Saar : Si vous voulez que Netanyahu soit Premier ministre, ne votez pas pour moi
Rechercher

Saar : Si vous voulez que Netanyahu soit Premier ministre, ne votez pas pour moi

L'ancien ministre qui a quitté le Likud cette semaine promet de rejoindre l'opposition s'il ne parvient pas à vaincre son ancien patron

Gideon Saar dans son bureau à la Knesset, le 27 novembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)
Gideon Saar dans son bureau à la Knesset, le 27 novembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Quelques jours après avoir quitté le Likud pour former un nouveau parti politique [Tikva Hadasha (Nouvel Espoir)] destiné à défier le Premier ministre Benjamin Netanyahu, Gideon Saar a déclaré samedi que son départ marquait un vote de défiance envers le plus ancien Premier ministre d’Israël.

Saar a ajouté que si Netanyahu gagnait suffisamment de sièges à la Knesset pour former une coalition lors des prochaines élections, il passerait dans l’opposition.

S’exprimant samedi soir sur la Douzième chaîne d’information israélienne, Saar a déclaré avoir quitté le Likud « en signe de défiance à l’égard de Netanyahu et de ce qu’il fait au pays et au parti ».

M. Saar a déclaré qu’il avait l’intention de « gagner les élections pour apporter des changements [au niveau du leadership] et former la prochaine coalition », ajoutant qu’il n’avait pas fait tout ce chemin juste pour aider Netanyahu à « prolonger son mandat ».

« Je le dis clairement : Celui qui veut que Netanyahu continue à être Premier ministre ne doit pas voter pour moi. Celui qui veut remplacer les dirigeants en Israël – je lui demande de voter pour moi. Je me présente au poste de Premier ministre », a-t-il déclaré.

« Si Netanyahu est le prochain Premier ministre, je serai dans l’opposition », a-t-il ajouté.

Longtemps considéré comme le principal rival de Netanyahu au sein du Likud, Saar a quitté le Likud mardi soir dans une annonce télévisée qui contenait une critique enflammée de son ancien parti et de son chef. Il a démissionné de son siège à la Knesset le lendemain.

M. Saar, qui a perdu lors d’une primaire au Likud contre Netanyahu à la fin de l’année dernière, a déclaré que la coalition actuelle avait gaspillé son large soutien parlementaire et échoué dans sa gestion de la pandémie. Les Israéliens ont perdu confiance dans le système politique et s’inquiètent pour leur propre avenir et celui de leurs enfants, a-t-il dit. Les députés du parti Derech Eretz, Yoaz Hendel et Zvi Hauser ont annoncé plus tard qu’ils rejoignaient Saar.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (C) et l’ex-ministre Gideon Saar (à gauche) à la Knesset, le 9 juillet 2013. (Flash 90)

Samedi, Saar a continué à critiquer le Likud, affirmant que le maintien du règne de Netanyahu serait « préjudiciable à l’État d’Israël ». L’ancien ministre a également pris pour cible le « discours empoisonné » adopté par les membres de son ancien parti. « Je vois la façon dont nous ne respectons pas les autres et transformons tous ceux qui ont une opinion différente en ennemis – c’est dangereux », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que de nombreux ministres du Likud ressentent la même chose que lui et le disent « à huis clos ».

Saar a qualifié le chef de Yamina, Naftali Bennett, de « patriote » et de partenaire potentiel et a déclaré qu’il n’excluait pas de former une coalition avec tout parti, y compris les partis ultra-orthodoxes.

En réponse aux interviews, le Likud a déclaré que le pot-aux-roses a été dévoilé, pour ainsi dire, et que Saar a effectivement « annoncé ce soir qu’il rejoindrait un gouvernement de gauche afin de renverser le gouvernement du Likud dirigé par Netanyahu ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...