Pence à l’AIPAC : Sanders serait le président « le plus anti-Israël » des USA
Rechercher

Pence à l’AIPAC : Sanders serait le président « le plus anti-Israël » des USA

Le vice-président américain vante la politique israélienne de l'administration Trump et attaque le chef de file démocrate

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le vice-président Mike Pence s'exprime lors de la conférence 2020 de l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), le 2 mars 2020, à Washington. (AP Photo/Alex Brandon)
Le vice-président Mike Pence s'exprime lors de la conférence 2020 de l'American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), le 2 mars 2020, à Washington. (AP Photo/Alex Brandon)

WASHINGTON – Le vice-président américain Mike Pence a lancé une attaque cinglante contre Bernie Sanders, le leader démocrate à la présidentielle, lundi, affirmant qu’il serait « le président le plus anti-Israël » de l’histoire américaine s’il était élu.

S’adressant à une foule de 18 000 personnes lors de la conférence politique annuelle de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), Pence a transformé l’événement en une sorte de rassemblement de campagne, ignorant la demande générale du lobby pro-Israël qui voulait que les orateurs évitent d’attaquer l’autre partie.

« Le président le plus pro-israélien de l’histoire ne doit pas être remplacé par un président qui serait le plus anti-israélien de l’histoire de cette nation », a déclaré M. Pence sous des applaudissements nourris, avec quelques applaudissements debout. « C’est pourquoi nous avons besoin de quatre années supplémentaires du président Trump à la Maison Blanche ».

La semaine dernière, Sanders a tweeté qu’il ne participerait pas à la conférence de l’AIPAC de cette année, disant qu’elle offrait une plate-forme pour « exprimer le sectarisme et s’opposer aux droits fondamentaux des Palestiniens ». Le puissant groupe de pression a répondu par un langage inhabituellement fort, qualifiant cette attaque de « vraiment honteuse » et « odieuse ».

Le vice-président s’en est également pris à M. Sanders pour ses critiques de la politique d’Israël vis-à-vis des Palestiniens. « L’un des principaux candidats attaque ouvertement et de manière répétée Israël en tant qu’État raciste », a déclaré M. Pence.

En fait, le sénateur du Vermont n’a pas attaqué Israël en tant qu’État raciste, mais a régulièrement fustigé le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour son racisme.

Le candidat démocrate à la présidence, le sénateur Bernie Sanders, Independent-Vermont, s’exprime lors d’un événement de campagne à Durham, en Caroline du Nord, le 14 février 2020. (Gerald Herbert/AP)

En avril dernier, il a expliqué son point de vue lors d’une réunion publique de CNN. « Ce que je crois n’est pas radical », a déclaré M. Sanders. « Je crois simplement que les États-Unis devraient traiter avec le Moyen Orient sur un pied d’égalité. En d’autres termes, l’objectif doit être d’essayer de rassembler les gens et non pas de soutenir un seul pays, qui est maintenant dirigé par un gouvernement de droite – oserais-je dire – raciste ».

Le socialiste démocrate autoproclamé a également cité le temps qu’il a passé en Israël lorsqu’il était jeune, lorsqu’il vivait dans un kibboutz.

« J’ai passé plusieurs mois en Israël », a déclaré M. Sanders. « J’ai travaillé dans un kibboutz pendant un certain temps. J’ai de la famille en Israël. Je ne suis pas anti-Israël. Mais le fait est que Netanyahu est un politicien de droite, qui, je pense, traite le peuple palestinien de manière extrêmement injuste ».

Dans son discours de lundi, Pence a étendu sa critique de Sanders pour englober tout le champ des espoirs démocrates, arguant qu’ils n’ont pas résisté à la posture de Sanders sur le conflit israélo-palestinien.

« Encore plus troublant, lorsque Bernie Sanders a sali Israël lors du débat de la semaine dernière, pas un seul candidat sur cette scène ne s’est levé pour le défier », a-t-il déclaré. « Mais je vous promets que nous dénoncerons toujours ceux qui tentent de dissimuler leur animosité envers Israël sous un faux manteau d’amitié. »

Le principal espoir démocrate de 2020 a été la cible de nombreuses critiques à la conférence de l’AIPAC depuis la dissension, l’ambassadeur d’Israël aux Nations Unies Danny Danon l’ayant qualifié de « idiot ignorant ».

En réponse, Sanders a déclaré à CBS qu’il ferait « tout son possible pour protéger l’indépendance, la sécurité et la liberté du peuple israélien ».

Mais, a-t-il poursuivi, « ce dont nous avons besoin dans ce pays, c’est d’une politique étrangère qui non seulement protège Israël, mais qui s’occupe aussi de la souffrance du peuple palestinien ».

Pence, qui est intervenu à la conférence chaque année depuis qu’il est vice-président, a également profité de l’occasion pour vanter les politiques de l’administration Trump concernant Israël au cours de l’année dernière. Il a notamment reconnu la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, signé un décret visant l’antisémitisme sur les campus universitaires, défendu Israël aux Nations unies et fait tuer le général iranien Qasem Soleimani.

Ces actions ont toutes suscité la controverse, les défenseurs de la liberté d’expression affirmant que le décret était une tentative de faire taire les critiques d’Israël dans les collèges et les universités et les démocrates soutenant que l’assassinat de Soleimani déclencherait une confrontation armée dans la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...