Rivlin critique le gouvernement pour son manque de « clarté sur la COVID-19 »
Rechercher

Rivlin critique le gouvernement pour son manque de « clarté sur la COVID-19 »

Le président a demandé la création d'un organe central pour lutter contre la pandémie, alors que les cas de virus continuent d'augmenter de façon alarmante

Le président Reuven Rivlin lors d'une réunion avec des hôteliers, des hommes d'affaires et des résidents à Eilat, le 6 juin 2020. (Mark Neyman/GPO)
Le président Reuven Rivlin lors d'une réunion avec des hôteliers, des hommes d'affaires et des résidents à Eilat, le 6 juin 2020. (Mark Neyman/GPO)

Mercredi, le président Reuven Rivlin a critiqué le gouvernement pour son incapacité à développer ce qu’il a appelé une « doctrine claire sur le coronavirus », réclamant la formation d’un organe central de l’Etat pour répondre à la pandémie.

« Jusqu’à présent, l’État d’Israël n’a pas développé une doctrine claire et cohérente pour combattre le virus », a-t-il déclaré, s’adressant aux diplômés de l’École nationale de sécurité d’Israël, selon les médias israéliens.

Ses commentaires surviennent au lendemain de la démission d’une haute responsable de la santé, avertissant qu’Israël s’engageait sur une voie « dangereuse », avec des taux de virus qui ont grimpé en flèche au cours du mois dernier. La professeure Sigal Sadetzki a également critiqué la manière dont les autorités ont géré l’épidémie de coronavirus et a décrit une approche chaotique et inefficace pour faire face à la crise.

« Nous n’avons pas un seul organisme centré sur la connaissance, la lutte, l’adaptation, le contrôle et le discours avec le public », a déclaré M. Rivlin mercredi.

« L’épidémie de coronavirus accentue encore la nécessité d’élaborer un concept global de sécurité nationale pour l’État d’Israël, qui non seulement s’examine à travers le viseur d’un fusil, mais prend en compte à la base les questions sociales, économiques et même sanitaires ».

Des habitants de Jérusalem portant des masques faciaux par crainte du coronavirus au centre commercial Mamilla à Jérusalem, le 6 juillet 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

« Il n’y a pas de place pour les calculs politiques du ministère de la Défense en ce qui concerne le ministère de la Santé », a-t-il poursuivi, faisant référence aux différends sur le choix du ministère qui devrait prendre la tête de la lutte contre la pandémie.

« Nous devons donner les rênes à l’organe qui peut apporter les meilleurs résultats, avec tous les autres ministères qui lui sont subordonnés et qui l’assistent », a-t-il déclaré.

Au milieu de critiques croissantes, lors d’une conférence de presse lundi, le ministre de la Santé Yuli Edelstein avait déclaré qu’il nommera bientôt « un responsable spécial chargé de la campagne contre le coronavirus ».

« Son rôle sera d’intégrer la question, à commencer par le système de dépistage, en interrompant la chaîne de transmission de l’infection et les autres activités liées au virus », a déclaré M. Edelstein.

Selon la Treizième chaîne, le général Roni Numa est considéré comme un favori pour le poste. La chaîne a déclaré qu’un certain nombre d’autres candidats sont envisagés, mais ne les a pas nommés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...