Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Scholz : en ces temps difficiles, la place de l’Allemagne est « aux côtés d’Israël »

Pour Netanyahu, "le Hamas est le nouveau nazi" ; un haut responsable affirme "qu'Israël autorisera l'aide humanitaire au sud de Gaza tant qu'elle n'atteindra pas les terroristes"

Le chancelier allemand Olaf Scholz serrant la main du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv, le 17 octobre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo/Pool)
Le chancelier allemand Olaf Scholz serrant la main du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, lors d'une conférence de presse, à Tel Aviv, le 17 octobre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo/Pool)

Aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Tel Aviv mardi, le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré que son pays « n’a qu’une place » dans les moments difficiles que traverse l’État juif, « et c’est aux côtés d’Israël ».

Scholz était le premier des nombreux dirigeants occidentaux qui devraient effectuer des visites de solidarité dans les prochains jours, alors qu’Israël mène une guerre contre les terroristes de la bande de Gaza. Le président américain Joe Biden est arrivé mercredi matin et, selon certaines informations, le président français et le Premier ministre britannique pourraient également arriver prochainement.

« Il est très important de le dire aujourd’hui, en ces temps difficiles pour Israël : l’histoire de l’Allemagne et sa responsabilité dans la Shoah nous obligent à contribuer au maintien de la sécurité et de l’existence d’Israël », a déclaré Scholz.

Dans le même temps, il a souligné l’engagement allemand et israélien en faveur de la démocratie, des droits et des lois, et a déclaré que l’Allemagne « n’est pas indifférente à la situation humanitaire à Gaza » et que Netanyahu et lui-même ont discuté de « l’amélioration » des conditions dans cette région.

Pour sa part, Netanyahu a déclaré que le groupe terroriste palestinien du Hamas était responsable des dommages causés aux civils à Gaza et qu’il « commettait un double crime de guerre » en se cachant derrière des innocents. « Nous appelons les civils à évacuer … vers le sud, vers des zones sûres [dans le sud de Gaza]. Et le Hamas les en empêche, souvent sous la menace d’une arme. »

Israël est sous le feu de salves de roquettes sans précédent tirées depuis Gaza depuis le 7 octobre, date à laquelle des milliers de terroristes ont fait irruption à travers la frontière et ont massacré les localités du sud d’Israël, tuant plus de 1 300 personnes, pour la plupart des civils, et en enlevant au moins 199 autres. L’armée israélienne a déployé des dizaines de milliers de soldats dans la zone frontalière en prévision d’une offensive terrestre de grande envergure.

Le chancelier allemand Olaf Scholz s’adressant aux médias lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, à Tel Aviv, en Israël, le 17 octobre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo/Pool)

Scholz a déclaré que l’Allemagne condamnait catégoriquement l’attaque terroriste « sanguinaire » du Hamas qui a déclenché la guerre. Il a déclaré que « l’attaque brutale contre des civils innocents, l’exécution de civils, le meurtre de bébés, l’enlèvement de femmes, d’hommes et d’enfants, ainsi que l’humiliation et le défilé de survivants de la Shoah [devant les caméras], glacent le sang ».

Le dirigeant allemand a déclaré qu’Israël avait le droit et l’obligation, en vertu du droit international, de protéger ses civils. Notant que des citoyens allemands se trouvaient parmi les personnes enlevées, Scholz a déclaré que Berlin s’efforcerait de contribuer à leur libération et à celle de tous les otages.

Il a également averti « qu’aucun acteur [extérieur] ne devrait considérer que c’est une bonne idée d’intervenir dans ce conflit », dans un message probablement adressé à l’Iran et à son mandataire libanais, le groupe terroriste chiite du Hezbollah. Ce dernier a enflammé le front nord d’Israël ces derniers jours en lançant des attaques répétées, mais limitées, contre les soldats et les communautés, qui ont fait des victimes dans les deux camps.

Biden a mis en garde le Hezbollah contre le déclenchement d’une guerre et a envoyé deux porte-avions dans la région afin de répondre à toute menace potentielle majeure pour la sécurité nationale d’Israël.

Le cadavre d’un terroriste après l’assaut dévastateur du Hamas dans le kibboutz Beeri, près de la frontière entre Israël et Gaza, dans le sud d’Israël, le 11 octobre 2023. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

La bataille de la civilisation contre la barbarie

Netanyahu a déclaré que les massacres d’Israéliens perpétrés par le Hamas étaient « les pires crimes commis contre les Juifs depuis la Shoah », faisant état de décapitations, de viols, de meurtres d’enfants, d’enlèvements de familles et d’autres horreurs encore.

« C’est la sauvagerie dont nous ne nous souvenons que des crimes nazis de la Shoah », a déclaré le dirigeant israélien.

« Le Hamas est le nouveau nazi, le Hamas c’est l’État islamique, dans certains cas même pire », a déclaré Netanyahu. « Et tout comme le monde s’est uni pour vaincre les nazis, tout comme le monde s’est uni pour vaincre l’État islamique, le monde doit s’unir derrière Israël pour vaincre le Hamas. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’adressant aux médias lors d’une conférence de presse conjointe avec le chancelier allemand Olaf Scholz, à Tel Aviv, en Israël, le 17 octobre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP Photo/Pool)

« L’axe du mal » Iran-Hezbollah-Hamas a « pour objectif ouvert d’éradiquer l’État d’Israël », a-t-il déclaré. L’objectif déclaré du Hamas est de tuer autant de Juifs que possible. « Ils auraient tué chacun d’entre nous, assassiné chacun d’entre nous s’ils l’avaient pu, mais ils n’en ont pas la capacité. Mais ils ont assassiné un nombre extraordinaire de 1 300 civils (…) en termes américains, beaucoup, beaucoup, beaucoup de 9/11(…). Nous devons agir pour vaincre le Hamas et faire en sorte que cela ne se reproduise pas. »

Netanyahu a affirmé que « ce n’est pas seulement notre bataille – c’est notre bataille commune, la bataille de la civilisation contre la barbarie. Et si elle n’est pas arrêtée ici, cette sauvagerie vous atteindra très bientôt, elle atteindra le monde entier ».

« Nous avons un intérêt direct, un intérêt permanent, à faire en sorte que cela n’arrive pas, et cela ne peut se faire qu’avec la solidarité du monde civilisé », a-t-il déclaré. « Nous apprécions le fait que vous soyez venus ici pour vous tenir à nos côtés dans cette bataille pour l’avenir de la civilisation », a-t-il déclaré à Scholz.

Des roquettes avant de repartir

Des soldats et des chars israéliens près de la frontière avec Gaza, le 14 octobre 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

À la fin de sa visite en Israël, le chancelier allemand s’est rendu en Égypte.

Alors qu’il s’apprêtait à prendre l’avion mardi soir, une salve de roquettes a été tirée sur le centre d’Israël. Scholz a été évacué d’urgence dans un mamad – un abri anti-atomique – tandis que certains membres de sa délégation ont été contraints de rejoindre le tarmac de l’aéroport Ben Gurion.

Les médias allemands ont rapporté qu’il avait vu le système de défense anti-missile « Dôme de fer » intercepter un ou plusieurs projectiles depuis l’intérieur de la zone abritée de l’aéroport. Il a également tweeté en faveur d’Israël avant de partir, selon la Douzième chaîne, au moment même où Israël était accusé d’avoir provoqué une explosion dévastatrice dans un hôpital de Gaza, et avant qu’Israël n’ait déclaré qu’il n’était pas responsable et qu’une roquette du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien était à l’origine de l’explosion.

L’aide humanitaire – à moins qu’elle n’aille au Hamas

Lors d’une conférence de presse tenue plus tôt dans la journée, le conseiller à la Sécurité nationale, Tzahi Hanegbi, a déclaré que Biden « ne venait pas pour nous faire une accolade », c’est-à-dire pour limiter la liberté d’action d’Israël dans la bande de Gaza, mais plutôt « pour nous donner une accolade chaleureuse, une accolade pour chaque Israélien ».

Le conseiller à la Sécurité nationale Tzahi Hanegbi s’exprimant lors d’une déclaration aux médias, à Tel Aviv, le 14 octobre 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Depuis vendredi, Israël a demandé au million de personnes vivant dans le nord de la bande de Gaza d’évacuer vers le sud, alors qu’il s’apprête à intensifier ses opérations dans le nord et à lancer son offensive terrestre.

Hanegbi a confirmé qu’Israël avait accepté de créer des zones de sécurité pour les civils dans le sud de la bande de Gaza, où l’aide humanitaire pourrait également arriver pour les innocents de Gaza. Il a ajouté que Jérusalem et Washington avaient convenu de travailler ensemble à l’élaboration d’un plan visant à prévenir une crise humanitaire pour les personnes se rendant dans le sud.

Il a toutefois ajouté que la question des otages détenus à Gaza était une priorité absolue pour Israël et a souligné que l’aide humanitaire aux habitants de Gaza dépendrait du fait que les centaines d’otages israéliens bénéficient également de droits humanitaires. La Croix-Rouge tente depuis plusieurs jours d’avoir accès aux Israéliens kidnappés, en vain jusqu’à présent.

Hanegbi a également prévenu que si l’aide humanitaire finissait par aller « au Hamas, aux bouchers », plutôt qu’aux civils dans le besoin, « elle n’existerait tout simplement pas ».

De la fumée s’élevant après une frappe aérienne israélienne dans la bande de Gaza, vue du sud d’Israël, le 17 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

Samedi, Hanegbi avait déjà déclaré qu’Israël ne menait aucune négociation active en vue de rapatrier les prisonniers détenus par les terroristes de Gaza, affirmant qu’il n’y avait « aucun moyen de négocier » avec le Hamas à l’heure actuelle.

« Israël ne négociera pas avec un ennemi que nous avons juré d’éradiquer de la surface de la terre », a-t-il déclaré. Ses commentaires ont suscité la fureur des familles des disparus, dont le porte-parole a accusé le gouvernement de les avoir abandonnées. Toutefois, dimanche, Netanyahu a promis aux représentants des familles d’otages que « l’un des objectifs de la guerre est le retour des captifs et des disparus », selon une déclaration des familles qui l’ont rencontré.

Mardi également, l’armée américaine a ordonné à 2 000 personnes de se préparer à se déployer au Moyen-Orient, en guise de démonstration de force dans le cadre de l’escalade du conflit. Le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, a déclaré que ce déploiement permettrait aux États-Unis de « répondre plus rapidement » à la crise, tandis que la Maison Blanche a souligné qu’elle n’avait pas l’intention de déployer des forces de combat américaines sur le terrain.

Le porte-parole du Conseil national de sécurité, John Kirby, a déclaré que la préparation des troupes au déploiement « consiste en fait à envoyer un signal de dissuasion ».

Des Palestiniens évacuant un survivant d’une maison détruite par une frappe aérienne israélienne dans la ville de Khan Younis, au sud de la bande de Gaza, pendant la guerre Israël-Gaza, le 17 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Dahman/AP Photo)

« Nous ne voulons pas que ce conflit s’aggrave et s’étende », a déclaré Kirby sur CNN. « Il n’y a aucun plan ni aucune intention d’envoyer des troupes américaines sur le terrain pour combattre en Israël. »

Les médias américains ont indiqué que les troupes prêtes à être déployées assumeraient des fonctions de soutien, telles que l’assistance médicale et la manipulation d’explosifs.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.