Rechercher

Près de la moitié des réfugiés ukrainiens auraient déjà quitté Israël – média

Sur les 33 000 personnes arrivées depuis le début des combats, 4 200 ont obtenu le droit à la citoyenneté israélienne et 14 000 ont depuis quitté le pays pour d'autres destinations

Des réfugiés israéliens et ukrainiens débarquant d'un vol de secours à l'aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 3 mars 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Des réfugiés israéliens et ukrainiens débarquant d'un vol de secours à l'aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 3 mars 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Depuis le début de l’invasion de leur pays par la Russie en février, un total de 33 000 Ukrainiens ont fui vers Israël, dont près de la moitié sont repartis depuis, selon les chiffres du ministère des Affaires sociales rapportés par le journal Haaretz.

Parmi ceux qui sont arrivés, 4 200 étaient couverts par la loi du retour, qui permet à toute personne ayant un parent ou un grand-parent juif de recevoir la citoyenneté israélienne.

Parmi les autres, 14 000 sont partis dans d’autres pays, selon l’article publié mercredi.

La grande majorité de ceux qui sont restés dans le pays, à savoir 12 788, ont demandé une assistance humanitaire, notamment un soutien en matière de santé mentale, une aide pour acheter de la nourriture, une assistance médicale et un placement dans le système éducatif.

Le ministre des Affaires sociales, Meir Cohen, dans les bureaux du ministère à Jérusalem, le 29 décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Affaires sociales, Meir Cohen, a déclaré que la plupart des personnes qui sont arrivées étaient des femmes, des enfants ou des personnes âgées qui ont reçu « un gros câlin de notre part et une assistance gouvernementale et civile comme il se doit ».

« Israël continuera à aider les citoyens ukrainiens jusqu’à la fin de la guerre, que ce soit en leur fournissant une assistance ici en Israël ou par l’aide humanitaire que nous envoyons en Europe », a-t-il déclaré.

La plupart des personnes qui sont arrivées se sont dirigées vers des villes qui ont des communautés russophones importantes. 616 sont allées à Bat Yam, 568 autres se sont rendues à Haïfa, 486 à Ashkelon, 417 à Netanya, 470 à Petah Tikva et 434 à Ashdod.

Selon la réglementation en vigueur, les Ukrainiens n’ont pas besoin de visa pour une visite d’un maximum de trois mois en Israël.

La ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked lors d’une conférence de presse au ministère des Finances de Jérusalem, le 31 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En juillet, la Haute Cour de justice a annulé le quota fixé par la ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, qui aurait plafonné à 5 000 le nombre d’Ukrainiens arrivant en tant que réfugiés et ne remplissant pas les conditions requises par la loi du retour. Shaked avait imposé une exigence supplémentaire au terme de laquelle les Ukrainiens devaient renseigner un formulaire de demande en ligne avant même de quitter l’Ukraine pour se rendre en Israël.

En se prononçant contre les quotas imposés par Shaked, la Cour Suprême a balayé l’argument du gouvernement selon lequel les réfugiés autorisés à séjourner trois mois resteraient illégalement au-delà du temps imparti sur le territoire israélien.

Une semaine à peine après l’annonce par Shaked de ses quotas, les autorités israéliennes affirmaient que le nombre maximum d’Ukrainiens autorisés à séjourner en Israël avait presque été atteint.

Ces quotas avaient divisé les rangs de la coalition gouvernementale de l’époque et le parti Meretz s’y était publiquement opposé. Ils s’étaient également attirés de vives critiques de la part des autorités ukrainiennes, dénonçant une violation flagrante de l’accord d’exemption de visa entre les deux pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...