Si le Hezbollah a le SA-17, c’est “important”, selon un expert
Rechercher

Si le Hezbollah a le SA-17, c’est “important”, selon un expert

Un journaliste allemand affirme que le groupe terroriste chiite a acquis le système de missile sol-air sophistiqué, malgré des tentatives israéliennes présumées pour l’empêcher

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Funérailles d'un membre du Hezbollah qui a été tué en combattant aux côtés des forces du gouvernement Assad en Syrie, le 1er mars 2016. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)
Funérailles d'un membre du Hezbollah qui a été tué en combattant aux côtés des forces du gouvernement Assad en Syrie, le 1er mars 2016. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)

L’organisation terroriste du Hezbollah a récemment acquis un système sophistiqué de missiles, a affirmé jeudi soir un média allemand, ce qui – si c’est avéré – pourrait avoir de sérieuses conséquences sur l’armée de l’air israélienne.

Le groupe terroriste financé par l’Iran est d’une manière ou d’une autre arrivé à être en possession d’une batterie de missiles russes SA-17, qui avaient précédemment été donnée au régime de Bashar el-Assad, a déclaré sur Twitter le journaliste Julian Roepke du Bild, citant des « sources de renseignement » anonymes mais probablement israéliennes.

L’article allemand n’indiquait pas où la batterie SA-17 présumée avait été gardée ou comment elle était tombée entre les mains du Hezbollah, et l’armée israélienne n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Cependant, si l’information est effectivement crédible, ce développement serait « intéressant » a déclaré Nadav Pollack, chercheur à l’institut de Washington pour les études du Proche Orient, dont les recherches se concentrent sur le Hezbollah.

« C’est important », a-t-il déclaré au Times of Israel par e-mail tard jeudi soir.

« Israël appelle ces armes des ‘changeurs de donne’ », a déclaré Pollack, utilisant le mot hébreu pour cette expression.

Le SA-17 Grizzly russe serait « le missile sol-air le plus sophistiqué en possession [du Hezbollah] », a-t-il écrit.

Le Buk, comme il est également surnommé, est un système de missiles de moyenne portée avec un rayon d’attaque d’environ 50 kilomètres. Il peut frapper des cibles volant à une altitude de 30 à 80 000 pieds (10 à 24 kilomètres).

Bien que certains avions de combat israéliens ne soient pas nécessairement exposés à ce système, d’autres, notamment les hélicoptères, seraient vulnérables, selon Pollack, ancien analyste du gouvernement israélien et de l’unité de renseignements de l’armée israélienne.

Le système est fabriqué à partir d’une série de véhicules et de remorques, ce qui rend plus difficile la localisation d’une batterie SA-17, puisqu’elle peut être déplacée, a-t-il déclaré.

L’information de l’acquisition de SA-17 par le groupe terroriste a été publiée un jour après que la société de renseignements mondiaux Stratfor a affirmé que le Hezbollah construisait une base fortifiée en Syrie afin de mener des attaques contre l’Etat juif.

Israël a longtemps craint que le groupe terroriste chiite n’acquiert le système SA-17 et ne cible nombres de convois et de caches d’armes du Hezbollah au fil des ans pour éviter cette acquisition.

Notamment, en 2013, des officiels américains avaient affirmé que l’aviation israélienne avait ciblé une livraison de missiles SA-17 en route pour le Liban.

Du nombre de frappes israéliennes présumées ciblant le SA-17, « vous pouvez sentir qu’Israël ne veut vraiment pas que le Hezbollah possède ce système », a déclaré Pollack.

Pendant le dernier trimestre de 2015 uniquement, des avions israéliens auraient mené au moins cinq frappes en Syrie, selon des rapports étrangers, mais toutes ne visaient pas forcément le SA-17.

Israël ne commente pas, en règle générale, ce genre de frappes aériennes, mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Moshe Yaalon avaient chacun admis qu’Israël menait des frappes aériennes à l’étranger afin d’empêcher des armes sophistiquées d’atteindre des groupes terroristes comme le Hezbollah.

« Nous agissons en Syrie de temps à autre pour l’empêcher de se transformer en un autre front contre nous. Nous agissons, bien sûr, pour empêcher le transfert d’armes mortelles de la Syrie au Liban », avait déclaré Netanyahu en décembre.

Bien sûr, l’armée de l’air israélienne est l’une des forces aériennes les plus sophistiquées dans le monde, et elle a réussi à surmonter les obstacles posés par les missiles sol-air dans le passé, en utilisant des solutions de contournement technologiques comme des missiles brouilleurs de radar et d’autres armes électroniques.

Et pourtant, comme le soulignait Pollack, si l’information est avérée, c’est « important » et il s’agit d’une menace légitime pour la supériorité israélienne aérienne dans la région, et l’on peut se demander comment Israël a-t-il laissé cela arriver ?

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...