Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Regev promet d’aider les citoyens bloqués, l’aéroport fermé jusqu’au 20 février

Il y aura des exceptions pour les Israéliens dans certaines circonstances particulières ; les ressortissants ayant quitté le pays avant le 25 janvier pourront rentrer

La ministre des Transports Miri Regev lors d'une conférence de presse au ministère des Transports à Jérusalem, le 8 juillet 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
La ministre des Transports Miri Regev lors d'une conférence de presse au ministère des Transports à Jérusalem, le 8 juillet 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Les vols internationaux, quasi tous suspendus depuis le 24 janvier, ne reprendront pas avant le 20 février, a annoncé vendredi le gouvernement qui maintient aussi la fermeture des frontières terrestres.

La ministre des Transports, Miri Regev, a toutefois déclaré dimanche à la radio militaire que le gouvernement allait autoriser les Israéliens coincés hors du pays à revenir avec des avions spéciaux avant le 20 février.

Les vols au départ d’Israël se limitent actuellement aux personnes qui vont se faire soigner à l’étranger, aux travailleurs essentiels, aux Israéliens devant partir pour remplir une obligation légale, à ceux qui doivent assister aux funérailles d’un proche et aux non-citoyens quittant le pays ou se rendant d’un lieu de résidence à un autre. Ceux qui ont besoin de voyager pour d’autres circonstances particulières doivent soumettre leur demande pour qu’elle soit examinée par une commission ministérielle.

Dans les quinze prochains jours, toutes les requêtes pour entrer et sortir du pays devront être approuvées par ce panel, qui sera dirigé par Tzachi Hanegbi, à la tête du ministère des Affaires communautaires.

L’entrée sur le territoire sera autorisée pour les résidentes israéliennes se trouvant dans leur troisième trimestre de grossesse. Les non-citoyens, notamment les candidats à l’immigration et les athlètes professionnels pourront faire appel à la commission de Hanegbi s’ils estiment que leur dossier est un cas de force majeure.

Le hall des départs à l’aéroport international Ben-Gurion presque vide, près de Tel Aviv, le 25 janvier 2021. (Crédit : Yossi Aloni/Flash90)

Les citoyens qui ont quitté le pays avant le 25 janvier et qui se sont retrouvés bloqués à l’étranger en raison de la fermeture presque totale de l’espace aérien israélien pourront commencer à revenir dans la journée de dimanche, et ils seront transférés dans des hôtels de quarantaine dès leur débarquement.

Le gouvernement a renforcé les mesures de précaution, ces dernières semaines, pour empêcher une vaste épidémie qui serait entraînée par les variants anglais et sud-africain du coronavirus.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.