Près de 200 projectiles tirés sur Israël entre vendredi soir et samedi matin
Rechercher

Près de 200 projectiles tirés sur Israël entre vendredi soir et samedi matin

Ashkelon, Ashdod, Beer Sheva, Sderot et les régions environnantes ont été constamment visées ; L'armée a mené des frappes stratégiques sur des positions du Hamas

Des roquettes sont lancées depuis la bande de Gaza vers Israël, le vendredi 14 mai 2021 (Crédit : AP Photo / Hatem Moussa)
Des roquettes sont lancées depuis la bande de Gaza vers Israël, le vendredi 14 mai 2021 (Crédit : AP Photo / Hatem Moussa)

Les villes et les communautés du sud d’Israël ont été confrontées à une pluie intense de roquettes tirées par les groupes terroristes palestiniens du Hamas et du Jihad islamique dans la nuit de vendredi à samedi, avec plusieurs salves de projectiles visant Ashkelon, Ashdod, Beer Sheva, Sderot et les régions environnantes.

Les tirs sont survenus alors que l’armée israélienne continuait depuis minuit de frapper de nombreuses cibles du Hamas, dirigeant de facto de la bande de Gaza, détruisant des sites de lancement de roquettes à longue portée (qui permettent d’atteindre des villes plus au nord, comme Jérusalem lundi dernier), des cellules terroristes et un centre de renseignement du Hamas, selon l’armée israélienne.

Les tirs de roquettes sur Jérusalem lors de la salve de lundi ont déclenché l’actuel conflit entre le groupe terroriste du Hamas et Israël.

Plusieurs cellules terroristes ont aussi été touchées alors qu’elles étaient sur le point de lancer des roquettes, a indiqué Tsahal.

Parmi les autres cibles touchées figuraient un puits de tunnel situé dans un hôtel en bord de mer, des « appartements opérationnels » des forces navales du Hamas, deux maisons de commandants du Hamas utilisées par le passé comme postes de commandement et des entrepôts d’armes. Parmi les équipements stockés dans ces derniers figuraient des parapentes destinés à être utilisés lors de tentatives d’infiltration aérienne.

L’une des roquettes tirées depuis Gaza au milieu de la nuit a touché directement un immeuble à Ashdod, tandis qu’une autre aurait atterri près du port d’Ashdod, heurtant un réservoir de carburant et provoquant une explosion massive qui a envoyé d’énormes flammes dans le ciel.

Une roquette a également touché directement une maison à Beer Sheva. Dix-neuf personnes ont ensuite été hospitalisées à l’établissement Soroka de la ville – 16 d’entre elles ont été légèrement blessées en courant vers des abris et trois ont subi un choc.

Certaines des roquettes ont été interceptées par le système antimissile du Dôme de fer tandis que d’autres ont atterri dans des zones ouvertes ou bien sont retombées dans la bande de Gaza.

Plus tôt dans la nuit, les Palestiniens ont déclaré que 10 membres d’une même famille avaient été tués, lorsqu’une frappe aérienne a frappé un bâtiment de trois étages dans le camp de réfugiés d’al-Shati dans l’enclave palestinienne. Huit enfants et deux femmes, tous appartenant à la famille Abu Hatab, ont été tués, ont indiqué des sources médicales à Gaza.

Suite à cette information, le porte-parole du Premier ministre en langue arabe a accusé le groupe terroriste palestinien du Hamas, selon la Douzième chaîne d’information.

« Le Hamas est entièrement responsable de la mort de civils à Gaza », d’après un communiqué.

« Il a cherché cette escalade et l’a initiée quand il a attaqué Jérusalem [lundi]. Il a intentionnellement entreposé ses lance-roquettes, ses caches d’armes et ses postes au milieu de zones résidentielles et c’est un crime de guerre. Il attaque nos citoyens pour en tuer le plus grand nombre possible et ça c’est un autre crime de guerre. »

Tard dans la nuit de vendredi, l’armée a publié une vidéo montrant une frappe aérienne ciblant le bureau du chef de la sécurité intérieure du Hamas, Tawfiq Abu Naim. L’armée a déclaré que le bâtiment était utilisé pour mener des opérations militaires du Hamas.

Les terroristes palestiniens à Gaza ont tiré plus de 2 000 roquettes vers Israël depuis le début des combats lundi, a indiqué l’armée. Dix Israéliens, dont un enfant de 5 ans, ont été tués dans les tirs de roquettes et plus de 560 personnes ont été blessées.

À Gaza, le bilan des combats a dépassé la centaine de morts vendredi, dont des dizaines de mineurs, et 950 blessés, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas. Les groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique ont confirmé 20 morts dans leurs rangs. Israël affirme que ce nombre est beaucoup plus élevé mais n’a pas encore diffusé de chiffres précis.

Vendredi, une source diplomatique a jugé que les parties pourraient parvenir à un accord de cessez-le-feu d’ici quelques jours. La source, qui s’est entretenue avec le Times of Israel sous couvert d’anonymat, a toutefois déclaré que les médiateurs en question avaient exprimé un optimisme plutôt prudent.

Le chef de la branche politique du Hamas, Khaled Meshaal, a déclaré vendredi à une agence de presse turque que le groupe terroriste de Gaza était prêt pour un cessez-le-feu mais qu’il n’avait pas reçu de réponse d’Israël.

« Ils nous ont attaqués pendant nos fêtes [Yom Yeroushalayim], ils ont attaqué notre capitale, ils ont tiré des missiles sur nos villes, ils paient et continueront de payer un lourd tribut pour cela. Ce n’est pas encore fini. Nous ferons tout pour restaurer la sécurité dans nos villes et [auprès] de nos citoyens », a déclaré de son côté le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Netanyahu a aussi blâmé « ces terroristes qui attaquent à la fois des civils et se cachent derrière des civils. Cela ne les aidera pas, nous continuerons. »

Des Israéliens se protègent pendant une alerte avertissant de l’arrivée d’une roquette de Gaza sur Jérusalem, le 10 mai 2021. (Crédit : Flash90)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...