Reconnaissance de la Palestine : un groupe pro-israélien met en garde l’Espagne
Rechercher

Reconnaissance de la Palestine : un groupe pro-israélien met en garde l’Espagne

Le dirigeant de l'ACOM a déclaré que Jérusalem pourrait peut-être reconnaitre la Catalogne en retour

Lors d'une manifestation à Barcelone le 21 octobre 2017, des manifestants agitent des drapeaux catalans en faveur de l'indépendance. (AFP Photo / Pau Barrena)
Lors d'une manifestation à Barcelone le 21 octobre 2017, des manifestants agitent des drapeaux catalans en faveur de l'indépendance. (AFP Photo / Pau Barrena)

Un groupe de pression pro-israélien en Espagne a averti que, si le pays reconnaissait un État palestinien, Israël pourrait en faire de même pour la région disputée de la Catalogne.

Le chef du groupe de l’ACOM, Angel Mas, a lancé un avertissement la semaine dernière dans une tribune dans le quotidien ABC.

Selon les médias espagnols, confirmés jeudi par le ministre espagnol des Affaires étrangères Josep Borrell, l’Espagne pousserait l’Union européenne (UE) à reconnaître ce qu’elle appelle l’État de Palestine. Les informations ont indiqué que Madrid reconnaîtrait un État palestinien indépendamment de la position de l’UE.

Interrogé sur l’analyse de l’ACOM sur la probabilité de reconnaissance israélienne sur la Catalogne, Emmanuel Nahshon, porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, a déclaré à l’agence JTA ne pas « commenter les spéculations ».

En octobre dernier, le séparatisme catalan a plongé l’Espagne dans une crise majeure. La police fédérale a affronté les électeurs suite à un référendum illégal sur l’indépendance, et le Parlement de la région de Barcelone a adopté une motion déclarant son indépendance vis-à-vis de l’Espagne, malgré l’avertissement du gouvernement fédéral. Madrid a dissous le gouvernement régional dans le but de bloquer la sécession.

Le nouveau ministre espagnol des Affaires étrangères, Josep Borrell, le 8 juin 2018, à la première réunion du nouveau gouvernement au palais de Moncloa à Madrid. (AP / Francisco Seco)

L’ACOM est l’une des organisations les plus importantes d’Espagne en matière de défense d’Israël et a gagné des dizaines de procès, grâce au financement privé de donateurs, contre des organisations qui encouragent le boycott d’Israël.

Le 4 septembre, un tribunal de Huelva, dans le sud-ouest de l’Espagne, a annulé le vote de la ville d’Ayamonte qui déclarait que la municipalité faisait désormais partie du mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions contre Israël. La justice espagnole considère ces actes comme discriminatoires.

Dans sa tribune, Mas a écrit que, si l’Espagne reconnaissait un État palestinien, « il existait une possibilité réelle qu’Israël décide de reconnaître la Catalogne en tant qu’État ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...