Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Prolongation de la mesure de hausse de l’âge limite de démobilisation définitive

L'ordonnance temporaire a été encouragée par la guerre à Gaza ; la Knesset relève d'un an l'âge à partir duquel les Israéliens ne seront plus appelés en tant que réservistes

Des réservistes gardant un tunnel du Hamas qui a été découvert à Salatin, près de Jabaliya, dans le nord de Gaza, le 7 décembre 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)
Des réservistes gardant un tunnel du Hamas qui a été découvert à Salatin, près de Jabaliya, dans le nord de Gaza, le 7 décembre 2023. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

La Knesset a prolongé de quatre mois une ordonnance temporaire qui a relevé l’âge auquel les réservistes sont dispensés de service dans les rangs de l’armée israélienne.

L’ordonnance augmentant l’âge d’un an a été introduite à la fin de l’année dernière en raison du besoin d’un grand nombre de troupes pendant la guerre en cours contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza. Il devait expirer jeudi.

La prolongation a été votée par 44 voix contre 33. L’ordre expirera désormais le 30 juin.

Le vote a eu lieu alors que le gouvernement risque une crise au sujet de la poursuite de l’octroi d’exemptions presque absolues du service militaire aux membres de la communauté ultra-orthodoxe. Les opposants à ces exemptions font valoir que la charge du service militaire devrait être partagée par tous les secteurs de la population et que la communauté haredi pourrait constituer une source potentielle de dizaines de milliers de personnes remplissant les conditions requises pour faire leur service.

L’ajustement de l’âge des réservistes signifie que les sous-officiers continueront d’être appelés au service de réserve jusqu’à l’âge de 41 ans, au lieu de 40 ans comme c’était le cas auparavant. Les officiers serviront jusqu’à l’âge de 46 ans au lieu de 45 ans.

En outre, pour les anciens combattants qui exercent certaines professions ou occupent certains postes définis par le ministre de la Défense, tels que les professionnels de la santé, les mécaniciens et les techniciens, l’âge d’exemption du service de réserve a été porté de 49 à 50 ans.

Le chef de l’opposition Yaïr Lapid assistant à une réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, à Jérusalem, le 26 février 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Compte tenu de la poursuite des combats, de la mobilisation d’urgence et de la contribution significative des réservistes aux efforts de combat, la libération de milliers de réservistes dans des rôles de combat et de partisans du combat [qui quittent le service de réserve] pendant le combat nuirait considérablement à la compétence opérationnelle et à la capacité de combat de Tsahal », expliquent les notes accompagnant le projet de loi.

Le projet de loi précise qu’il n’est pas possible de remplacer les réservistes dont la démobilisation est prévue en raison de leur âge par d’autres membres du service, car « cela pourrait nuire à la compétence opérationnelle des unités » dans lesquelles ils servent.

En outre, il n’est pas possible de compter sur des volontaires pour occuper les postes nécessaires.

Le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, a critiqué le gouvernement et le projet de loi pour avoir continué à imposer le service militaire à une partie seulement de la population.

« Si le mot ‘tous’ n’y figure pas, il ne s’agit pas d’une loi, mais d’un décret », a-t-il déclaré. « Un décret parce qu’il ne s’applique qu’à un groupe démographique, celui sur lequel tout retombe toujours », en référence aux Israéliens qui servent dans l’armée.

« Si nous recrutons un quart des ultra-orthodoxes âgés de 29 à 49 ans, qui peuvent servir, nous n’aurons pas besoin de prolonger le service de réserve d’un jour », a soutenu Lapid.

La question des exemptions pour les haredim est revenue au premier plan de l’agenda politique ces dernières semaines, après que Tsahal a annoncé son intention d’ajouter du temps au service obligatoire des recrues, de retarder le départ à la retraite de certains réservistes et d’augmenter le nombre de jours de service annuel, en prévision d’une intensification des combats à Gaza et d’une éventuelle guerre contre le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

Ces plans ont suscité de vives réactions, un certain nombre de députés, y compris au sein de la coalition, exigeant que la pénurie soit comblée par les ultra-orthodoxes.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant (au centre) s’entretenant avec des commandants au QG du Commandement du Centre, à proximité de Jérusalem, le 27 février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

La semaine dernière, le Directorat des Ressources humaines de l’armée a déclaré à une commission de la Knesset que quelque 66 000 jeunes hommes de la communauté ultra-orthodoxe avaient bénéficié d’un report du service militaire au cours de l’année écoulée, ce qui constituerait un record absolu. Quelque 540 d’entre eux ont décidé de s’enrôler depuis le début de la guerre, a indiqué l’armée israélienne.

La guerre a éclaté le 7 octobre lorsque le Hamas a mené une attaque dévastatrice contre Israël qui a fait 1 200 morts, pour la plupart des civils. Israël a répondu par une campagne militaire visant à renverser le régime du Hamas à Gaza, à détruire le groupe terroriste et à libérer 253 otages enlevés par des terroristes lors de l’attaque du Hamas.

Pour mener à bien cette campagne, l’armée israélienne a fait appel à 287 000 réservistes, bien que nombre d’entre eux aient déjà été libérés de leurs obligations pour l’instant. Il s’agit de l’appel de réservistes le plus important de l’Histoire d’Israël.

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a appelé mercredi à la fin des exemptions de service militaire pour les membres de la communauté haredi, mais il a déclaré qu’il ne soutiendrait une loi réglant cette question que si elle était approuvée par les ministres centristes Benny Gantz et Gadi Eisenkot.

Des Juifs ultra-orthodoxes passant devant un bureau de recrutement de l’armée, à Jérusalem, le 16 août 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

L’insistance de Gallant sur une loi soutenue par les législateurs du parti HaMahane HaMamlahti, Gantz et Eisenkot, tous deux anciens chefs d’état-major de Tsahal, est susceptible d’anéantir toute chance pour la coalition d’adopter un projet de loi favorable aux haredim sans s’allier à ceux qui s’opposent à des exemptions à grande échelle.

L’annonce a été accueillie favorablement par Gantz, mais a immédiatement suscité des réactions hostiles de la part des haredim et de vagues menaces selon lesquelles la question pourrait faire tomber le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les gouvernements Netanyahu successifs ont eu du mal à parvenir à un consensus sur la législation relative au service militaire ultra-orthodoxe depuis une décision de la Haute Cour de 2017 qui avait déterminé que les exemptions générales de service militaire pour les haredim étudiant en yeshiva étaient discriminatoires et illégales. Les tentatives d’élaboration d’une réglementation n’ont pas réussi à combler les fossés entre les législateurs traditionnels qui cherchent à partager plus équitablement le fardeau du service militaire et les partis ultra-orthodoxes Shas et Yahadout HaTorah qui exigent le maintien des exemptions et dont les gouvernements de Netanyahu ont compté sur le soutien pour se maintenir au pouvoir.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.