Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

Pour les survivants de Supernova, la méditation à cheval, un espoir thérapeutique

La psychologue Shira Bruckner pense qu'Israël ouvrira une nouvelle voie dans la recherche et le traitement des personnes ayant subi des traumatismes sous l'influence de drogues

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

  • Des survivants du Festival Supernova aux côtés de la jument prénommée Tzlil, à la ferme équestre de la famille Dror, au moshav Ofer, dans le nord d'Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)
    Des survivants du Festival Supernova aux côtés de la jument prénommée Tzlil, à la ferme équestre de la famille Dror, au moshav Ofer, dans le nord d'Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)
  • Le Dr. Ido Semyon, expert en traumatismes et drogues hallucinogènes, thérapeute certifié et enseignant de la méthode Hakomi, à l'auberge Tchernichovsky, au moshav Ofer, dans le nord d'Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Iddo Lavie)
    Le Dr. Ido Semyon, expert en traumatismes et drogues hallucinogènes, thérapeute certifié et enseignant de la méthode Hakomi, à l'auberge Tchernichovsky, au moshav Ofer, dans le nord d'Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Iddo Lavie)
  • Des survivants du Festival Supernova aux côtés de la jument prénommée Tzlil, à la ferme équestre de la famille Dror, au moshav Ofer, dans le nord d'Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)
    Des survivants du Festival Supernova aux côtés de la jument prénommée Tzlil, à la ferme équestre de la famille Dror, au moshav Ofer, dans le nord d'Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)
  • Nitzan Keren à l'auberge Tchernichovsky, au moshav Ofer, dans le nord d'Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)
    Nitzan Keren à l'auberge Tchernichovsky, au moshav Ofer, dans le nord d'Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

S’allonger sur le sol, respirer profondément et écouter le bruissement des chevaux en train de manger n’est peut-être pas l’idée que tout le monde se fait de la détente. Mais dans la ferme équestre de la famille Dror, à la fin du mois dernier, cette activité a apporté le calme à un petit groupe de jeunes gens dont la vie avait été brisée le 7 octobre.

Ce jour-là, ils étaient parmi les milliers à participer à une fête nocturne près du kibboutz Reim, à quelques kilomètres de la frontière de Gaza.

Vers 6h30 du matin, des sirènes ont interrompu la fête. Alors que des roquettes et des missiles pleuvaient depuis la bande de Gaza, les terroristes palestiniens du Hamas ont fait irruption, tuant environ 260 personnes dans une grêle de tirs de sang-froid alors que les fêtards tentaient de s’enfuir, et en kidnappant un nombre indéterminé de personnes, les emportant dans l’enclave palestinienne.

Des survivants ont témoigné de tortures et d’agressions sexuelles généralisées, ainsi que de personnes suppliant pour leur vie avant d’être tuées alors que le massacre se déroulait dans l’enceinte du festival.

Au total, 1 200 Israéliens ont été assassinés le 7 octobre, la plupart d’entre eux étant des civils, lorsque des terroristes ont pris d’assaut la rave et les communautés voisines de la frontière de Gaza.

La méditation avec des chevaux au moshav Ofer, dans les collines du Carmel, au nord d’Israël, n’est qu’une partie de l’une des nombreuses initiatives qui ont vu le jour pour apporter une aide psychologique aux survivants de la fête.

La jument prénommée Tzlil regardant des survivants du Festival Supernova méditer, sous la direction de Ronit Adar, le 31 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

« Les chevaux se caractérisent par leur puissance et leur noblesse », explique Ronit Adar, experte en chi kung, en thérapie cranio-sacrale et en méditation guidée. « Ils sont inébranlables et peuvent s’élancer au galop pour vous emmener où vous voulez. Ce sont aussi des créatures sensibles. Tout ce qu’un être humain ressent se retrouve chez un cheval. Se connecter à un cheval peut nous connecter à ces sentiments. »

Quatre jeunes adultes ont choisi cette toute première séance de méditation à la ferme des Dror parmi d’autres options thérapeutiques.

Ils se sont allongés sur des tapis dans un manège, tandis que deux grands chevaux, un cheval miniature et son poulain mangeaient des paniers de foin, reniflaient de temps en temps et respiraient des bouffées d’air doux et chaud.

Adar les a guidés dans la méditation, vers les « espaces entre les pensées ».

Des survivants du Festival Supernova aux côtés d’une jument prénommée Tzlil, à la ferme équestre de la famille Dror, au moshav Ofer, dans le nord d’Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

« Lorsque nos esprits sont calmes, la guérison peut commencer à l’intérieur, sans aucun effort », a-t-elle déclaré.

Après avoir lentement rouvert les yeux, les participants se sont levés pour interagir avec les chevaux, qui avaient tous été dressés à l’aide d’une technique appelée « renforcement positif », qui permet d’instaurer un climat de confiance entre les animaux et les humains. Ils ont gratté le ventre de Tzlil au bon endroit pour qu’elle tende le cou et que ses lèvres tremblent de plaisir. Ils se sont pressés autour de Nes, un poulain miniature né il y a un an et quatre mois. Ils ont souri et ri, et ont posé pour des photos.

« Je me suis senti en sécurité, allongé avec ces puissants animaux autour de moi », a déclaré Alon Horev après le traitement.

Je me suis senti en sécurité, allongé avec ces puissants animaux autour de moi.

Horev, 31 ans, originaire du moshav Ilaniya, dans le nord du pays, a passé de nombreux mois en Inde après son service militaire, est retourné en Israël pendant plusieurs années, puis s’est installé en Europe « pour se retrouver dans le monde ».

Alon Horev à l’auberge Tchernichovsky au moshav Ofer dans le nord d’Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/ Times of Israel)

Impliqué dans la production de soirées trance depuis plus de dix ans, il est rentré de Grèce en Israël pour y passer une semaine – y voir des amis et assister au festival Supernova – avant de se rendre à un autre grand festival au Portugal.

Lorsque les tirs ont commencé, Horev et six autres personnes se sont enfermées dans une caravane. « Les terroristes ont essayé de nous kidnapper, de mettre le feu à la caravane, de nous tirer dessus avec un lance-grenades, avec un M16, d’entrer par effraction (…) », a-t-il déclaré. « J’ai tout filmé. Dieu seul sait pourquoi ils n’ont pas réussi. »

Huit heures plus tard, Tsahal est arrivé.

« J’ai vu des cerveaux sur la chaussée, je ne peux pas me débarrasser de l’odeur des corps brûlés », a déclaré Horev (qui n’avait pas pris de drogues la veille au soir), ajoutant qu’il connaissait 150 des morts et qu’il avait assisté aux funérailles de 20 de ses proches.

C’est la psychothérapeute Shira Bruckner qui s’est rendue compte que les personnes qui avaient consommé des drogues hallucinogènes comme le LSD, la MDMA et des champignons psilocybines pendant la fête auraient besoin de soutien et de thérapie particuliers.

« De nombreuses recherches ont été menées sur l’utilisation des psychédéliques pour traiter les traumatismes et le syndrome de stress post-traumatique [TSPT] », a-t-elle expliqué. « Ce qui s’est passé ici, c’est le contraire. Les personnes qui étaient sous l’influence de drogues hallucinogènes ont subi un traumatisme indescriptible ».

Les personnes sous l’influence de drogues hallucinogènes ont subi un traumatisme indescriptible.

« Ce qui arrive à une personne dans de telles conditions, et la meilleure façon de la traiter, deviendra un tout nouveau domaine de recherche. Je regrette qu’Israël en devienne le laboratoire. Il n’y a pas de précédent dans le monde pour un traumatisme collectif aussi brutal au sein d’un groupe aussi important ».

Nitzan Keren à l’auberge Tchernichovsky, au moshav Ofer, dans le nord d’Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

Bruckner, qui a conçu un programme spécial pour cette population à l’auberge Tchernichovsky au moshav Ofer, a ajouté que si les membres des kibboutzim pouvaient travailler sur le traumatisme en tant que communauté et que les soldats pouvaient le faire avec leurs camarades, ceux qui ont survécu à la fête étaient rentrés chez eux dans tout le pays et étaient surtout seuls.

« Les personnes qui n’ont pas le sentiment d’appartenir à un groupe sont plus susceptibles de développer un TSPT », explique-t-elle.

Nitzan Keren, 36 ans, qui s’occupe de l’aspect technique de la retraite et qui a passé ses jeunes années à prendre des drogues hallucinogènes et à organiser des événements de musique trance, a expliqué que le lever du soleil marquait le point culminant d’une fête de trance et que les gens passaient des semaines avant à discuter des drogues ou des boissons alcoolisées qu’ils utiliseraient pour influencer leur expérience de l’aube.

« Tout le monde attend ce moment », a-t-il déclaré. « Ils vous parleront d’une grande libération, de joie, d’extase. Il est difficile d’atteindre cet état de manière naturelle [sans substances]. Je ne peux pas imaginer comment, dans cet état d’esprit, vous devez soudainement vous ressaisir pour sauver votre vie. »

Le Dr. Ido Semyon, expert en traumatismes et psychédéliques, thérapeute certifié et enseignant de la méthode Hakomi, à l’auberge Tchernichovsky, au moshav Ofer, dans le nord d’Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Iddo Lavie)

Bruckner, qui a travaillé de nombreuses années comme psychologue au sein de l’armée israélienne, a publié une annonce sur Facebook, rassemblé une équipe de spécialistes – tous des experts en traumatismes qui ont fait des recherches sur les drogues hallucinogènes – et mené des entretiens rapides avec les survivants qui souhaitaient venir, en leur faisant promettre de ne pas être sous l’influence de quelque drogue pendant l’entretien.

« Nous intervenons initialement en profondeur, comme une vaccination, pour prévenir le développement des symptômes du TSPT », a déclaré Bruckner. « Nous les aidons par la psychothérapie, le travail corporel, le travail vocal et les activités créatives, et nous encourageons les sentiments d’appartenance, de sécurité, d’amour, d’acceptation, de communauté. Et tout cela avec une absence totale de jugement. »

La thérapie est gratuite et toute l’équipe est bénévole. (Une campagne de collecte de fonds a été lancée).

Chaque retraite de 30 heures accueille environ 16 personnes. Ce journaliste a assisté à la troisième retraite, et trois autres sont déjà complètes.

Une séance de thérapie par les arts anciens tels que la vannerie, le 30 octobre 2023. (Crédit : Iddo Lavie)

Les participants sont accueillis et présentés à leurs « yeux directeurs », des membres du personnel qui les observent et les soutiennent de près.

En groupe, ils participent à des séances d’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) et d’Hakomi, avec des leaders dans ce domaine.

Les soirées sont consacrées à la libération par la musique.

En outre, ils peuvent choisir parmi une gamme de traitements allant du shiatsu, yoga, acupuncture, thérapie cranio-sacrale et art-thérapie à la visite de lieux qu’ils aiment (de manière simulée, à l’aide d’un casque) par le biais de la réalité virtuelle.

Elana Ben Amir, à gauche, et Shira Bruckner à l’auberge Tchernichovsky, au moshav Ofer, dans le nord d’Israël, le 31 octobre 2023. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

Cette dernière est couramment utilisée pour traiter les phobies, telles que la peur de l’avion et l’anxiété sociale, a expliqué la psychologue clinicienne Elana Ben Amir, qui développe son utilisation en tant qu’outil de traitement des traumatismes. « Personne n’a jamais utilisé cette méthode pendant une guerre », a-t-elle déclaré.

Après la retraite, chaque participant peut choisir de bénéficier gratuitement de trois à cinq séances individuelles supplémentaires d’EMDR ou d’Hakomi.

Bruckner a indiqué que l’objectif était de rencontrer les participants deux semaines après la retraite pour vérifier s’ils avaient développé des symptômes de traumatisme et, le cas échéant, de les orienter vers un traitement plus approfondi, ainsi que de créer une communauté de soutien.

À l’avenir, elle espère proposer cette retraite à d’autres groupes qui ont été traumatisés par la guerre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.