Quinze villes rejettent le plan de réouverture des écoles à temps partiel
Rechercher

Quinze villes rejettent le plan de réouverture des écoles à temps partiel

Des municipalités demandent la reprise totale des cours pour les zones dans lesquelles le virus est sous contrôle et jugent la proposition du gouvernement "irréaliste"

Des écoliers israéliens portent des masques de protection pour leur retour à l'école pour la première fois depuis l'apparition du coronavirus, le 3 mai 2020 à Jérusalem. (Photo d'Olivier Fitoussi/Flash90)
Des écoliers israéliens portent des masques de protection pour leur retour à l'école pour la première fois depuis l'apparition du coronavirus, le 3 mai 2020 à Jérusalem. (Photo d'Olivier Fitoussi/Flash90)

Plus d’une dizaine de municipalités ont informé mardi le Premier ministre Benjamin Netanyahu qu’elles ne se conformeraient pas aux directives du ministère de l’Éducation concernant la réouverture des écoles pour les classes du CM1 à la Seconde, à temps partiel.

Les dirigeants locaux, qui représentent 15 villes en Israël, dont Tel Aviv et Haïfa, ont déclaré que le plan annoncé pour la reprise des cours par intermittence était inefficace pour les élèves comme pour les parents, et ont appelé à la réouverture des écoles dans certaines zones, avec des mesures sanitaires.

Les représentants des municipalités ont sollicité une réunion urgente pour organiser la reprise totale des cours pour les régions dans lesquelles le virus est sous contrôle.

Les responsables ont critiqué le plan de réouverture progressive annoncé par le ministère de l’Éducation dans une lettre adressée à Netanyahu. Le ministère avait annoncé mardi le retour à l’école des élèves du CM1 à la Seconde, à temps partiel.

Dans la lettre, les dirigeants du Centre des gouvernements locaux, une association à but non lucratif qui représente les autorités locales, a écrit que « le programme de reprise des élèves du CM1 à la Seconde n’est pas véritablement une reprise et n’est une solution pour personne ».

« Les enfants ne sont pas des cobayes, et les parents attendent de véritables solutions », poursuit la lettre, rédigée Haim Bibas et Shai Hajaj, dirigeants du centre. « Les solutions suggérées ne sont pas satisfaisantes et dans l’absence d’un programme réaliste, nous ne rouvrirons pas les classes du CM1 à la Seconde. »

Haim Bibas, président de la fédération des autorités locales, s’exprime à la conférence de Muni Expo 2018 au centre de convention de Tel Aviv, le 14 février 2018 (Crédit : Flash90)

« Nous ne permettrons pas à certains élèves de venir pour une journée et à d’autres de venir deux jours », a annoncé Haim Bibas, qui est également maire de Modiin. « Nous demandons la réouverture complète des établissements scolaires dans les villes ‘vertes’ qui ont un faible taux de mortalité, et une ouverture partielle dans les villes ‘rouges’, qui recensent un taux de contamination élevé ».

« Au bout de deux mois et demi, on ne peut plus gérer cela par la peur. Il faut donner de véritables solutions aux parents », a-t-il dit.

Un groupe représentant 15 villes d’Israël ont appuyé cette démarche, ce qui signifie que les élèves du CM1 à la Seconde de ces villes ne retourneront pas en classe dimanche. Il s’agit des villes de Tel Aviv, Rishon Lezion, Petah Tikva, Ashdod, Netanya, Holon, Ramat Gan, Haïfa, Beer Sheva et Herzliya.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...