Sharansky à l’honneur au lancement d’une nouvelle initiative de l’Agence juive
Rechercher

Sharansky à l’honneur au lancement d’une nouvelle initiative de l’Agence juive

"Neuf ans en prison, neuf ans en politique et neuf ans à l'Agence juive" - Le Premier ministre salue le dissident soviétique et militant des droits de l'homme

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

De gauche à droite : Avital Sharansky, le président George W. Bush, Natan Sharanky, Sara et Benjamin Netanyahu, à New York, le 7 mars 2018 (GPO/Haim Zach)
De gauche à droite : Avital Sharansky, le président George W. Bush, Natan Sharanky, Sara et Benjamin Netanyahu, à New York, le 7 mars 2018 (GPO/Haim Zach)

NEW YORK – Le Premier ministre israélien, l’ancien président américain George W. Bush et des dizaines de dirigeants juifs se sont réunis mercredi soir à New York pour célébrer la vie de Natan Sharansky, président sortant de l’Agence juive et célèbre dissident soviétique et militant des droits de l’homme.

« Neuf ans en prison, neuf ans en politique et neuf ans à l’Agence juive », a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans un discours prononcé à l’historique Cipriano 25 Broadway au centre-ville de Manhattan, selon des sources qui y ont assisté. « Nous nous rassemblons ici pour dire deux mots : Merci – pour votre contribution au service du peuple juif, [pour] la démocratie, pour l’État juif. »

L’événement – qui était également conçu pour lancer une nouvelle initiative de l’Agence juive afin de fournir à ses émissaires, également connus sous le nom de « schlichim », une formation, des outils et une technologie avant qu’ils ne prennent leurs fonctions – était à l’origine censé être ouvert à la presse, mais Bush a demandé à ce qu’il ne soit pas enregistré et les médias n’ont finalement pas été autorisés.

Soucieux de respecter la demande de Bush et de ne pas divulguer ses propos, le rabbin Steven Wernick, président de la Synagogue unie du judaïsme conservateur, a déclaré que l’ex-chef de l’Etat américain « a réfléchi sur de nombreuses expériences qu’ils ont partagées et il a parlé du travail qu’ils ont fait ensemble pour la démocratie et la liberté ». Il a ajouté : « Ils ont une relation personnelle intime. »

Dans des propos publiés plus tard par le Bureau de presse du gouvernement, M. Netanyahu a déclaré à propos de l’ex-Union soviétique et de l’Iran d’aujourd’hui : « Si vous appuyez dessus, ils se briseront ».

« J’étais convaincu qu’un leadership fort et soutenu en Occident pourrait remporter la Guerre froide que peu de gens imaginaient pouvoir gagner. En fait, c’est ce que nous avons fait », a rappelé le Premier ministre.

« Cette même foi devrait nous guider aujourd’hui, car il y a un autre empire potentiel au Moyen Orient », a-t-il poursuivi. Il opprime aussi son peuple. Il terrorise aussi ses voisins. Mais il a aussi des pieds d’argile. Si vous appuyez dessus, il se brisera. Il succombera à la forte pression du monde libre. Et ce pays, c’est l’Iran, et l’agression iranienne doit être stoppée et elle peut l’être. Si vous voulez rendre hommage à l’héritage de Natan, soutenez les braves hommes et femmes d’Iran qui luttent pour la liberté… et priez pour que nous soutenions leur lutte. C’est la meilleure façon de rendre hommage à l’héritage de Natan. »

Sharansky doit quitter la direction de l’Agence juive dans trois mois. Son remplaçant n’a pas encore été désigné.

Le magnat du casino de Las Vegas et grand donateur du Parti républicain Sheldon Adelson, ainsi que sa femme israélienne Miriam, étaient également présents mercredi, selon des images diffusées sur les réseaux sociaux. Netanyahu, dans son discours, l’a remercié pour ses dons à des causes israéliennes. Adelson est actuellement au centre de l’une des enquêtes qui accablent Netanyahu dans son pays.

Il y a plusieurs semaines, la police a recommandé que le dirigeant israélien soit inculpé pour fraude, corruption et abus de confiance dans deux affaires distinctes. Le Premier ministre est également lié à deux autres enquêtes.

Dans l’affaire dite « Affaire 2000 », Netanyahu est soupçonné d’avoir conclu un accord pour affaiblir le quotidien pro-Netanyahu, Israel Hayom, soutenu par Adelson, en échange d’une couverture positive dans le quotidien hébreu Yedioth Aharanot.

Adelson a témoigné à deux reprises dans le cadre des enquêtes sur la corruption en cours contre le Premier ministre, qui se trouvait aux États-Unis cette semaine pour prendre la parole à la conférence politique de l’AIPAC et rencontrer le président américain Donald Trump. Mercredi, Netanyahu a visité une exposition sur Jérusalem aux Nations unies et a rencontré l’envoyée américaine auprès de l’organisme mondial Nikki Haley.

Mais Wernick a précisé que les débats politiques du moment étaient pour la plupart tenus à l’écart tout au long de la soirée – et que l’événement était principalement axé sur la vie et le travail de Sharansky. (Bien que Netanyahu ait consacré une partie de son discours à l’Iran et à son rejet de l’accord nucléaire de 2015).

« La politique n’était là que dans la mesure où Natan est quelqu’un qui se soucie profondément des droits de l’homme et de la liberté » a-t-il dit.

« Et son histoire a été très bien racontée ce soir, jusqu’à l’embarrasser. Mais la soirée était consacrée à Natan. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...