Israël en guerre - Jour 64

Rechercher

Pour Danny Danon, Antonio Guterres est « le porte-parole du Hamas »

L'ex-envoyé aux Nations unies déclare que si le secrétaire-général de l'ONU n'adopte pas une position plus équilibrée, Washington devrait le considérer comme persona non grata

L'ambassadeur israélien Danny Danon pendant une visite du secrétaire-général de l'ONU Antonio Guterres (hors-cadre) au mémorial de la Shoah de Yad Vashem, le 28 août 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
L'ambassadeur israélien Danny Danon pendant une visite du secrétaire-général de l'ONU Antonio Guterres (hors-cadre) au mémorial de la Shoah de Yad Vashem, le 28 août 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’ancien ambassadeur aux Nations unies a laissé entendre, mercredi, que le secrétaire-général des Nations unies, Antonio Guterres, soutenait les idées du Hamas sur la scène internationale.

Dans un entretien accordé à la station de radio 103 FM Radio, le journaliste qui l’interrogeait a demandé à Danny Danon ce qu’il pensait de la réponse apportée par l’ONU à la guerre que mène Israël contre le Hamas, dans la bande de Gaza, et le temps qu’aurait Israël à sa disposition pour atteindre ses objectifs dans le cadre du conflit avant que les pressions diplomatiques pour un cessez-le-feu ne deviennent trop fortes.

« Il y a des pressions de la part des Nations unies et pas seulement des États-membres », a dit Danon. « Nous avons vu le secrétaire-général de l’ONU, Antonio Guterres, adopter une position très hostile à l’égard d’Israël. Parfois, je ne sais plus s’il est le porte-parole de l’ONU ou celui du Hamas ».

« Il diffuse des messages contre Israël tous les jours ; il ne mentionne jamais les otages ; il pense que nous avons lancé cette opération parce que nous le voulions – c’est scandaleux », a continué Danon.

Alors que son hôte lui demandait s’il pensait que qualifier Guterres de porte-parole du Hamas permettrait « de faire avancer les objectifs d’Israël dans le monde », Danon a doublé la mise, laissant entendre qu’il pourrait être considéré comme persona non grata à Washington et ailleurs.

« Il a franchi les limites et je le connais personnellement », a-t-il déclaré. « Je l’ai accueilli chez moi pour des repas du Shabbat ; nous sommes allés dans la bande de Gaza ensemble, nous sommes allés à l’intérieur des tunnels du Hamas. Il sait très bien ce dont il retourne et ainsi, ce positionnement biaisé qu’il a choisi d’adopter est extrêmement grave ».

« C’est la raison pour laquelle j’appelle les Américains à lui dire que soit il opte pour un certain équilibre, soit il deviendra simplement persona non grata — quelqu’un qui ne sera plus accepté ni en Israël, ni à Washington, parce qu’il témoigne véritablement de partialité à l’encontre d’Israël ».

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, évoquant la situation en Israël et à Gaza lors d’une conférence de presse, à la suite de l’attaque terroriste du Hamas contre Israël au siège des Nations unies, le 13 octobre 2023. (Crédit : Craig Ruttle/AP Photo)

Guterres a été âprement critiqué par les diplomates et par les députés israéliens, ces dernières semaines, en raison de ses propos tenus au sujet de la guerre à Gaza – une guerre qui, selon Israël, vise à éliminer le Hamas, le groupe terroriste qui gouverne l’enclave depuis 2007.

La guerre a été lancée après l’assaut meurtrier mené par des terroristes du Hamas dans le sud d’Israël, le 7 octobre. 1 200 personnes ont été massacrées du côté israélien et 240 personnes ont été enlevées par les hommes armés. Elles sont depuis retenues en captivité au sein de la bande de Gaza.

Le 24 octobre, le secrétaire-général des Nations unies avait indiqué que l’attaque du 7 octobre « ne s’était pas produite en-dehors de tout contexte, » suscitant l’indignation des responsables israéliens qui avaient estimé qu’il excusait et qu’il justifiait le terrorisme. L’ambassadeur israélien à l’ONU, Gilad Erdan, avait réclamé sa démission.

Vingt-quatre heures plus tard, Guterres avait affirmé que ses paroles avaient été intentionnellement déformées.

« Je suis choqué par la présentation mensongère de certains des propos que j’ai tenus hier devant le Conseil de sécurité – disant que je justifiais les actes de terrorisme du Hamas », avait dit Guterres aux journalistes à ce moment-là.

Mardi, c’est le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen qui a appelé le secrétaire général de l’ONU à se retirer de son poste lors d’une visite des bureaux de l’ONU à Genève.

« Antonio Guterres ne mérite pas de diriger les Nations unies. Guterres n’a encouragé aucun processus de paix dans la région. Guterres, comme toutes les nations libres, devrait dire haut et fort : ‘Libérez Gaza du Hamas’, » a-t-il dit lors d’une conférence de presse.

Jeremy Sharon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.