Rechercher
Après Pittsburgh

Pour Chouraqui, les Juifs sont à nouveau les « avertisseurs d’incendie »

Pour le président fondateur de la Fondation du camp des Milles, l'attentat de Pittsburgh contre une synagogue annonce des jours sombres pour les Etats-Unis

Alain Chouraqui. (Crédit : Capture d'écran France 24)
Alain Chouraqui. (Crédit : Capture d'écran France 24)

Après l’attentat perpétré par un militant d’extrême-droite américain à Pittsburgh qui a assassiné 11 personnes, Alain Chouraqui directeur de recherche émérite au CNRS tire la sonnette d’alarme dans une tribune publiée par le journal Le Monde.

« L’horreur de Pittsburgh est un nouveau rugissement de la ‘bête immonde’ de Brecht, aujourd’hui bien réveillée, » prévient le président fondateur de la Fondation du camp des Milles.

Selon Alain Chouraqui, « la tragédie de Pittsburgh est que, dans l’engrenage mortifère, l’antisémitisme, porté par l’extrémisme identitaire nationaliste ou religieux, est historiquement un ‘avertisseur d’incendie’ pour l’ensemble du corps social – pour paraphraser le philosophe Walter Benjamin (1892-1940). La raison en est probablement que les juifs ont été partout et toujours minoritaires, en dehors d’Israël, et que c’est dans les minorités que sont recherchés les boucs émissaires. Peut-être aussi du fait des valeurs humanistes que porte ce monothéisme, haïes par les extrémistes ».

Le sort qui est fait aux juifs est « un indicateur assez constant des crises ou des déstabilisations sociétales, continue-t-il. Certains ont pu ainsi dénoncer des ‘judéo-bolchéviques’ tandis qu’au même moment c’est le ‘judéo-capitalisme’ qui était dénoncé par d’autres… »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...