Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Ouverture d’une information judiciaire sur les « Mains rouges » au Mémorial de la Shoah

La procureure de la République de Paris dit "avoir" des pistes sur les 35 tags apposés dans la nuit du 13 au 14 mai, mais ne peut pas encore adopter le terme d'ingérence étrangère

Des mains rouges taguées sur le Mur des Justes, au Mémorial de la Shoah, à Paris, dans la nuit de 13 au 14 mai 2024. (Crédit : X)
Des mains rouges taguées sur le Mur des Justes, au Mémorial de la Shoah, à Paris, dans la nuit de 13 au 14 mai 2024. (Crédit : X)

La procureure de la République de Paris, Laure Beccuau, a annoncé lundi sur FranceInfo avoir « ouvert une information judiciaire vendredi » pour poursuivre les investigations sur les « Mains rouges » taguées sur le Mémorial de la Shoah à Paris.

Les enquêteurs, qui travaillent désormais sous l’égide d’un juge d’instruction, creusent la piste de trois suspects en fuite à l’étranger.

L’information judiciaire a été ouverte pour « dégradation du bien d’autrui commise en réunion » avec la circonstance aggravante que « les faits ont été commis en raison de l’appartenance vraie ou supposée à une ethnie, race ou religion », ce qui fait encourir sept ans d’emprisonnement, a souligné le parquet.

Elle a aussi été ouverte pour association de malfaiteurs, infraction passible de cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

Interrogée sur la piste d’une éventuelle ingérence étrangère, Beccuau a déclaré ne pas pouvoir « confirmer » cette hypothèse.

« Nous avons des pistes sur les auteurs », a déclaré la procureure, mais « je ne souhaite pas le dire tout de suite et je ne me sens pas en capacité » à ce stade « d’adopter ce terme » d’ingérence étrangère.

Dans la nuit du 13 au 14 mai, 35 tags représentant des mains rouges ont été peints sur le Mur des Justes, à l’extérieur du Mémorial, où sont apposées des plaques portant les noms des 3 900 hommes et femmes qui ont contribué à sauver des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Après cet acte de vandalisme, une enquête a été ouverte pour dégradations volontaires sur un bien classé et en raison de l’appartenance à une nation, ethnie, race ou religion.

La vidéosurveillance a permis aux policiers de repérer trois suspects et de « retracer [leur] parcours » jusqu’à un hôtel de l’est de Paris, « puis leur départ vers la gare routière » et « leur départ pour la Belgique », avait indiqué mercredi le parquet.

« Les investigations ont également établi que les réservations avaient été effectuées depuis la Bulgarie », avait ajouté le parquet, sans s’avancer sur la nationalité des intéressés.

A LIRE – Elisabeth Badinter : « Jamais j’aurais pensé que tous ces jeunes gens seraient à ce point antisémites »

Ces tags de mains ensanglantées ont suscité une vive indignation, dans la communauté juive et jusqu’au sommet de l’État. Les mains ensanglantées sont un symbole très controversé en Israël, qui fait entre autres référence aux Palestiniens qui ont fièrement lynché Yosef Avrahami et Vadim Norzhich, deux réservistes israéliens qui s’étaient égarés le 12 octobre 2000 à Ramallah. L’un des assassins avait alors montré ses mains remplies de sang à la foule qui jubilait, alors qu’il venait de massacrer les deux militaires. Ils ont ensuite jeté les corps depuis l’immeuble, avant de pendre l’un des deux et puis de danser sur les corps mutilés, pendus et brûlés des deux Israéliens toujours devant une foule de Palestiniens visiblement ravis.

De nombreux étudiants de Science Po Paris ont récemment arboré des mains ensanglantées lors du blocage de leur établissement, qui selon eux visait à soutenir les Palestiniens.

Des manifestants reprenant les « mains ensanglantées » issues du lynchage de soldats israéliens à Ramallah en 2000, alors qu’ils participent à une manifestation anti-Israël, devant l’Institut d’études politiques (Sciences Po Paris) occupé par des étudiants, à Paris, en France, le 26 avril 2024. (Crédit : Dimitar Dilkoff/AFP)

Ils ont aussi engendré des messages qui critiquaient le président de la République, Emmanuel Macron, sur X, relayés dans la foulée par des comptes aux allures de « bots » (comptes automatiques créés à la chaîne relayant du contenu sur les réseaux sociaux), une méthode que l’on retrouve dans des campagnes de désinformation et/ou d’ingérence étrangère.

En octobre, la découverte d’étoiles de David taguées sur des immeubles en région parisienne avait fait craindre une importation du conflit israélo-palestinien.

Mais l’affaire, pour laquelle un couple de Moldaves a été interpellé, a finalement été imputée par les autorités françaises aux services de sécurité russes (FSB).

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.