Rechercher

Russie/nazisme : enquête sur deux rappeurs dénoncés dans une lettre parodique

Les plaignants estiment que les textes des deux rappeurs sont une "menace" à la sécurité nationale russe, et qu'ils sont "plus dangereux que l'expansion de l'Otan"

Drapeau de la Russie. (Crédit : Pixabay)
Drapeau de la Russie. (Crédit : Pixabay)

Les autorités russes ont annoncé dimanche, se basant sur une lettre parodique d’un « groupe de patriotes », l’ouverture d’une enquête sur deux rappeurs populaires soupçonnés d’avoir « réhabilité » le nazisme et manqué de respect aux forces de l’ordre.

Le Comité d’enquête russe, qui examine les crimes plus graves, a déclaré dans un communiqué que son chef Alexandre Bastrykine avait chargé son équipe d’ouvrir une enquête préliminaire sur les déclarations d’Ivan Alexeïev, un rappeur de 36 ans connu sous le nom de Noize MC, et Miron Fiodorov, également 36 ans, dont le nom de scène est Oxxxymiron.

Cette décision fait suite à la demande d’un « groupe de patriotes », a ajouté le Comité d’enquête. « Les demandeurs notent que, dans leur travail, les rappeurs promeuvent une attitude négative à l’égard des forces de l’ordre, des tentatives de réhabilitation du nazisme et des activités extrémistes ».

Les enquêteurs n’ont pas précisé où la lettre avait été publiée, mais plus tôt dans la semaine, un blogueur russe, Dmitri Iakouchev, a rendu publique une lettre qu’il a présentée comme émanant d’un « groupe de patriotes ».

Dans cette lettre, les plaignants estiment que les textes des deux rappeurs sont une « menace » à la sécurité nationale de la Russie, et qu’ils sont « plus dangereux que l’expansion de l’Otan ».

Mais le blogueur a annoncé dimanche que cette lettre était en réalité une parodie. « Stop », a-t-il écrit, « c’était une blague. Un appel fictif, écrit sous une forme idiote, une satire de notre époque ».

Sur cette capture d’écran d’une vidéo fournie par le tribunal de district de Babuskinsky, le chef de l’opposition russe Alexei Navalny se tient dans une cage lors d’une audience sur ses accusations de diffamation, devant le tribunal de district de Babuskinsky à Moscou, en Russie, le vendredi 5 février 2021. (Crédit : Babuskinsky Tribunal de district via AP)

Cette année, les autorités russes ont intensifié la répression contre les dissidents, emprisonnant le principal opposant Alexei Navalny, interdisant ses organisations et exerçant une pression supplémentaire sur les médias indépendants. Parmi les personnes visées se trouvent aussi des comédiens et des rappeurs.

En octobre, les enquêteurs russes avaient également annoncé une enquête contre un autre rappeur populaire, Alicher Morgenshtern, 23 ans, pour avoir dit, dans une interview, qu’il « ne comprenait pas » pourquoi on célèbre en Russie, tous les 9 mai, la fête de la victoire sur les nazis, « qui a eu lieu il y a 76 ans ».

Le principal enquêteur a ensuite accusé M. Morgenshtern de trafic de drogue, ce qui aurait poussé ce dernier à quitter le pays.

Les célébrations du 9 mai à travers la Russie, avec des défilés militaires dans les principales villes, sont un moment de communion patriotique dédié aux quelque 20 millions de Soviétiques tués pendant la Deuxième guerre mondiale.

Le président russe Vladimir Poutine a placé le 9 mai au cœur de sa politique de puissance, exaltant le sacrifice des Soviétiques et accusant régulièrement ses adversaires occidentaux de « révisionnisme » historique anti-russe en cherchant à minimiser le rôle de l’URSS dans la défaite du dictateur nazi Adolf Hitler en 1945.

Le président russe Vladimir Poutine avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à une cérémonie de dépôt de gerbe commémorant le 73e anniversaire de la victoire de l’Union soviétique sur l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale, le 9 mai 2018, sur la tombe du soldat inconnu, à proximité du Kremlin, à Moscou. (AFP / Yuri Kadobnov)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...