Rechercher

Près de la moitié de la population israélienne aurait contracté le variant Omicron

Selon l'épidémiologiste Eran Segal, environ 4,5 millions d'Israéliens ont été infectés au cours de la dernière vague

Le service coronavirus du Ziv Medical Center à Safed, le 15 février 2022. (David Cohen/Flash90)
Le service coronavirus du Ziv Medical Center à Safed, le 15 février 2022. (David Cohen/Flash90)

La pandémie continue de reculer cette semaine en Israël et dans le monde après que le variant Omicron a provoqué un nombre impressionnant d’infections en quelques mois.

2,2 millions d’infections à Omicron ont été confirmées en Israël, mais l’épidémiologiste Eran Segal a estimé vendredi que le nombre réel de cas était bien plus élevé – environ 4,5 millions, soit près de la moitié de la population israélienne de plus de 9 millions.

Environ 70 % des Israéliens ont été infectés par le coronavirus depuis le début de la pandémie, soit environ 6 à 7 millions de personnes, a déclaré Segal à la Douzième chaîne.

Le nombre de nouveaux cas en Israël a diminué ces dernières semaines, après avoir culminé le mois dernier, et le gouvernement a commencé à réexaminer les régulations mises en place pour contenir la vague Omicron.

Le ministère de la Santé a fait état vendredi de 15 358 infections diagnostiquées la veille. Au plus fort de l’épidémie en janvier, un record de 85 185 infections en une journée a été atteint.

Il y avait 152 411 cas actifs en date vendredi, dont 808 cas graves, a indiqué le ministère de la Santé.

La semaine dernière, 249 Israéliens sont morts du virus, portant le bilan depuis le début de la pandémie à 9 828.

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré jeudi que la vague Omicron « se brisait », alors que lui et de hauts responsables ont convenu de mettre fin au système de passeport vert à la fin du mois. D’autres restrictions resteront en vigueur.

Le ministère de la Santé a recommandé mercredi d’assouplir certaines règles pour les voyageurs israéliens revenant de l’étranger.

Des patients suivent un infirmier dans une zone de traitement de fortune temporaire à l’extérieur au milieu d’une épidémie de COVID-19 à Hong Kong, le 18 février. (AP Photo/Kin Cheung)

Au niveau mondial, après une flambée qui a duré trois mois et demi, le nombre moyen de cas quotidiens a chuté pour une troisième semaine consécutive, reculant de 22 % à 1,97 million de nouveaux cas dans le monde, selon un décompte de l’AFP effectué jeudi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...