Plateau du Golan : Les soldats ouvrent le feu par erreur sur un drone présumé
Rechercher

Plateau du Golan : Les soldats ouvrent le feu par erreur sur un drone présumé

L'armée israélienne a ultérieurement déterminé qu'aucun drone n'avait traversé la frontière, annonçant un retour à la normale

Des soldats israéliens sur une base de l'armée sur le plateau du Golan regardent de l'autre côté de la frontière avec la Syrie le 7 juillet 2018. (AFP Photo/Jalaa Marey)
Des soldats israéliens sur une base de l'armée sur le plateau du Golan regardent de l'autre côté de la frontière avec la Syrie le 7 juillet 2018. (AFP Photo/Jalaa Marey)

Des soldats israéliens basés sur le plateau du Golan ont ouvert le feu dimanche sur ce qu’ils ont pris pour un drone infiltrant l’espace aérien de l’Etat juif.

L’armée israélienne a déterminé, à l’issue de l’incident, qu’aucun appareil aérien n’avait traversé la frontière, indiquant un retour à la normale et aux opérations de routine.

La raison de l’activation des alarmes reste indéterminée.

Lors d’un incident similaire survenu le 21 août, les militaires avaient ouvert le feu sur un avion qui procédait à de l’épandage agricole sur le plateau du Golan, le confondant avec un appareil syrien tentant de pénétrer sur le territoire depuis la Syrie, un incident qui avait été qualifié de « grave » par l’armée israélienne.

Le pilote n’avait pas été blessé.

L’accident était survenu dans le centre du plateau du Golan, à proximité de la frontière syrienne. Les avions d’épandage agricole survolent fréquemment la région, une zone où les cultures sont nombreuses. Il y a eu également dans le secteur plusieurs cas de drones venus de Syrie qui ont pénétré l’espace aérien israélien.

« Les soldats opérant sur le plateau du Golan ont remarqué un avion qu’ils ont soupçonné d’être un appareil ennemi s’étant infiltré depuis le territoire syrien et représentant une menace réelle et ils ont donc ouvert le feu. Une fois qu’ils ont réalisé qu’il s’agissait d’un avion civil israélien, ils ont cessé les tirs », avaient expliqué les militaires dans un communiqué.

Le pilote avait ensuite raconté à des amis avoir senti un impact sur l’aile de l’appareil mais qu’il avait d’abord cru à une collision avec un oiseau jusqu’à ce qu’il remarque une fuite de carburant, avait expliqué le site Ynet.

Il avait ensuite rapidement atterri sur le terrain d’aviation de Mahanaim, à proximité de Rosh Pina, pensant que le tir émanait de la Syrie, selon le site d’information.

Une enquête avait déterminé que le feu avait été ouvert par les soldats appartenant à la brigade des parachutistes de l’armée israélienne.

« Dans le cadre de la mission de défense de la zone contre les tentatives d’infiltration aériennes, les soldats sont amenés à identifier et à contrôler tous les avions suspects. Mais ce qu’il s’est passé est un incident grave et une enquête a été ouverte. Les leçons de cet incident seront tirées », avait fait savoir l’armée.

Il semble improbable qu’un avion agricole ait été impliqué dans ce qu’il s’est passé dimanche, dans la mesure où l’incident a eu lieu dans la nuit et à la veille de la fête de Souccot.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...