Oren appelle au boycott des produits français et déclenche la colère de l’ambassadrice
Rechercher

Oren appelle au boycott des produits français et déclenche la colère de l’ambassadrice

L’appel du vice-ministre à “réfléchir à deux fois” avant d’acheter des produits français suit la décision de Paris d’étiqueter les marchandises des implantations

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Michael Oren, député de Koulanou, montre une étiquette 'Made in Europe' préparée en réponse à la décision européenne d'étiqueter les produits fabriqués dans les implantations israéliennes, en novembre 2015. (Crédit : autorisation de Michael Oren)
Michael Oren, député de Koulanou, montre une étiquette 'Made in Europe' préparée en réponse à la décision européenne d'étiqueter les produits fabriqués dans les implantations israéliennes, en novembre 2015. (Crédit : autorisation de Michael Oren)

Le vice-ministre Michael Oren a semblé appelé les Israéliens à boycotter les produits français en représailles de la décision de Paris d’étiqueter les produits venant de Cisjordanie, un geste qui a irrité l’ambassadrice française.

« La France étiquète les produits de Judée, de Samarie, et du Golan. Les Israéliens devraient y réfléchir à deux fois avant d’acheter des produits français », a déclaré Oren sur Twitter tard dimanche soir.

Il faisait référence à la récente décision de la France de mettre en place les directives de l’Union européenne, publiées en novembre 2015, qui exige des producteurs qu’ils étiquètent clairement certains produits israéliens fabriqués en dehors des lignes pré-1967.

Lundi matin, Hélène Le Gal, ambassadrice de la France en Israël, a répondu au tweet d’Oren, lui demandant s’il « appelait au boycott des produits français alors que boycotter Israël en France est interdit par la loi ».

La délégation européenne en Israël a elle aussi répondu à Oren, déclarant que les directives d’étiquetage étaient simplement « une application des régulations d’information du consommateur européen ».

Oren, vice-ministre en charge de la diplomatie au bureau du Premier ministre, a déclaré lundi au Times of Israël qu’il n’appelait pas à un boycott des produits français, mais voulait simplement prévenir les consommateurs israéliens que « la France agit pour étiqueter les produits juifs de Judée, de Samarie et du Golan. »

Jeudi, le ministère israélien des Affaires étrangères avait condamné la décision française de mettre en œuvre les directives de la Commission européenne sur l’étiquetage des produits israéliens provenant de l’est de la Ligne verte.

Le ministère « regrette que la France, qui possède des lois contre le boycott, promeuve une mesure qui peut être interprétée comme un encouragement des éléments radicaux et du mouvement de boycott d’Israël, a-t-il fait savoir dans un communiqué. De plus, il est incompréhensible et même dérangeant que la France ait choisi d’appliquer un double standard à l’égard d’Israël en ignorant les 200 autres conflits territoriaux du monde, dont ceux qui se déroulent sur le propre seuil de la France. »

Selon les responsables israéliens, Paris a décidé de mettre en place l’étiquetage pour se « venger » de l’opposition véhémente d’Israël à la conférence de paix internationale que le gouvernement du président François Hollande veut organiser le mois prochain.

Comme beaucoup de politiques israéliens, Oren, historien devenu diplomate puis député, a sévèrement critiqué la directive européenne, et a même déclaré qu’elle était antisémite.

« J’appelle les marchands israéliens à étiqueter les produits fabriqués en Europe », avait-il déclaré l’année dernière devant des photographes dans un supermarché de Jérusalem. « La population israélienne ne doit pas acheter des produits de pays qui encouragent l’antisémitisme et les préjugés. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...