Israël en guerre - Jour 192

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Sergente Shay Ashram, 19 ans : Soldate d’observation qui aimait poster des vidéos TikTok

Tuée lorsque le Hamas a envahi l'avant-poste militaire de Nahal Oz, le 7 octobre 2023

La sergent Shay Ashram, tuée lorsque le Hamas a envahi l'avant-poste de l'armée israélienne de Nahal Oz le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)
La sergent Shay Ashram, tuée lorsque le Hamas a envahi l'avant-poste de l'armée israélienne de Nahal Oz le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)

La sergent Shay Ashram, 19 ans, tazpitanit – soldate d’observation – dans la 414e unité du Corps de Collecte de Renseignements originaire de Rehovot, a été tuée lorsque des terroristes palestiniens du Hamas ont envahi l’avant-poste de l’armée israélienne de Nahal Oz, le 7 octobre.

S’adressant à la Treizième chaîne, son père, Dror, a raconté que Shay les avait appelés ce matin-là pour leur dire au revoir lorsqu’elle avait réalisé qu’elle ne s’en sortirait pas vivante. Sa famille a indiqué que lors de cet appel, elle leur avait également demandé d’aller chez sa tante parce qu’ils n’avaient pas de mamad – la pièce sécurisée – à la maison.

« Elle a dit : ‘Maman, papa, je vous aime, je veux vous dire au revoir' », s’est souvenu Dror.

« ‘Papa, tu ne comprends pas ce qui se passe ici, il y a des terroristes dans la base, il y a des terroristes partout’ (…) Je n’arrivais pas à croire que c’était notre dernière conversation. »

Shay a été enterrée au cimetière militaire de Rehovot le 10 octobre. Elle laisse dans le deuil ses parents, Sari et Dror, et ses frères et sœurs Erel, Tehila et Shachar.

Dror a déclaré que Shay était censée être relevée du poste de tazpitanit en raison de ses problèmes de dos, « mais elle s’est battue pour rester soldate d’observation, elle s’est battue pour ça ».

S’adressant à la chaîne publique Kan, Dror a décrit sa fille comme « une fille charmante, une fille douée ».

« Oui, tout le monde dit ça de ses enfants, mais en réalité, je riais toujours avec elle parce que je lui disais : ‘Tu as un examen demain’ et elle me répondait : ‘Papa, ne t’inquiète pas, ça va aller’. Mais tu dois étudier, lui disais-je. Et elle me répondait que ‘ce n’était pas la peine' ». Plus tard, il lui demandait comment elle s’en était sortie : « ’20 ou 19.’ C’était toujours la même chose. »

Il a souligné qu’elle était amie sur la base avec Noa Marciano, qui a été enlevée par le Hamas et assassinée à Gaza, et Ori Megidish, qui a été enlevée puis sauvée par Tsahal, et que le trio avaient pour habitude de mettre en ligne des danses TikTok ensemble. « Elles étaient si heureuses, elles organisaient des fêtes, des dîners ensemble. [Shay] prenait toujours soin de tout le monde, riait tout le temps, profitait de la vie, avait des opinions bien arrêtées – quand elle voulait quelque chose, rien ne se mettait en travers de son chemin. »

Le 5 octobre, les trois jeunes femmes ont publié une dernière vidéo TikTok, dansant sur une chanson dans leurs uniformes de l’armée avec la légende « énergies d’une [équipe] à 4h du matin » – sans imaginer que moins de 48 heures plus tard, elles seraient enlevées ou tuées.

Deux mois après son assassinat, la sœur de Shay, Shachar, a écrit sur les réseaux sociaux : « Ma Shay. Qui aurait pu imaginer que tu aurais 19 ans pour toujours ? »

« Qui pourrait croire que je ne te verrai pas te marier et avoir des enfants ? J’avais tellement hâte de faire signer à ton futur marié le contrat ‘Pas de retour' », a-t-elle plaisanté.

« Car à quel point peut-on supporter ta folie ? Je souhaite tellement que tu arrives et que nous puissions faire les folles ensemble. Se battre, rire et se chercher. Je veux tellement que tu reviennes. »

Sa mère, Sari, a écrit sur Facebook pour marquer les 30 jours qui se sont écoulés depuis qu’elle a été tuée : « 30 jours d’agonie et de déchirement, mon cœur refuse de croire que tu ne reviendras plus à la maison pour demander : ‘Maman, qu’est-ce que tu m’as préparé à manger ? Quel est ton programme aujourd’hui ?' »

« Ma Shusha, je suis désolée de ne pas avoir pu être là pour t’aider, désolée de ne pas t’avoir protégée des meurtriers », a-t-elle poursuivi.

« Repose en paix ma magnifique fille, envoie-moi des forces pour que je puisse continuer à vivre sans perdre la raison. Je t’aime et tu me manques. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.