Opposition au sein du gouvernement sur la réouverture des écoles et commerces
Rechercher

Opposition au sein du gouvernement sur la réouverture des écoles et commerces

Netanyahu veut d'autres restrictions si les cas augmentent ; les responsables de la santé veulent des mesures pour les élèves de CP ; M. Katz demande que les PME ouvrent dimanche

Des gens déambulent dans le marché presque vide de Rehovot, le 19 octobre 2020. (Yossi Aloni/Flash90)
Des gens déambulent dans le marché presque vide de Rehovot, le 19 octobre 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Alors que les ministres se sont réunis pour discuter de la deuxième étape de la sortie du confinement, le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a mis en garde mercredi contre une réouverture trop rapide de l’économie et du système scolaire et contre la répétition des erreurs commises après le premier confinement national au début de l’année.

« Les ministres doivent agir de manière responsable et digne d’hommes d’Etat, et certainement pas en réponse au populisme », a déclaré Edelstein dans une déclaration, semblant poursuivre la guerre des mots entre son ministère et le ministère des Finances ces derniers jours.

« Tout le monde est censé tirer des enseignements de la sortie rapide du premier confinement afin, entre autres, de ne pas avoir besoin d’un troisième confinement. Au lieu de déclarations, il est du devoir du ministère des Finances de fournir une indemnisation adéquate à toutes les victimes du confinement et de ne pas se contenter de donner de l’argent de poche », a déclaré M. Edelstein.

La chute spectaculaire des taux d’infection après un mois de confinement a conduit à des appels à une réouverture plus rapide que prévu des écoles, des entreprises et de l’activité publique.

Le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, s’exprime lors d’une conférence de presse à Airport City, près de Tel Aviv, le 17 septembre 2020. (Flash90)

Un scénario similaire à la suite du premier confinement a amené les responsables de la santé à abandonner leur plan échelonné et à ouvrir presque toutes les écoles en même temps au début du mois de mai – ce qui a conduit à une hausse des taux d’infection au cours de l’été, entrainant un deuxième confinement national.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré aux ministres, lors de la réunion du cabinet dit du coronavirus, que les restrictions relatives au virus seront réimposées si les taux d’infection recommencent à augmenter, mais il a également déclaré que la diminution du confinement ne prendrait pas autant de temps que prévu.

« Il y a là un succès dû à la coopération des citoyens israéliens. Nous devons travailler étape par étape en fonction d’indicateurs ; si la situation se détériore, nous n’aurons pas d’autre choix que d’imposer des restrictions supplémentaires », a déclaré M. Netanyahu aux ministres au début de la réunion. « Il n’y aura pas neuf étapes, il y en aura moins, mais elles seront progressives. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu subissant un test de coronavirus en 15 minutes, le 6 octobre 2020. (Kobi Gideon/GPO)

Selon le plan initial par étapes présenté par le ministère de la Santé, les écoles permettront progressivement aux élèves de revenir si les seuils épidémiologiques ont été atteints.

Les écoles maternelles et les jardins d’enfants ont ouvert dimanche, et il était initialement prévu que les CP et CE1 retournent à l’école le 1er novembre.

Cependant, les ministres ont discuté de la possibilité de changer l’ordre des étapes prévues pour la sortie du confinement, et de rouvrir les magasins avant les petites classes afin de donner au ministère de l’Education plus de temps pour se préparer.

Le responsable de la lutte contre le coronavirus, Ronni Gamzu, qui dirige la réponse nationale à la pandémie, a présenté aux ministres des données montrant une augmentation de 400 % du nombre d’infections chez les enfants âgés de 9 à 11 ans pendant les deux semaines et demie d’ouverture des écoles en septembre.

Le directeur général du ministère de la Santé, Chezy Levy, à gauche, et Sharon Elrai, chef intérimaire de la division des services de santé publique, lors d’une conférence de presse sur le coronavirus, le 8 octobre 2020. (Eyal Basson / ministère de la Santé)

Sharon Alroy-Preis, directrice par intérim de la division des services de santé publique du ministère, a en outre déclaré au cabinet que les enfants étaient les moteurs de l’infection.

« Les enfants sont le moteur de la transmission, même s’ils ne présentent pas de symptômes », a déclaré Mme Alroy-Preis.

Alroy-Preis a présenté des taux de résultats positifs au coronavirus chez les moins de 18 ans, qui étaient plus élevés que chez les adultes.

Selon les fuites de la réunion, M. Netanyahu a déclaré que les résultats étaient « étonnants » et s’est dit surpris que les responsables de la santé aient encouragé la réouverture des jardins d’enfants au vu des données.

La classe d’une école élémentaire vide après le début du confinement national visant à lutter contre l’épidémie de coronavirus à Tel Aviv, en Israël, le 17 septembre 2020. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)

Les responsables de la santé auraient présenté au cabinet un plan de réouverture des écoles primaires qui prévoyait que les enfants devaient être séparés dans des capsules – petits groupes d’apprentissage permanents – à partir du CP. Les plans précédents n’exigeaient que des « capsules » à partir du CE2.

En outre, les enfants devaient rester séparés pour les programmes de l’après-midi ainsi que pour le transport vers et depuis l’école, et tous les enfants et les membres du personnel devaient porter des masques – contrairement à l’exigence avant le confinement qui ne s’appliquait qu’à partir de l’âge de sept ans et pas pendant les cours pour les enfants plus jeunes. Gamzu devait également exiger des tests réguliers pour les enseignants.

Le ministre des Finances Israel Katz lors d’une conférence de presse au ministère des Finances à Jérusalem, le 1er juillet 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Cependant, le ministre des Finances Israel Katz a demandé au cabinet, au lieu d’ouvrir les écoles, de permettre aux petites entreprises d’ouvrir dès dimanche, y compris les coiffeurs et les salons de beauté.

Les ministères de la Santé, de l’Education et des Finances se sont livrés à un conflit ces derniers jours sur les projets d’ouverture d’écoles élémentaires, celles-ci affirmant que la séparation des CP et CE1 en capsules nécessiterait un mois d’organisation et un financement supplémentaire de la part du Trésor. M. Katz a déclaré mercredi que les nouveaux plans nécessiteraient 6 milliards de NIS supplémentaires.

En outre, le gouvernement a été accusé de ne pas indemniser correctement les personnes contraintes de fermer leur entreprise ou qui ont perdu leur emploi à la suite des restrictions imposées en raison de la pandémie.

Selon le radiodiffuseur public Kan, Gamzu demandera également aux ministres d’adopter une loi visant à augmenter considérablement les amendes pour les rassemblements tenus en violation de la réglementation sur le coronavirus et les établissements d’enseignement fonctionnant illégalement.

Ronni Gamzu, responsable de la lutte contre le coronavirus, visite l’unité coronavirus du centre médical Ziv à Safed, dans le nord d’Israël, le 27 septembre 2020. (David Cohen/FLASH90)

La colère du public s’est accrue face au mépris manifesté par certains membres de la population ultra-orthodoxe à l’égard des règlements sanitaires. Dimanche, des centaines d’écoles Haredim ont ouvert en violation des règles, après qu’un rabbin de premier plan leur ait donné l’ordre de le faire. Cette décision a été soutenue par un éminent député ultra-orthodoxe dimanche soir.

Les ultra-orthodoxes ont connu un nombre disproportionné de cas de virus. Début octobre, les responsables ont déclaré que 40 % de toutes les nouvelles infections par le coronavirus concernaient les ultra-orthodoxes, bien qu’ils ne constituent qu’environ 12 % de la population.

L’épidémie de coronavirus continue de s’atténuer, selon les chiffres publiés mercredi matin par le ministère de la Santé, les nouveaux cas quotidiens tombant à 1 165 après avoir dépassé les 8 000 il y a quelques semaines à peine.

Un groupe de travail de l’armée a écrit dans son rapport quotidien qu’Israël continuait à reprendre le contrôle de l’épidémie, mais a ajouté que le taux de morbidité était encore très élevé en chiffres absolus.

Les responsables de la santé ont en outre averti que la tendance à la baisse pourrait rapidement s’inverser si le public devenait insouciant.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...