Quand Oskar Schindler fut à son tour sauvé par des Juifs
Rechercher

Quand Oskar Schindler fut à son tour sauvé par des Juifs

Un camp abandonné en Tchéquoslovaquie au printemps 1945, des juifs et leur sauveur entouré de sa famille, allemande et bourgeoise. Plus loin, l'Armée rouge qui pourchasse les Nazis

L'industriel allemand Oskar Schindler arrive à l'aéroport de Jérusalem, où il est honoré pour avoir sauvé plus de 1000 juifs pendant la Deuxième Guerre Mondiale. (Crédit : Keystone/Getty Images via JTA)
L'industriel allemand Oskar Schindler arrive à l'aéroport de Jérusalem, où il est honoré pour avoir sauvé plus de 1000 juifs pendant la Deuxième Guerre Mondiale. (Crédit : Keystone/Getty Images via JTA)

S’il est, depuis le film Steven Spielberg bien sûr, mais même avant cela, considéré comme un héros et un Juste parmi les Nations, les premiers temps après la chute du Troisième Reich ne furent pas de tout repos pour Oskar Schindler et sa famille.

Car celui qui parvint à sauver près de 1 200 juifs de l’extermination par les Nazis s’est retrouvé après leur chute, face à une autre menace : celle d’être capturé par l’Armée rouge alors en pleine bataille finale contre les soldats et dignitaires nazis. Et Oskar Schindler, comme beaucoup d’autres, avait pris sa carte du parti.

Les actes de bravoure de Schindler n’étant pas encore dûment documentés, les personnes sauvées étant éparpillés par les contraintes de la guerre en cours, lé héros Schindler n’en était pas encore un.

Du moins pas en ce jour de mai 1945, où il se retrouve en fuite avec sa famille et plusieurs juifs qu’ils avaient sauvés dans un camp de prisonniers abandonné en Tchécoslovaquie.

« Leur crainte, raconte Israel HaYom, était que Schindler qui était un membre du parti nazi, tomberait entre les mains des soldats soviétiques (…) Les survivants ont entendu que des soldats américains étaient dans la région et cherchaient un moyen de les atteindre ».

Yona Kobo, coordinatrice d’exposition en ligne au département numérique de Yad Vashem, a déclaré à Israel Hayom : « Les survivants de Schindler savaient qu’il y avait un groupe de femmes rescapées dans la ville de Volari en Tchécoslovaquie qui avaient été libérées par des soldats américains, que la région de Tchécoslovaquie où il devait être détenu devait être transférée aux Soviets et que la vie de Schindler était réellement en danger ».

A la tête du Commandement régional américain se trouve le major Henry Hopper. C’est l’homme qu’il faut convaincre de la véracité des actes de sauvetage d’Oskar Schindler.

C’est Annie Keller, une femme rescapée qui se trouvait à Volari que les Juifs du groupe entourant Schindler chargent de convaincre Hopper. Ce à quoi elle parviendra, permettant à la famille Schindler de se réfugier en zone gérée par l’armée américaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...