Rechercher

Pour vanter la coexistence judéo-musulmane, Israël vole une photo aux États-Unis

La page Twitter en langue arabe a demandé à plusieurs reprises de retirer la photo, récupérée sans autorisation sur le compte d'une femme du Missouri

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Maharat Rori Picker Neiss (à gauche) prend un selfie avec une amie à St. Charles, dans le Missouri, le 6 mai 2019. (Crédit : Maharat Rori Picker Neiss/autorisation)
Maharat Rori Picker Neiss (à gauche) prend un selfie avec une amie à St. Charles, dans le Missouri, le 6 mai 2019. (Crédit : Maharat Rori Picker Neiss/autorisation)

Dans le cadre d’un effort sur les réseaux sociaux visant à saluer l’importance de la coexistence et de la tolérance, le ministère israélien des Affaires étrangères a volé plus tôt cette semaine une photographie d’une femme juive religieuse et d’une femme musulmane qui a été prise aux États-Unis.

La photo a été partagée sur le compte Twitter en langue arabe du ministère des Affaires étrangères, avec la légende suivante : « À l’occasion de la Journée internationale de la tolérance. Avec un foulard islamique et un couvre-chef juif, une musulmane et une juive sur une photo souvenir. Comme c’est beau la coexistence et l’esprit de tolérance. »

Cependant, la photo a été utilisée sans l’autorisation de la photographe juive, qui y figure également, et sans l’approbation de la femme musulmane qui y figure – et sans informer les sujets que leurs images seraient partagées par l’État d’Israël aux près d’un demi-million de followers du compte Israël en arabe. La photo a également été partagée par la page Facebook de l’ambassade d’Israël en Ouzbékistan à ses près de 6 000 adeptes en septembre.

Le tweet contenant la photo volée a été supprimé jeudi après-midi après que le Times of Israel a contacté le ministère des Affaires étrangères à ce sujet, mais elle est restée sur la page Facebook de l’ambassade d’Israël en Ouzbékistan au moment de la publication.

La photo a été prise à St. Charles, dans le Missouri, en 2019 par Maharat Rori Picker Neiss, directrice exécutive du Conseil des relations de la communauté juive de St. Louis, et publiée sur sa page Twitter personnelle.

Lorsque Picker Neiss a vu que sa photo avait été prise et utilisée sans sa permission cette semaine, elle a contacté le consulat israélien local, mais n’a reçu aucune réponse. (Le Times of Israel a demandé et obtenu de sa part l’autorisation d’utiliser la photographie en question pour cet article).

Une capture d’écran d’un tweet, depuis supprimé, présentant une photographie volée et partagée par le compte Twitter en langue arabe d’Israël le 16 novembre 2021.

Le Times of Israel a contacté le ministère des Affaires étrangères pour un commentaire. Un porte-parole a déclaré qu’il examinait la question, mais n’a pas donné de réponse supplémentaire.

En vertu de la loi israélienne, il est illégal d’utiliser une photographie ou toute autre œuvre créative sans autorisation, avec une pénalité potentielle pouvant aller jusqu’à 100 000 shekels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...