Saisie de plusieurs milliers de shekels du Hamas chez la famille d’un terroriste
Rechercher

Saisie de plusieurs milliers de shekels du Hamas chez la famille d’un terroriste

Les policiers ont saisi l'argent chez Alaa Abu Dheim à Jérusalem-Est, qui a tué 8 étudiants lors d'une attaque terroriste à la yeshiva Mercaz Harav de Jérusalem en 2008

Argent liquide saisi lors d'un raid au domicile de la famille d'Alaa Abu Dheim, qui avait commis l'attentat terroriste de 2008 contre la yeshiva Mercaz Harav à Jérusalem, le 27 juin 2018. (Police d'Israël)
Argent liquide saisi lors d'un raid au domicile de la famille d'Alaa Abu Dheim, qui avait commis l'attentat terroriste de 2008 contre la yeshiva Mercaz Harav à Jérusalem, le 27 juin 2018. (Police d'Israël)

La police a saisi des dizaines de milliers de shekels au domicile de la famille d’un terroriste à Jérusalem-Est mercredi, qui, selon les policiers, avaient été versés à titre d’allocation par l’organisation terroriste du Hamas.

Les 43 000 shekels (11 800 dollars) en devises israéliennes et étrangères ont été versés à la famille d’Alaa Abu Dheim qui, en 2008, a abattu huit étudiants israéliens âgés de 15 à 26 ans dans la yeshiva Mercaz Harav de Jérusalem et en a blessé 11 autres.

Abu Dheim, originaire du quartier de Jabel Mukaber à Jérusalem-Est, a été tué pendant l’attaque par un capitaine de Tsahal qui n’était pas en service et un étudiant de la yeshiva.

« Les opérations menées ce matin faisaient partie des actions générales de la police et des forces de sécurité israéliennes visant à prévenir, contrecarrer et arrêter ceux qui sont directement impliqués dans des émeutes ou des activités terroristes à Jérusalem, ainsi que ceux qui encouragent et soutiennent les terroristes », a déclaré la police dans un communiqué.

« L’opération était le résultat d’une activité secrète et d’une collecte de renseignements ciblés par la police et les forces de sécurité israéliennes qui ont découvert que la famille du terroriste qui vit à Jérusalem-Est a reçu de l’argent et des fonds du Hamas en soutien de cette attaque terroriste meurtrière », a déclaré la police.

« Nous n’autoriserons pas le soutien financier d’une organisation terroriste aux familles des terroristes qui commettent des attentats meurtriers », ont-ils ajouté.

Des centaines de personnes en deuil se rassemblent aux funérailles des 8 étudiants qui ont été tués dans une fusillade dans la yeshiva Mercaz Harav à Jérusalem, le 7 mars 2008 (Kobi Gideon/Flash90).

Les forces de sécurité et les parlementaires ont travaillé pour mettre fin aux paiements de l’Autorité palestinienne et des organisations terroristes palestiniennes aux familles des terroristes qui, selon eux, incitent à perpétrer de nouveaux attentats.

Mercredi, les députés ont donné le feu vert final pour un vote décisif sur un projet de loi qui réduirait les fonds de l’Autorité palestinienne du montant que Ramallah verse aux terroristes condamnés.

Le projet de loi, proposé par les députés Elazar Stern de Yesh Atid et Avi Dichter du Likud, stipule que les prestations sociales versées par l’Autorité palestinienne aux prisonniers palestiniens et à leurs proches doivent être déduites des recettes fiscales qu’Israël transfère annuellement à l’organe administratif. L’argent ainsi retenu serait affecté à un fonds destiné à aider les victimes d’attentats terroristes.

En vertu de la loi actuelle, fondée sur les accords d’Oslo de 1994 qui ont établi l’Autorité palestinienne et le mécanisme de financement israélien, le ministre des Finances a déjà la capacité de geler les fonds.

Cette mesure, qui permet de prélever plusieurs centaines de millions de shekels des recettes fiscales transférées à l’Autorité palestinienne, est similaire à une mesure récemment adoptée aux États-Unis, connue sous le nom de Taylor Force Act (du nom d’une victime juive américaine du terrorisme), qui déduit du financement de l’Autorité palestinienne le montant des allocations versées aux terroristes et à leurs familles.

Selon le ministère de la Défense, l’Autorité palestinienne a versé en 2017, 687 millions de shekels (198 millions de dollars) au « Fonds des familles des martyrs », et 550 millions de shekels (160 millions de dollars) au Club des prisonniers palestiniens, soit environ 7 % de son budget global.

Les prisonniers palestiniens purgeant des peines de 20 à 30 ans pour avoir perpétré des attentats terroristes ont droit à une allocation mensuelle à vie de 10 000 shekels (2 772 dollars), a déclaré le ministère de la Défense, citant les chiffres de l’Autorité palestinienne. Les détenus condamnés à une peine de trois à cinq ans reçoivent un salaire mensuel de 2 000 shekels (554 dollars). Les prisonniers palestiniens qui sont mariés, ont des enfants, vivent à Jérusalem ou ont la citoyenneté israélienne reçoivent des sommes supplémentaires.

Le mois dernier, le ministère de la Défense a publié des chiffres selon lesquels certains terroristes qui ont tué des Israéliens seront payés plus de 10 millions de shekels (2,78 millions de dollars) chacun pendant toute leur vie par l’Autorité palestinienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...