Israël en guerre - Jour 259

Rechercher

Eli Cohen demande au CICR de rencontrer les otages et appelle Guterres à démissionner

Lors d'une série de réunions à Genève, le ministre israélien des Affaires étrangères demande la libération des otages, et affirme que l'OMS doit prendre position contre le Hamas

Jeremy Sharon est le correspondant du Times of Israel chargé des affaires juridiques et des implantations.

Le ministre des Affaires étrangères d'Israël, Eli Cohen, montrant des photos d'armements terroristes trouvés par Tsahal dans des hôpitaux de Gaza, lors d'une conférence de presse aux bureaux des Nations unies à Genève, le 14 novembre 2023. (Crédit : Pierre-Michel Virot/Délégation israélienne aux bureaux de l'ONU à Genève)
Le ministre des Affaires étrangères d'Israël, Eli Cohen, montrant des photos d'armements terroristes trouvés par Tsahal dans des hôpitaux de Gaza, lors d'une conférence de presse aux bureaux des Nations unies à Genève, le 14 novembre 2023. (Crédit : Pierre-Michel Virot/Délégation israélienne aux bureaux de l'ONU à Genève)

Lors d’une tournée éclair à Genève mardi, le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen a réprimandé les dirigeants des agences internationales et a exhorté la présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) à trouver un moyen d’accéder aux otages à Gaza, le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à condamner le groupe terroriste palestinien du Hamas et le secrétaire général de l’ONU à démissionner.

Lors de sa rencontre avec la présidente du CICR, Mirjana Spoljaric Egger, à Genève, Cohen a insisté pour que l’organisation place cette question en tête de ses priorités et utilise tous les moyens à sa disposition pour rendre visite aux quelque 240 otages faits prisonniers par le Hamas et d’autres groupes terroristes lors des atrocités perpétrées dans le sud d’Israël le 7 octobre.

Cohen a critiqué l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lors d’une réunion avec son directeur, le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus, en déclarant que l’utilisation par le Hamas des hôpitaux de Gaza comme « couverture pour ses activités terroristes » témoignait d’un grave échec de l’OMS.

Le ministre des Affaires étrangères a également tenu des réunions au bureau de l’ONU à Genève, où il a décrié le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qu’il a jugé inapte à diriger l’organisme à la suite des vives critiques qu’il a formulées contre l’opération militaire d’Israël à Gaza.

« La Croix-Rouge doit s’employer par tous les moyens à rendre visite le plus rapidement possible aux otages, notamment les enfants, les femmes et les personnes âgées, retenus en captivité par l’organisation terroriste du Hamas », a déclaré Cohen à l’issue de sa rencontre avec Spoljaric Egger.

« Nous attendons de la Croix-Rouge qu’elle place cette question en tête de sa liste de priorités, qu’elle utilise tous les moyens de pression et qu’elle n’ait de cesse de rendre visite à tous les otages, d’évaluer leur état de santé et de s’assurer qu’ils reçoivent les soins médicaux dont ils ont besoin », a-t-il ajouté.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen et les familles des otages de Gaza rencontrant la chef du CICR Mirjana Spoljaric Egger à Genève, en Suisse, le 14 novembre 2023. (Crédit : Croix-Rouge internationale)

Cohen était accompagné de plusieurs proches des otages, dont Ofri Bibas Levi, la sœur de Yarden Bibas, détenue par le Hamas avec son épouse Shiri et leurs deux jeunes enfants, Ariel, âgé de 4 ans, et Kfir, âgé d’à peine 10 mois.

Trois autres parents d’otages étaient présents à la réunion, ainsi que le ministre de la Santé, Uriel Busso.

« J’ai dit au président de la Croix-Rouge et au président de l’Organisation mondiale de la santé que l’État d’Israël n’avait pas l’intention de s’arrêter tant que tous les otages n’auraient pas été libérés de leur captivité aux mains du groupe terroriste Hamas, et j’ai exigé qu’elle s’implique dans le maintien de leur sécurité », a déclaré Busso.

L’une des principales missions déclarées du CICR est de « garantir un traitement et des conditions de détention humains à tous les détenus, quelles que soient les raisons de leur arrestation et de leur détention » et de « s’efforcer d’alléger les souffrances de leurs familles, notamment en rétablissant la communication entre les otages et leurs proches ».

Après sa rencontre avec Ghebreyesus, Cohen a demandé à l’OMS de condamner l’utilisation par le Hamas des installations médicales à Gaza.

« L’utilisation cynique des hôpitaux par le groupe terroriste du Hamas pour abriter ses activités terroristes est un échec retentissant pour l’Organisation mondiale de la santé et les organisations des Nations unies », a déclaré Cohen.

« Sous le nez de ces organisations, la plus grande infrastructure terroriste du monde a été mise en place. Il s’agit d’un double crime de guerre lorsque des missiles et des roquettes sont tirés sur la population israélienne à proximité des hôpitaux », a-t-il ajouté.

« L’Union européenne a déjà annoncé cette semaine que le Hamas utilisait les hôpitaux et la population de Gaza comme boucliers humains pour les terroristes du Hamas, et les organisations des Nations unies devraient se joindre à cet appel sans équivoque.

Le ministre des Affaires étrangères israélien Eli Cohen brandissant une photo montrant l’utilisation par les terroristes de Gaza des hôpitaux du territoire, alors qu’il est assis à côté du directeur général de l’Organisation mondiale de la santé Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse aux bureaux des Nations unies, à Genève, le 14 novembre 2023. (Crédit : Pierre-Michel Virot/Délégation israélienne à l’Office des Nations Unies à Genève)

Lors de la visite de l’Office des Nations unies à Genève, Cohen a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il a eu des mots durs à l’égard du secrétaire général de l’ONU.

« Guterres ne mérite pas de diriger les Nations unies. Guterres n’a encouragé aucun processus de paix dans la région (…). Guterres, comme toutes les nations libres, devrait dire haut et fort : ‘Libérez Gaza du Hamas' », a déclaré Cohen, ajoutant que Guterres devrait démissionner.

« Nous sommes ici pour demander la libération immédiate de tous nos civils (…). Nous nous battons pour l’État d’Israël, mais aussi pour la dignité humaine. Si nous ne gagnons pas, vous serez les prochains. Le Jihad islamique n’a pas de frontières, la communauté internationale devrait dire clairement : « Libérez Gaza du Hamas », non seulement pour la sécurité de l’État d’Israël, mais aussi pour la population de Gaza.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.