Schabas : les deux parties pourraient s’être rendues coupables de crimes de guerre
Rechercher

Schabas : les deux parties pourraient s’être rendues coupables de crimes de guerre

L’ancien responsable de l'ONU déclare qu’il serait étonnant que seule une partie ait violé le droit international

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

William Schabbas (Crédit : Capture d'écran YouTube)
William Schabbas (Crédit : Capture d'écran YouTube)

L’ancien chef d’enquête du Conseil des droits de l’ONU sur le conflit de Gaza a déclaré lundi qu’Israël et le Hamas avaient probablement violé le droit international pendant le conflit de 50 jours, ajoutant qu’il serait « inhabituel » que seule une partie ait commis des crimes de guerre sans que l’autre partie ne lui emboîte le pas.

L’expert en droit William Schabas, un canadien, qui a démissionné de l’enquête en février citant des allégations israéliennes de partialité en raison de son travail de conseil jadis pour l’Organisation de libération de la Palestine, a déclaré à la Deuxième chaîne : « Ce serait effectivement une guerre très inhabituelle si un seul côté avait commis des violations des lois de la guerre et que l’autre côté se serait parfaitement bien comporté. »

« Ce serait une situation inhabituelle et une conclusion inhabituelle. Et la plus grande probabilité est que les deux parties ont violé le droit international », a-t-il expliqué.

Schabas a également déclaré qu’il était « regrettable » qu’Israël ait refusé de coopérer à l’enquête de l’ONU sur le conflit de 50 jours à Gaza.

« Quand cela convient à Israël, il coopère avec la commission d’enquête, mais dans le cas de la commission d’enquête mise en place par le Conseil des droits de l’homme, il n’a pas coopéré et je pense que c’est malheureux », a-t-il révélé. « Je pense qu’il n’est pas dans l’intérêt d’Israël de boycotter la commission d’enquête. »

Le juriste a également déclaré que le rapport israélien sur la guerre, publié dimanche (avant le rapport de l’ONU qui est attendu dans les prochains jours), était insuffisant.

« Ce n’est pas une question d’alternative, cela devrait être les deux à la fois. [Israël] doit coopérer avec la commission d’enquête internationale et devrait également procéder à une enquête », a-t-il conclu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...