Pédophilie : Israël va accélérer l’extradition de Malka Leifer en Australie
Rechercher

Pédophilie : Israël va accélérer l’extradition de Malka Leifer en Australie

Le ministère de la Justice a noté que le panel psychiatrique avait conclu "à l'unanimité et sans équivoque" que Leifer avait feint la maladie mentale pour échappé à l'extradition

Malka Leifer, (à droite), est amenée dans une salle d'audience du tribunal de Jérusalem, le 27 février 2018. (Crédit : AP Photo / Mahmoud Illean, File)
Malka Leifer, (à droite), est amenée dans une salle d'audience du tribunal de Jérusalem, le 27 février 2018. (Crédit : AP Photo / Mahmoud Illean, File)

Les responsables israéliens cherchent à accélérer une audience d’extradition pour une femme accusée de dizaines d’abus sexuels en Australie après qu’un panel de psychiatres a conclu qu’elle avait menti en clamant souffrir d’une maladie psychiatrique, a annoncé le ministère de la Justice lundi.

La décision rendue la semaine dernière par des experts, spécifiant que Malka Leifer était apte à comparaître devant la justice, a marqué une avancée majeure dans ce dossier qui traîne en longueur depuis plusieurs années et qui a eu pour conséquence un refroidissement des relations entre Israël et l’Australie, contrariant également la communauté juive australienne.

Dans son annonce, le ministère de la Justice a indiqué que le panel psychiatrique avait conclu « à l’unanimité et sans équivoque » que Leifer avait feint la maladie mentale pour échapper à une extradition.

« Les procureurs pensent que les conclusions définitives qui ont été tirées par le groupe de psychiatres ont ôté les obstacles qui empêchaient encore tout progrès dans ce dossier », a noté le ministère. « Les travaux du panel psychiatrique entraînent la conclusion inévitable qu’au cours des cinq dernières années, la justice et le système de la médecine psychiatrique ont été victimes d’une fraude commise par Leifer et ses partisans ».

L’intéressée doit répondre de 74 chefs d’agressions sexuelles liés aux accusations portées par trois sœurs qui clament avoir été abusées lorsqu’elle était enseignante et directrice de l’école ultra-orthodoxe qu’elles fréquentaient à Melbourne. Lorsque les accusations avaient fait surface en 2008, Leifer, née en Israël, avait quitté l’école et était revenue au sein de l’État juif.

Les retards répétés dans ce dossier ont refroidi les relations avec l’Australie, l’un des plus proches alliés d’Israël. La communauté juive pro-israélienne en Australie a également fait part de sa frustration.

Le vice-ministre de la Santé Yaakov Litzman lors de la soirée électorale à Petah Tikva pour son parti Yahadout HaTorah, le 18 septembre 2019 (Crédit : Shlomi Cohen/Flash90)

Ces frustrations ont été amplifiées par l’implication présumée dans le dossier du ministre ultra-orthodoxe de la Santé en Israël, Yaakov Litzman.

La police israélienne a recommandé d’inculper pour fraude et abus de confiance ce dernier, soupçonné d’avoir exercé des pressions sur les employés du ministère pour fausser les évaluations psychiatriques de Leifer en sa faveur.

Litzman dément tout acte répréhensible.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...