Rechercher

Rue du Commerce retire un costume “d’enfant déporté” après l’indignation des internautes

L'entreprise invoque une “erreur de traduction” pour ce costume d'écolier anglais des années 1940 et présente ses excuses

Le site Rue du Commerce, filiale du groupe Carrefour, propose un costume d'enfant déporté, avec badge d'identification, en avril 2017. (Crédit: capture d'écran site Carrefour)
Le site Rue du Commerce, filiale du groupe Carrefour, propose un costume d'enfant déporté, avec badge d'identification, en avril 2017. (Crédit: capture d'écran site Carrefour)

Rue du Commerce (groupe Carrefour) a retiré mardi un costume présenté à la vente sur son site comme celui d’un « enfant déporté » à la suite d’une « erreur de traduction » du fournisseur et qui avait suscité l’indignation des internautes.

Il y a eu « une erreur de traduction fournie par le marchand tiers, que nous avons jugée inacceptable », a expliqué à l’AFP une porte-parole de Rue du Commerce, soulignant que la faute était survenue dans la mise à jour de la mention accompagnant l’article.

Le produit incriminé, un costume d’écolier gris commercialisé sur Rue du Commerce par « happyfete », site spécialisé dans la vente de déguisement, au prix de 30 euros, était présenté en tant que « tenue d’enfant déporté, deuxième guerre mondiale ».

« Nous avons immédiatement retiré ce produit de la vente, dès que nous en avons eu connaissance, en milieu de matinée », a-t-elle ajouté, affirmant ne pas savoir quelles suites le groupe donnera aux relations avec ce fournisseur.

Le déguisement est « resté entre une et deux heures » sur Rue du Commerce avec la mention erronée. Le groupe n’était pas en mesure de dire si cet article a été vendu pendant ce laps de temps.

Fabriqué par l’entreprise familiale britannique Smiffys, fondée en 1894, le costume aurait dû, conformément à son descriptif en anglais, s’intituler « costume d’enfant anglais évacué pendant les bombardements qui ont frappé l’Angleterre pendant la deuxième guerre mondiale », a précisé un autre porte-parole à l’AFP.

« C’est un produit typiquement anglais » qui « n’a rien à voir avec un costume d’enfant déporté », mais qui correspond à l’uniforme d’écoliers anglais mis à l’abri des bombardements, a-t-il insisté.

Le site de vente en ligne a présenté ses excuses sur son compte Twitter, indiquant qu’il « condamn[ait] fermement la mise en vente de ces costumes. »

« Un audit des procédures de mise en ligne vient d’être diligenté, pour s’assurer que ceci ne se reproduise plus », a ajouté le groupe.

La publication de cette annonce avait provoqué plusieurs réactions d’indignations sur les réseaux sociaux mardi matin, en particulier sur Twitter.

La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a estimé « inquiétant », « scandaleux et dangereux » de proposer ce genre de costume sur ces sites. « Une erreur de traduction ne change rien au déguisement », a déploré l’association sur Twitter.

Groupe Carrefour et Rue du commerce « versent dans l’ignoble! » a pour sa part tweeté l’association « Mouvement de la paix ».

En août 2014, la marque de vêtements espagnole Zara, qui appartient au groupe Inditex, avait dû retirer de la vente une marinière pour enfants doté d’une étoile jaune, qui a provoqué un tollé pour sa ressemblance avec l’étoile imposée aux Juifs par les nazis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...