Rivlin à la fête du Sigd : nous ne tolèrerons pas la discrimination raciale
Rechercher

Rivlin à la fête du Sigd : nous ne tolèrerons pas la discrimination raciale

Le président a réaffirmé les efforts déployés pour libérer Avera Mengistu et condamné le scandale au vignoble Barkan, où des employés éthiopiens ont été empêchés de toucher du vin

Des Israéliens d'origine éthiopienne accueillent le président Reuven Rivlin à la fête du Sigd, à Jérusalem, le 7 novembre 2018. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Des Israéliens d'origine éthiopienne accueillent le président Reuven Rivlin à la fête du Sigd, à Jérusalem, le 7 novembre 2018. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le président Reuven Rivlin a condamné mercredi la discrimination raciale au cours d’un discours prononcé à l’occasion d’une cérémonie de la fête du Sigd, à Jérusalem.

« Les citoyens d’Israël ne prendront pas part à une discrimination basée sur une couleur de peau. Nous sommes frères et sœurs, et quiconque tente de saboter cela n’a pas sa place parmi les tribus d’Israël », a-t-il dit.

Le président a également condamné l’épisode raciste au vignoble de Barkan, au cours duquel des employés éthiopiens ont été empêchés de toucher du vin en raison de doutes sur leur judéité.

Rivlin a souligné les efforts déployés pour libérer Avera Mengistu, qui est aux mains du groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

« Je voudrais vous parler d’Avera. Il est devenu notre fils à tous et son absence et nos craintes pour sa sécurité ont jeté une ombre sur les célébrations de cette fête ces quatre dernières années », a déclaré le président.

« Cette année, j’ai eu le privilège d’être le premier président israélien qui a visité l’Ethiopie. Durant mon séjour, j’ai demandé au président et Premier ministre d’intervenir pour faire libérer Avera et j’ai évoqué mon espoir de renforcer les liens entre les deux pays, grâce à la communauté israélo-éthiopienne », a-t-il conclu.

La famille et les partisans d’Avraham Avera Mengistu protestent devant la résidence du Premier ministre à Jérusalem le 4 avril 2018 (Crédit : Hadas Parush / FLASH90)

Le mot Sigd signifie « prosternation » en guèze, et cette fête célèbre le renouvellement de l’alliance entre le peuple juif, Dieu et la Torah. Pendant des siècles, il a également marqué la conviction de la communauté qu’elle retournerait à Jérusalem, et de nos jours c’est l’occasion de rendre grâce pour le fait que ce rêve soit devenu une réalité.

Pendant cette fête, traditionnellement organisée le 29e jour du mois de Heshvan (deuxième mois du calendrier hébraïque), soit 50 jours après Yom Kippour, pour rappeler la période entre Pessah et Chavouot, certains célébrants jeûnent pendant qu’ils se rassemblent sur la colline, comme les Israélites au Sinaï, où ils récitent des Psaumes et lisent des extraits de l’Orit, le rouleau de la Torah éthiopienne.

Il y a ceux qui croient que l’emplacement du mont Moriah se situe maintenant à l’endroit de la promenade, ce qui explique pourquoi la communauté juive éthiopienne s’y rassemble chaque année.

Cela fait plus de 40 ans que la communauté éthiopienne est arrivée en Israël, mais le Sigd n’a été déclarée fête nationale qu’en 2008.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...