Rivlin: la confédération avec les Palestiniens est une « opportunité » de paix
Rechercher

Rivlin: la confédération avec les Palestiniens est une « opportunité » de paix

Après qu’Abbas a soutenu la proposition, le président israélien a déclaré que "nous devons trouver un moyen de vivre ensemble"

Le président Reuven Rivlin lors d'une cérémonie marquant un an depuis le décès de l'ancien président Shimon Peres au cimetière Mount Herzl à Jérusalem, le 14 septembre 2017. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le président Reuven Rivlin lors d'une cérémonie marquant un an depuis le décès de l'ancien président Shimon Peres au cimetière Mount Herzl à Jérusalem, le 14 septembre 2017. (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Le président Reuven Rivlin a exprimé son soutien à l’idée d’une confédération, qui aurait été lancée par les Etats-Unis lors de négociations avec Ramallah, comme une solution possible au conflit israélo-palestinien.

Lundi, s’exprimant à une conférence organisée par Hadashot TV, Rivlin a déclaré qu’une telle solution pourrait être « une opportunité formidable » pour établir la confiance entre Israël et les Palestiniens.

« Nous devons trouver un moyen de vivre ensemble, et ce vivre-ensemble pourrait certainement passer par une confédération », a-t-il déclaré sans donné de détails supplémentaires.

Dimanche, la Jordanie a rejeté la proposition, qui aurait été lancée par des membres de l’administration américaine, appelant à la création d’une confédération entre la Palestine, la Jordanie et Israël. La porte-parole du gouvernement jordanien Jumana Ghunaimat a déclaré qu’intégrer la Cisjordanie – la plus grande partie du territoire que les Palestiniens souhaitent obtenir pour une futur état et qui est contrôlée par Israël depuis 1967 – n’était pas envisageable.

L’annonce de l’offre américaine a été effectuée par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui a déclaré à la délégation d’activites israéliens de la paix plus tôt dimanche qu’il serait intéressé par une confédération tripartite avec la Jordanie et Israël, selon les activistes de la paix et un responsable palestinien.

« J’ai répondu [aux émissaires américains Jared Kushner et Jason Greenblatt] : oui, je veux une confédération tripartite avec la Jordanie et Israël et j’ai demandé si les Israéliens accepteraient une telle proposition », aurait déclaré Abbas selon un communiqué de La Paix Maintenant.

Si certains Israéliens, opposés à l’idée d’un état palestinien indépendant, proposent depuis longtemps une sorte de confédération, avec ou sans la Jordanie,l’Autorité palestinienne avait, jusqu’à présent, maintenu son exigence d’un état souverain dans le cadre d’une solution à deux états.

A la conférence de lundi, Rivlin s’est exprimé sur la loi de l’état-nation récemment votée. La loi a été fermement condamnée par les citoyens arabes d’Israël qui représentent environ 20 % de la population, tout comme par la minorité druze du pays.

Rivlin a déclaré que, peu importe la loi, « chaque citoyen de l’Etat d’Israël est un citoyen égal… Juifs et non-Juifs ».

Il a ajouté que des individus « ne devraient pas seulement jouir d’une égalité complète, mais aussi se sentir égaux ».

La loi, adoptée par la Knesset le 19 juillet, consacre pour la première fois Israël en tant que « foyer national du peuple juif » et détermine « le droit à l’exercice de l’auto-détermination nationale au sein de l’Etat d’Israël est propre à la population juive ». Elle définit aussi à l’arabe comme ayant un statut « spécial », lui retirant de facto son statut de deuxième langue officielle d’Israël, même si dans la pratique, le statut de la langue arabe reste inchangé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...