Quatre morts par balle en 24 heures dans des villes arabes israéliennes
Rechercher

Quatre morts par balle en 24 heures dans des villes arabes israéliennes

Les meurtres d'Edib Dirawi et d'Iyad Badir ont été les troisièmes et quatrièmes crimes de ce type cette semaine

(En partant de la gauche) Edib Dirawi et Iyad Badir, qui ont été assassinés le 20 septembre 2019. (Crédit)
(En partant de la gauche) Edib Dirawi et Iyad Badir, qui ont été assassinés le 20 septembre 2019. (Crédit)

Samedi, le chef du parti de la Liste arabe unie a promis de s’attaquer à la criminalité dans les communautés arabes israéliennes. Il a dit que cela constituerait sa priorité principale à la nouvelle Knesset. Sa déclaration est intervenue un jour après que deux hommes ont été tués, à trois heures d’intervalle, dans deux affaires criminelles dans le nord d’Israël.

Vendredi, les meurtres d’Edib Dirawi et d’Iyad Badir ont été les troisième et quatrième crimes du genre cette semaine. Cette année, 62 personnes ont été assassinées dans la communauté arabe.

« Les élections sont terminées, mais le fléau du crime dans la communauté arabe continue. Quatre morts en deux jours », a tweeté Ayman Odeh, le président de la Liste arabe unie, une alliance de partis arabes, qui sera le troisième plus grand groupe à la Knesset.

« Ce sera le premier sujet que nous traiterons, a déclaré Odeh. Nous n’avons pas d’autre choix que de ramener la sécurité dans nos rues et [de permettre aux gens] de vivre dans une société sans armes ».

Des témoins ont déclaré aux médias israéliens que Dirawi était assis dans sa voiture dans la ville de Kafr Yasif quand un agresseur s’est approché de lui pour lui tirer dessus à plusieurs reprises, le touchant en pleine poitrine.

Le vendeur de voiture de 38 ans a été conduit en urgence vers un hôpital à proximité dans une ambulance, mais il a été prononcé mort en chemin.

La police a ouvert une enquête sur l’incident, mais aucune arrestation n’a été effectuée.

L’assassinat a eu lieu devant un groupe des personnes d’âges différents.

Une photo d’une voiture de patrouille de la police. (Porte-parole d’Israël)

« Nous nous sommes précipités vers l’une des maisons et nous nous sommes cachés jusqu’à ce que le tireur parte. C’était vraiment effrayant. Mes enfants ont pleuré et ils ont peur de quitter la maison depuis ce qui s’est passé, a déclaré un témoin au site d’information Ynet. Je ne comprends pas comment on peut tuer un homme en plein milieu d’une rue. Ces gens ne répondent devant rien, même pas la police. C’est endémique et cela met nos vies en danger ».

Un proche de Dirawi a déclaré que la famille était sous le choc et qu’elle attendait encore d’avoir plus de détails sur l’incident.

Batir, âgé de 36 ans, a été abattu dans le village de Musmus, à Wadi Ara. Des témoins ont affirmé avoir vu plusieurs suspects prendre la fuite du quartier résidentiel où l’incident s’est produit.

Un habitant de Musmus l’a décrit comme « une personne honnête, droite et respectueuse qui fréquente les prières à la mosquée locale ».

« Tout le monde est surpris. On ne sait pas quel pourrait être le motif du meurtre », a déclaré un voisin de Badir.

Mercredi, une balle perdue, tirée lors d’une fusillade qui se déroulait à proximité, a tué Murad Amash, âgé de 19 ans, dans le village du nord de Jisr az-Zarqa

Le même jour, Muhammad Abu Hussein a été assassiné dans le village proche de Baqa al-Gharbiyye. Son ami a été sérieusement blessé par un tir dans la fusillade.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...