Israël en guerre - Jour 197

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Sgt. Guy Simhi, 20 ans : Ce soldat sans arme a tué deux terroristes et sauvé 14 amis

Tué en combattant le Hamas au kibboutz Reïm après avoir échappé au Festival Supernova le 7 octobre 2023

Le sergent-chef Guy Simhi, tué en combattant le Hamas au kibboutz Reïm après avoir fui le Festival Supernova le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le sergent-chef Guy Simhi, tué en combattant le Hamas au kibboutz Reïm après avoir fui le Festival Supernova le 7 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le sergent-chef Guy Simhi, 20 ans, soldat de la Brigade des Parachutistes originaire de Gedera, a été tué le 7 octobre alors qu’il tentait de repousser des terroristes palestiniens du Hamas au kibboutz Reïm.

Guy était en permission ce week-end-là et assistait au Festival Supernova lorsque l’assaut a été donné. Avec d’autres amis, il s’est réfugié à Reïm, où l’un d’entre eux vivait, et est entré dans le mamad – la pièce sécurisée – de l’appartement. Guy et son ami – un soldat également en permission mais armé – sont restés à l’extérieur pour monter la garde et ont réussi à tuer deux terroristes qui étaient entrés dans l’appartement, ont raconté plus tard les survivants.

Mais les terroristes ont lancé des grenades à l’intérieur, les blessant, et lorsque Guy, qui n’était pas armé, a sauté par une fenêtre, il a été tué, tandis que son ami et tous les autres membres de leur groupe ont réussi à survivre.

Guy était le fils de Dedy Simhi, ancien commissaire des services d’incendie et de secours israéliens, qui a également eu une longue carrière militaire, atteignant le grade de général de brigade, et qui est fréquemment invité à participer à des émissions d’information en Israël.

C’est Dedy qui a finalement retrouvé le corps de son propre fils à 2 heures du matin cette nuit-là, après qu’il fut resté pendant des heures sur le sol à côté de l’appartement.

« J’ai dit au [soldat] posté à l’entrée [de Reïm] que mon fils gisait là, mort », a déclaré Dedy à Ynet moins de 24 heures plus tard.

« Ils l’ont récupéré, je l’ai embrassé et je l’ai accompagné jusqu’à Ramle, où les corps des personnes tuées étaient rassemblés. C’était un garçon incroyable. Avec son ami d’enfance, il a tué deux terroristes et sauvé la vie de 14 amis. Ils viennent chez nous et nous disent que Guy leur a sauvé la vie. »

Guy – qui est né à Reïm et a déménagé à Gedera lorsqu’il était enfant – a été enterré le 10 octobre à Gedera. Il laisse derrière lui ses parents, Orit et Dedy, et ses deux frères, Tomer et Alon.

Sa mère, Orit, a déclaré au site d’information Mako que « tous ceux dont les enfants meurent disent qu’ils étaient parfaits, mais Guy n’était vraiment pas comme les autres ».

« C’était un surfeur, un combattant, tant de gens l’aimaient », a-t-elle ajouté.

« Il était le ciment de tous ses groupes d’amis. Il était incroyablement beau et il le savait. Ils ont pris la lumière de mes yeux, personne ne pourra la ramener. »

Son frère, Alon, a enregistré une vidéo à sa mémoire pour la Treizième chaîne, dans laquelle il s’adresse à « mon Guygo, mon petit frère, celui qui était beau et arrogant ».

« Je n’ai pas les mots pour décrire à quel point tu vas me manquer. Des années durant, tu as été mon meilleur ami et le meilleur partenaire que j’aurais pu demander. »

« Malgré nos cinq ans d’écart, Guy et moi étions très proches. Dès notre plus jeune âge, j’ai été ton modèle : nous regardions les mêmes émissions de télévision, jouions aux mêmes jeux et avions les mêmes vices. Tout cela jusqu’à ce que tu grandisses et que tu deviennes mon modèle », a-t-il ajouté.

Alon a raconté qu’ils restaient toujours ensemble lors des réunions de famille « et qu’ils jasaient sur la famille ».

« Le samedi, je t’emmenais avec moi jouer au volley-ball et bien sûr, là aussi, tu volais la vedette. Tu veillais à être le meilleur dans tous les domaines qui t’intéressaient. Nous étions tellement ensemble que je disais à mes parents que je t’avais élevé et que tu étais comme mon fils. »

« Il y a trois mois, nous t’avons enterré et tout mon monde s’est effondré. J’ai assisté à ton enterrement et je n’ai pas pu me retenir. Tout le temps, j’ai senti ta main dans mon dos – je sais que ce n’était pas toi, mais j’ai senti que c’était toi (…) J’espère que tu peux m’entendre de là, je te promets d’être fort et de répondre aux attentes que tu avais de moi. C’est bizarre de penser que j’ai été un jour le modèle d’un ange. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.