Regev exhorte Lorde à reconsidérer l’annulation de son concert en Israël
Rechercher

Regev exhorte Lorde à reconsidérer l’annulation de son concert en Israël

La ministre de la Culture a déclaré qu’elle "attendait" que la chanteuse néo-zélandaise soit une "vraie héroïne" face au BDS, en clin d’œil au titre de son premier album

Miri Regev, ministre de la Culture, avant le début de la cérémonie officielle de commémoration des 50 ans d'implantation israélienne en Cisjordanie et sur le plateau du Golan, le 27 septembre 2017 (Crédit : Chaim Goldman)
Miri Regev, ministre de la Culture, avant le début de la cérémonie officielle de commémoration des 50 ans d'implantation israélienne en Cisjordanie et sur le plateau du Golan, le 27 septembre 2017 (Crédit : Chaim Goldman)

La ministre israélienne de la Culture Miri Regev a appelé dimanche soir la chanteuse pop néo-zélandaise à revoir sa position quant à l’annulation de son concert prévu à Tel Aviv.

Elle a pris cette décision après avoir essuyé les critiques des ses fan pro-palestiniens.

« J’espère que Lorde reconsidérera sa décision de ne pas jouer en Israël », a déclaré Regev dans un communiqué, après que l’artiste de 21 ans a annoncé officiellement qu’elle annulait le concert qui était prévu le 5 juin à Tel Aviv, et que les fans israéliens qui avaient déjà acheté leurs places seraient remboursés.

« Lorde, j’attendais de vous que vous soyez une ‘vraie héroïne’, comme le titre de votre premier album. Une héroïne de la culture, débarrassée de toutes considérations politiques, dans parler des [considérations politiques] délirantes », a ajouté Regev, lançant une pique à la chanteuse et aux militants qui ont fait pression sur elle pour qu’elle annule sa représentation en Israël.

L’artiste pop de 21 ans avait annoncé la semaine passée qu’elle ferait étape dans la capitale culturelle et économique d’Israël en juin, dans le cadre d’une tournée.

Mais elle s’est retrouvée confrontée aux critiques de militants néo-zélandais et internationaux favorables au boycott d’Israël.

Elle a finalement annoncé rayer Tel Aviv de son agenda.

Quelques jours avant d’annuler, Lorde avait indiqué qu’elle envisageait de se retirer du concert en raison d’une campagne menée par deux militants propalestiniens dans sa Nouvelle-Zélande natale.

Naranjah, l’organisateur de concert, a diffusé un communiqué dimanche indiquant qu’il « était au regret d’annoncer » que le concert de Lorde avait été annulé.

L’organisateur avait également publié un message de Lorde dans lequel elle explique « avoir beaucoup lu et sollicité de nombreuses opinions » avant de planifier ce concert, mais qu’elle « n’était pas fière d’admettre » qu’elle « n’a[vait] pas pris la bonne décision, sur ce coup ».

« J’ai reçu un nombre énorme de messages et de lettres, et j’ai beaucoup discuté avec plein de gens aux opinions différentes, et je crois que la bonne décision à ce stade, c’est d’annuler le show », a-t-elle écrit dans un communiqué publié par Naranjah, les promoteurs israéliens du spectacle.

« Je suis trop fière pour admettre que je me suis trompée », a-t-elle ajouté. « Je suis vraiment désolée d’être revenue sur mon engagement envers vous. J’espère qu’un jour, nous pourrons tous danser », a-t-elle dit à ses fans.

« Nous pardonnons à Lorde, et nous lui souhaitons beaucoup de succès dans sa tournée en Russie et aux Etats-Unis », a dit Naranjah dans un message à l’AFP.

Tout artiste de renom prévoyant de se produire en Israël est confronté aux appels au boycott. En juillet, Radiohead, l’un des plus grands groupes de rock au monde, avait maintenu son concert et joué devant des dizaines de milliers de personnes à Tel Aviv.

Lorde a connu le succès dès l’adolescence avec l’opus « Pure Heroine » (2013), son titre « Royals » lui valant un succès planétaire. Elle a depuis pris un virage résolument pop, plus élaboré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...