fusillade, et « je ne sais pas quelle balle » a touché Abu Akleh. « Je suis désolé pour chaque personne innocente qui est blessée au cours des opérations de Tsahal. Nous faisons de notre mieux pour l’éviter…. Et je suis désolé de la mort de Shireen Abu Akleh. »

Il s’est présenté comme l’officier responsable de l’opération – en ce sens que « je suis le général du Commandement central. Je suis chargé de veiller à ce que les attaques terroristes ne sortent pas de Jénine. Je suis responsable de l’envoi de troupes de combat, au péril de leur vie, dans le camp de réfugiés de Jénine pour extraire les personnes qui planifient des attaques terroristes, les personnes qui ont mené des attaques et les personnes qui fabriquent des armes pour nuire aux Israéliens. »

Entrer à Jénine est toujours extrêmement risqué, a-t-il dit, car des coups de feu jaillissent de toutes les directions. Ce n’est pas simple. C’est une zone urbaine. Et c’est dangereux.

Le major-général Yehuda Fuchs, chef du Commandement central de Tsahal, s’adresse à la Douzième chaîne, le 11 mai 2022 (Crédit : Capture d’écran de la Douzième chaîne)

Interrogé sur la campagne concertée de blâmes palestiniens contre Israël, Fuchs a été dédaigneux : « Je ne m’occupe pas des campagnes [de propagande]. La seule campagne dans laquelle je suis engagé est de protéger l’État d’Israël. Dans 99 % des opérations contre le terrorisme dans les zones urbaines, y compris à Jénine où l’on nous tire dessus dans toutes les directions, nous ne frappons pas des innocents. Nous y parvenons. Mais parfois… Lorsque vous vous battez dans un camp de réfugiés et que des dizaines [d’hommes armés] viennent sur vous et tirent à 270 degrés, de presque toutes les directions, parfois des innocents sont blessés. La journaliste Shireen, qui était vraiment très proche de la ligne où se trouvaient les forces – les nôtres et les terroristes palestiniens – a été blessée là-bas. »

Fuchs a déclaré que Tsahal n’avait pas d’autre choix que de poursuivre les opérations antiterroristes et qu’elle continuera à le faire avec prudence et professionnalisme – contrairement aux « tirs sauvages » qu’elle essuie. « C’est notre responsabilité envers le peuple d’Israël », a-t-il dit.

La première règle de la diplomatie publique est de ne pas mettre des généraux grisonnants et bourrus devant les caméras. Fuchs, avec sa candeur sans fioritures, a été l’exception qui confirme la règle. N’ayant pas été formé en communication, il est apparu comme simple mais loin d’être insensible – car il a précisément décrit ce qu’il s’était passé, celui et pourquoi.

C’était un récit israélien authentique – pas de baratin ou de relations publiques. Livré, évidemment, en hébreu, et sans doute trop franc pour la communauté internationale. Mais ce message, au moins, a résonné aux oreilles des Israéliens qui l’ont entendu. Et qui, qu’on le veuille ou non, ont besoin de comprendre ce qui est fait en leur nom et pour leur défense.

***

Jeudi, l’Autorité palestinienne, comme Lapid l’avait prédit, a déclaré que « toutes les preuves confirment » que Tsahal a tué Shireen Abu Akleh, a refusé de coopérer sur l’enquête et rejeté un appel ultérieur de Gantz de donner à Israël l’accès à la balle pour une analyse spécialisée.

« Ceux qui n’ont rien à cacher ne refusent pas de coopérer », a déclaré en réponse la radio de l’armée israélienne, citant des responsables israéliens anonymes.

Le fait est qu’une journaliste a été tuée alors qu’elle essayait de faire son travail. Comment ? Par qui ? Cela aurait-il pu être évité ? Beaucoup d’entre nous pensent que nous pouvons comprendre ce qui s’est passé, mais nous ne le savons pas réellement.

Plus tôt nous irons au fond des choses – ce que l’AP prétend avoir fait, mais ce n’est pas le cas, et comme Israël s’est engagé à le faire – mieux c’est. Nous avons entendu les narratifs prévisibles. Maintenant, nous avons besoin de la vérité.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...