Raids en Cisjordanie : 18 arrestations et une tentative d’infiltration déjouée
Rechercher

Raids en Cisjordanie : 18 arrestations et une tentative d’infiltration déjouée

Durant une opération nocturne, les forces de sécurité ont saisi des "fonds pour le terrorisme" et des armes, dont une mitraillette cachée dans un sac-à-dos Barbie

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Une mitraillette dans un sac-à-dos Barbie jeté par un suspect palestinien que la police a tenté d'arrêter au nord de la Cisjordanie, le 16 juillet 2018. (Crédit : police israélienne)
Une mitraillette dans un sac-à-dos Barbie jeté par un suspect palestinien que la police a tenté d'arrêter au nord de la Cisjordanie, le 16 juillet 2018. (Crédit : police israélienne)

Les forces de sécurité israéliennes ont mené des raids en Cisjordanie et arrêté 19 suspects palestiniens dans la nuit de dimanche à lundi, selon des responsables.

En plus de ces arrestations, l’armée israélienne, la police israélienne et les services de sécurité de Shin Bet ont trouvé et saisi plusieurs armes dans la ville de Hébron et saisi des milliers de shekels qui, selon l’armée, étaient destinés à financer des activités terroristes palestiniennes.

Des émeutes ont éclaté en réponse aux raids de l’armée israélienne dans la ville de Kafr Bidu, en Cisjordanie, et dans le quartier voisin de Kafr Aqab, à Jérusalem Est. Bien que Kafr Aqab ait été annexé par Israël et fasse partie de la capitale, ce quartier est situé du côté cisjordanien de la barrière de sécurité et est sous la responsabilité de l’armée israélienne.

Pendant les émeutes, des dizaines de résidents ont jeté des pierres, entre autres objets, en direction des troupes. Les soldats ont répondu au moyen de dispositifs anti-émeutes non-létaux, selon l’armée.

Aucun blessé n’a été signalé.

Selon l’armée israélienne, dix-huit Palestiniens ont été arrêtés à l’aube au cours de ces raids en Cisjordanie. Ils sont soupçonnés d’être impliqués dans des activités terroristes ou d’avoir pris part à des violences contre des soldats et des civils israéliens, principalement par des jets de pierres.

Un fusil d’assaut M4 saisi par l’armée israélienne durant un raid en Cisjordanie, dans la ville de Hébron, le 16 juillet 2018. (Crédit : armée israélienne)

Durant les raids à Hébron, l’armée a découvert une planque d’armes, qui abritait un fusil M-4, un pistolet à air comprimé, des munitions, et des pièces détachées d’armes, a déclaré l’armée.

L’arsenal saisi par l’armée israélienne durant un raid en Cisjordanie, dans la ville de Hébron, le 16 juillet 2018. (Crédit : armée israélienne)

Les dizaines de milliers de shekels de « fonds pour le terrorisme » ont été saisis durant une fouille au nord de la Cisjordanie, près du carrefour Tapuach, a indiqué l’armée.

« Cette activité s’inscrivait dans la campagne contre le financement du terrorisme », a déclaré l’armée.

En plus de ces raids, qui avaient été organisés à l’avance, la police des frontières à arrêté un Palestinien qui faisait partie d’un groupe ayant tenté d’entrer en Israël depuis le nord de la Cisjordanie, à proximité de la ville de Jénine.

« Les soldats ont repéré plusieurs suspects qui tentaient d’escalader la barrière de sécurité avec une échelle », a déclaré la police.

« Une fois qu’ils ont été repérés, les forces ont poursuivi les suspects a pied. Pendant cette chasse-à-l’homme, certains sont repartis en Cisjordanie et d’autres sont entrés en Israël », a déclaré la police.

L’un des suspects a été attrapé et remis au Shin Bet pour être interrogé. Il est originaire de Jénine et âgé d’une vingtaine d’années, selon la police.

Le coupe-boulon saisi par l’armée israélienne jeté par un suspect palestinien que la police a tenté d’arrêter au nord de la Cisjordanie, le 16 juillet 2018. (Crédit : police israélienne)

Par ailleurs, pendant cette chasse à l’homme, l’un des suspects a jeté un sac-à-dos Barbie rose qui contenait une mitraillette de type Carlo, commune en Cisjordanie, et souvent fabriquée artisanalement avec les matériaux disponibles.

« Les soldats ont également trouvé un téléphone portable et un coupe-boulons pour franchir la barrière », a indiqué l’armée.

Le commandant de l’unité qui a interrompu l’infiltration a salué ses hommes pour avoir « empêché une incursion armée en territoire israélien ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...